« Mon amour chéri, mon sherpa », la passion de Claude Lanzmann et Simone de Beauvoir

Claude Lanzmann, décédé le 5 juillet à Paris, a vécu une longue histoire d’amour avec Simone de Beauvoir, tout en cultivant son amitié avec Jean-Paul Sartre.

Il est le seul homme avec qui Simone de Beauvoir a cohabité, entre 1952 et 1959. L’écrivain, journaliste, réalisateur Claude Lanzmanndécédé le 5 juillet à 92 ans, a vécu une histoire d’amour avec le « Castor », tout en cultivant son amitié avec Jean-Paul Sartre, compagnon de vie de l’intellectuelle. Le jeune journaliste des Temps Modernes, la revue fondée par Sartre, a 27 ans lorsqu’il devient, en 1952, l’amant de Simone de Beauvoir, qui a alors 44 ans.

Claude Lanzmann est revenu sur cette idylle dans ses Mémoires, Le lièvre de Patagonie, publié en 2009. « J’ai aimé aussitôt le voile de sa voix, ses yeux bleus, la pureté de son visage et plus encore celle de ses narines »écrit-il. De son côté, Simone de Beauvoir a affirmé dans ses Mémoires qu’il l’avait « délivrée » de son âge.

Leur histoire d’amour sera suivi d’une longue amitié jusqu’à la mort de Beauvoir, en 1986. Claude Lanzmann prendra ensuite la direction des Temps Modernes.

« Missiles d’amour fou »

Entre les deux intellectuels, une admiration réciproque. À sa sortie, Simone de Beauvoir avait ainsi qualifié Shoah de « pur chef-d’œuvre », dans Le Monde. « Ni fiction, ni documentaire, “Shoah” réussit cette recréation du passé avec une étonnante économie de moyens : des lieux, des voix, des visages. Le grand art de Claude Lanzmann est de faire parler les lieux, de les ressusciter à travers les voix et, par-delà les mots, d’exprimer l’indicible par des visages », écrivait-elle.

Les deux intellectuels ont également entretenu une correspondance passionnée. En janvier dernier, Claude Lanzmann avait vendu à l’université américaine de Yale les 112 lettres que lui avait adressées l’auteur du Deuxième sexe. Lanzmann n’a pu publier « ces missives d’amour fou » en France, en raison de l’opposition de Sylvie Le Bon de Beauvoir, fille adoptive et exécutrice testamentaire de l’écrivaine.

Mais il avait en avait dévoilé quelques extraits, dont celui-ci : « Mon amour chéri, mon sherpa, mon petit cheval noir, ma rose du monde, mon enfant à moi, que je t’aime, mon amour, et que tu es bête ! Oui, mon cœur, je t’aime à jamais, je mourrais sans toi, je suis à toi : ne le sais-tu pas ? »

 

--
jobwide
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire