Mali : « Mon pays va mal », la voix de la résistance de Soumaïla Berthe

Mon pays va mal ! Je suis profondément dégoûté. Les tueries sur notre cher continent se multiplient : 53 policiers militaires ont été massacrés au Burkina Faso. Au moins 31 civils ont été tués et brûlés vifs à Songho, Badianjara, au Mali.

Des dizaines de villageois ont été tués au Niger. Plusieurs policiers militaires ont été tués au Bénin. Je rappelle tristement aux gens les nouvelles de ces derniers jours pour éveiller la conscience des gens, en particulier la conscience des dirigeants et des peuples africains.

Le moment est venu pour un pays, une entité et un pays puissant de s’unir et d’avoir un objectif commun : restaurer la paix et la sécurité intérieures sur notre terre.

Ce n’est plus le moment de se contenter de condamner verbalement les atrocités commises chaque jour par notre pays. On ne peut plus se limiter à de simples communiqués, car malgré cela, les barbares continueront de s’imposer et de faire encore plus de victimes.

Où est la CEDEAO ? Lorsque ces atrocités se sont produites sans scrupules, ses dirigeants ne se sont-ils pas plaints ? Pourquoi ne commentent-ils pas cette situation ? Pensent-ils qu’ils ne peuvent rien faire? Cette prétendue impuissance les condamnait.

L’Union africaine l’a-t-elle encore ? Que faisons-nous pour inverser ces horreurs ? À qui sont les fils de ces meurtriers inadmissibles qui ont massacré mère et fils ? Ils détruisent leur mère !

Compatriotes, peuple malien, citoyens d’Afrique, réveillons-nous et travaillons ensemble à notre niveau pour combattre ces terroristes. Tant que nous n’aurons pas réussi à unir et unir nos forces comme un seul dans cette lutte, nous ne serons pas respectés par les autres pays…

La profonde résistance que nous devons exprimer a été inspirée par l’ignorance et la passivité de la majorité du peuple malien. On a vu la foule manifester en écoutant les balivernes des menteurs politiques ou religieux…

Mais après le massacre odieux qui vient de se produire à Songho, personne n’a cédé ! Comme si la mort était devenue banale…

C’est durant cette période que, face à ce comportement inhumain, nous devons montrer notre unité divine pour soutenir notre famille au centre. Cependant, dans un pays où la survie est en jeu, si les gens ferment les yeux sur ce qui les déchire, ils ne descendront jamais dans la rue pour soutenir l’unité et la fraternité. Eh bien, rien n’est plus urgent et sacré que d’empêcher ces atrocités.

Qu’Allah soubhana watala, avec sa grandeur, accepte nos morts dans son paradis.

Mouvement pour le progrès (MPP) Mali Nyeta Koura Secrétaire générale Soumaïla Berthe.

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire