Militaires ivoiriens, tensions entre Bamako et Abidjan


Video player

« Comment 49 militaires ivoiriens ont-ils pu débarquer au Mali sans ordre de mission ? », s’interroge Sylvain Nguessan, docteur en théorie politique à l’Institut d’études stratégiques et analyste de la vie politique en Côte d’Ivoire.

« Les autorités maliennes ne doivent pas tomber dans le populisme » (Sylvain Nguessan)

Les analystes notent : « Il est intéressant de laisser la justice qualifier l’acte, car dans les circonstances actuelles, la justice ferait-elle l’affaire s’il s’avérait que ces éléments sont insuffisants pour qualifier le crime au même titre que les politiciens ? J’ose espérer que les le pouvoir à Bamako ne se noiera pas dans le populisme pour renforcer la coopération avec la population.

Lundi 11 juillet, Olivier Salgado, l’un des porte-parole de la Mission des Nations unies au Mali, a indiqué sur son compte Twitter que les autorités maliennes avaient été informées de l’arrivée de 49 militaires ivoiriens. Les soldats succéderont à un régiment de la National Support Force, une unité qui soutient les Casques bleus de Manusma.

Bamako interrogé

Cependant, les autorités maliennes considèrent les soldats ivoiriens comme des mercenaires. Le vice-président du Conseil national de défense et de sécurité du Conseil national de transition a réfuté le contenu du tweet de la MINUSMA.

 

59492024 404 - Militaires ivoiriens, tensions entre Bamako et Abidjan L’Allemagne a prolongé son mandat au sein de la Minusma

« Je pense que s’il a dit cela, il aurait dû proposer un document pour le prouver. Le problème est non, car les gens de la MINUSMA sont un accord entre les Nations unies et le Mali. Ils ne peuvent pas s’effondrer du jour au lendemain. La partie malienne est d’accord, ces facteurs entrent en jeu », a déclaré Fousseynou Ouattara.

Brouille diplomatique ?

Mardi 12 juillet, la Côte d’Ivoire a exigé la libération « immédiate » de 49 militaires arrêtés « injustement » dimanche à l’aéroport de Bamako et accusés d’être des « mercenaires », niant toute intention de déstabiliser le pays voisin.

« Aucun des militaires ivoiriens de ce contingent ne possède d’armes de guerre et de munitions », selon un communiqué publié par le président de Côte d’Ivoire à l’issue du Conseil spécial de sécurité nationale (CNS).

 

61698783 404 - Militaires ivoiriens, tensions entre Bamako et Abidjan Selon certains experts, la Côte d’Ivoire veut éviter la brouille diplomatique

Sidylamine Bagayoko, professeur d’anthropologie à l’Université de Bamako, craint que l’évolution des événements ne conduise à une prise de bec diplomatique entre Bamako et Abidjan.

Malheureusement, la friction est déjà évidente, ont déclaré les chercheurs. Selon Sidylamine Bagayoko, le président de Côte d’Ivoire demande toujours aux Maliens d’ajouter un peu d’eau à leur jus de gingembre, et diplomatiquement, la Côte d’Ivoire ne semble pas vouloir affronter le Mali.

 

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire