En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 Découvrez nos offres pour annonceurs - Publicité 4 Publicité 4 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 Visitez 3Vision Group - Publicité 3 Publicité 3 banner Publicité 3

Netanyahu énonce « trois conditions » pour parvenir à la paix entre Israël et la Palestine



Le conflit israélo-palestinien persiste avec des implications humanitaires dévastatrices, comme l’a récemment souligné le ministère de la Santé de Gaza, rapportant plus de 20 600 Palestiniens tués depuis l’escalade des hostilités le 7 octobre dernier. Au cœur de ce conflit, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a énoncé trois conditions préalables qu’il estime essentielles à l’instauration de la paix entre Israël et les Palestiniens.

La première condition, selon Netanyahu, est la destruction du Hamas, le mouvement palestinien qu’Israël considère comme une organisation terroriste. Il affirme que des pays tels que les États-Unis, la Grande-Bretagne, la France et l’Allemagne soutiennent les efforts visant à éliminer le groupe militant. Netanyahu insiste sur le fait que la répétition des attaques du Hamas, comme celle du 7 octobre, justifie la destruction du groupe pour éviter de nouvelles atrocités.

Lire aussi : Ablassé Ouedraogo : L’ancien ministre burkinabè arrêté

Cependant, malgré l’engagement de Netanyahu à agir en conformité avec le droit international, le bilan des victimes civiles continue d’augmenter, suscitant des préoccupations quant à la proportionnalité des actions israéliennes. Le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, a appelé à une transition vers des opérations plus précises pour réduire les pertes civiles.

La deuxième condition énoncée par Netanyahu concerne la démilitarisation de Gaza. Il insiste sur la nécessité pour Israël de maintenir la responsabilité principale en matière de sécurité dans la région, rejetant toute supervision par l’Autorité palestinienne. Selon lui, la démilitarisation impliquerait la création d’une zone de sécurité temporaire autour de Gaza et un mécanisme d’inspection à la frontière avec l’Égypte pour empêcher la contrebande d’armes.

B9735699081Z.1 20231225222958 000Gtoo12P57.1 0

Enfin, la troisième condition concerne la déradicalisation de la société palestinienne. Netanyahu estime que cela nécessite des efforts tant des dirigeants palestiniens que du système éducatif, soulignant les succès observés dans d’autres régions du monde après des conflits majeurs. Il cite l’exemple de l’Allemagne et du Japon après la Seconde Guerre mondiale, soulignant qu’une déradicalisation réussie peut conduire à la paix et à la stabilité.

Netanyahu conclut en affirmant que la réalisation de ces trois conditions ouvrirait la voie à la reconstruction de Gaza et à une paix plus large au Moyen-Orient. Cependant, la persistance des hostilités et l’annonce d’une expansion des opérations militaires par les Forces de défense israéliennes indiquent que la route vers la paix reste ardue. Le cessez-le-feu temporaire négocié par le Qatar a expiré le 1er décembre, laissant la région dans une situation fragile et instable.

Rejoignez DOINGBUZZ PREMIUM

Découvrez un monde de contenus exclusifs et d'opportunités.

Accédez Maintenant

Lancez-vous dans une nouvelle aventure avec DoingBuzz

Découvrez une multitude d'offres d'emploi et de bourses d'études adaptées à votre parcours.

doingbuzz DIRECT
Mots-clés associés à l'article :

Newsletter

Abonnez-vous et accédez à tous nos articles en premier !