Actualités

Mali : meurtres et « disparitions » lors d’opérations militaires

Mali : Meurtres Et « Disparitions » Lors D’opérations Militaires

(Bamako, le 20 avril 2021) – Des soldats maliens auraient tué au moins 34 villageois, fait disparaître de force au moins 16 personnes et infligé des mauvais traitements à des détenus lors d’opérations antiterroristes menées dans la région de Mopti dans le centre du Mali, a déclaré aujourd’hui Human Rights Watch. Les autorités devraient enquêter sur les allégations d’abus commis par les forces de sécurité dans la région de Mopti.

Le gouvernement de transition du Mali devrait mener des enquêtes crédibles et impartiales sur ces incidents, tous perpétrés depuis sa prise de pouvoir lors d’un coup d’État mené le 18 août 2020.

« Les forces de sécurité maliennes n’ont guère respecté la vie humaine lors de récentes opérations de lutte contre le terrorisme », a déclaré Corinne Dufka, Directrice pour le Sahel de Human Rights Watch. « Perpétrer de graves abus au nom de la sécurité ne fait qu’alimenter le recrutement dans les rangs de groupes armés qui commettent leurs propres exactions, et sape la confiance des populations locales. »

Le gouvernement a déclaré avoir ouvert des enquêtes sur des incidents survenus dans les villes de Libé et de Kobou, mais les membres des familles des victimes ont déclaré à Human Rights Watch que les autorités ne les avaient pas contactés. Les procureurs militaires maliens devraient enquêter de manière indépendante sur les allégations et suspendre les officiers impliqués dans de graves abus. Le ministère de la Défense devrait veiller à ce que la gendarmerie nationale malienne, chargée de promouvoir la discipline et de protéger les droits des détenus, participe à toutes les opérations militaires.

Entre novembre 2020 et avril 2021, Human Rights Watch a mené des entretiens en personne et par téléphone avec 43 personnes au courant de sept incidents, au cours desquels les forces de sécurité auraient commis de graves abus. Parmi elles figurent des témoins, des leaders communautés locaux, des représentants gouvernementaux et des diplomates étrangers. Les incidents ont eu lieu entre octobre 2020 et mars 2021 dans les villes, villages ou hameaux de Boni, Feto Hore Niwa, Kobou, Libé, Solla et Sokoura ; et à proximité.

Les forces de sécurité maliennes auraient commis les exactions au cours d’opérations militaires menées en réponse à la présence de groupes armés islamistes en grande partie liés à Al-Qaïda. Ces constatations font suite aux recherches menées par Human Rights Watch dans le centre du Mali depuis 2015. Human Rights Watch a également documenté de graves exactions commises par des groupes armés islamistes et par des milices ethniques dans le centre du Mali au cours de la même période, y compris des exécutions sommaires de civils et l’utilisation indiscriminée d’engins explosifs improvisés. Les constatations détaillées seront publiées par Human Rights Watch dans un rapport à paraître.

Des témoins ont décrit comment le 23 mars, des soldats à Boni ont détenu des dizaines de passagers d’un bus après avoir trouvé du matériel suspect dans la soute à bagages ; ils leur ont bandé les yeux, et les ont sévèrement battus. Au moins 13 passagers auraient fait l’objet de « disparitions ».

Dix témoins ont décrit une opération militaire le 22 octobre 2020 à Libé et aux abords de ce village, au cours de laquelle les forces de sécurité auraient tué 25 villageois, dont des femmes, des enfants et des personnes âgées, alors que nombre d’entre eux prenaient la fuite.

Un villageois a raconté avoir vu des soldats exécuter six hommes qu’ils avaient détenus quelques minutes auparavant. «  Les militaires ont fait entrer les hommes dans un magasin abandonné », a-t-il dit. «  Un [militaire] qui avait pris position à l’entrée a ouvert le feu. Ils gisaient là, en train de mourir dans un bain de sang. »

Toutes les parties au conflit armé au Mali ont des obligations juridiques en vertu de l’article 3 commun aux Conventions de Genève de 1949 et d’autres traités et lois coutumières de la guerre, qui stipulent qu’un traitement humain doit être réservé aux combattants capturés et aux civils en détention. Les auteurs de graves violations des lois de la guerre, y compris les exécutions sommaires et les actes de torture, peuvent être poursuivis pour crimes de guerre. Le Mali est partie au Statut de Rome de la Cour pénale internationale, qui a ouvert une enquête sur les crimes de guerre présumés commis dans ce pays depuis 2012.

Le 7 avril, Human Rights Watch a transmis au gouvernement malien une lettre précisant les allégations d’abus figurant dans son rapport. Dans sa réponse datée du 13 avril, le Secrétaire Général du ministère de la Défense et des Anciens combattants a indiqué que pour tous les incidents cités dans le rapport, « des enquêtes ont été ouvertes et les investigations sont en cours » et a noté que des militaires « ont été entendus ». La lettre a ajouté que les enquêtes sur les allégations concernant Libé et Kobou ont été gênées par la situation sécuritaire qui reste précaire, et par « la réticence de certaines personnes à témoigner ».

« Promettre d’enquêter sur les abus est une étape positive, mais le gouvernement malien n’a pas tenu de nombreux engagements antérieurs de ce type », a relevé Corinne Dufka. « Les autorités maliennes devraient reprendre le contrôle des unités qui commettent des abus et faire bien plus pour garantir la discipline dans le cadre des opérations, exiger des comptes des auteurs d’abus, et prévenir de nouvelles atrocités. »

Allégations d’abus commis par l’armée malienne dans la région de Mopti

Boni, mars 2021
Le 18 mars, les forces de sécurité de Boni, dans le Cercle de Douentza, auraient exécuté Boucary Boulde et Salmane Hamne Noungary, âgés de 37 ans et 35 ans, respectivement, quelque minutes après qu’un soldat a été tué et un autre gravement blessé par un engin explosif improvisé. Selon trois témoins, un soldat a pris pour cible les victimes au hasard parmi un groupe de commerçants en route vers le marché de Boni.

Un témoin a déclaré :

Nous nous sommes retrouvés derrière un convoi de soldats lorsque l’explosion s’est produite vers 9h10. Les soldats ont ordonné à tout le monde sur la route de s’allonger. Boucary et Salmane se trouvaient à seulement 10 mètres derrière les véhicules des FAMa [Forces Armées Maliennes]. Après avoir tiré en l’air, un soldat les a forcés à descendre de leurs motos et exécutés à bout portant, sans poser de questions. Boukary était toujours vivant mais personne n’osait lui venir en aide ; il est mort quelques minutes plus tard. Chacun a reçu au moins deux balles.

Par la suite, les soldats ont sévèrement roué de coups et dépouillé de leurs possessions plus d’une douzaine de membres des familles qui attendaient l’autorisation de récupérer les corps pour l’inhumation. « Alors que nous attendions près des corps, les FAMa ont commencé à nous passer à tabac et à nous donner des coups de pied », a relaté un membre de la famille. « Après nous avoir jetés sur le capot de leurs véhicules, ils ont volé nos téléphones, huit motos et de l’argent. »

Le 23 mars, des membres des forces de sécurité effectuant un contrôle de routine à un poste de contrôle militaire près de Boni ont trouvé un uniforme militaire et des bottes dans la soute à bagages d’un bus ayant quitté Bamako le 22 mars. Ils ont attaché les mains et bandé les yeux d’environ 35 hommes qui se trouvaient à bord du bus. Ensuite, ils les ont conduits jusqu’au camp militaire, où ils ont été violemment passés à tabac durant plusieurs heures.

La situation ou le lieu de détention d’au moins 13 de ces hommes demeurent inconnus. De nombreux témoins des arrestations et des mauvais traitements craignent que les hommes ne soient morts sous les coups reçus en détention. Human Rights Watch a obtenu des informations crédibles selon lesquelles les forces de sécurité ont enterré un certain nombre de corps dans une fosse commune le 25 mars, à environ un kilomètre du camp.

À lire aussi :   Mali : l'influenceuse Diaba Sora arrêtée pour injures publiques sur les réseaux sociaux

Human Rights Watch s’est entretenu avec 15 personnes au courant de l’incident, y compris des passagers, des membres des familles des disparus et des villageois. Human Rights Watch a également examiné une vidéo montrant 13 hommes après leur détention de 24 heures, qui présentaient des signes manifestes de graves maltraitances.

Douze des hommes disparus, dont les noms ont été communiqués à Human Right Watch par leurs familles, étaient originaires du Burkina Faso. Des membres de ces familles ont déclaré que les hommes vivaient en tant que réfugiés à Bamako depuis plusieurs années et étaient sur le chemin du retour vers leurs villages au Burkina Faso, à la suite de l’amélioration de la situation sécuritaire dans leur pays.

« Nous sommes arrivés au point de contrôle vers 17 heures », a déclaré un passager. « Les soldats nous ont ordonné de descendre, et ont vérifié nos papiers d’identité. Notre drame a commencé quand ils ont trouvé les Rangers [un type de bottes] et une tenue militaire. Ils se sont mis en colère, déchirant des vêtements rangés dans les bagages, avec lesquels ils nous ont bandé les yeux et lié les mains. »

« Ils ont réparti les 35 hommes en trois groupes, selon leur âge, les ont mis dans des véhicules militaires et les ont conduit en direction de leur camp, à 500 mètres de là. Ils n’ont pas fait de mal aux huit femmes qui se trouvaient a bord du bus, et ne les ont pas détenues », a précisé un homme qui se trouvait sur les lieux.

Un passager a décrit les mauvais traitements subis : « Les coups ont commencé à pleuvoir devant le bus. Ils nous ont donné des coups de pied et nous ont frappés sauvagement avec des ceintures, des branches d’arbres et des crosses de fusil. Les abus se sont poursuivis dans le camp militaire. »

« Ils nous ont passés à tabac toute la nuit », a affirmé un autre passager. « J’éprouvais une douleur intense. J’ai été brûlé avec une cigarette. Tout au long de la nuit, j’ai entendu des gens gémir, pleurer, demander pardon.. Nous avons tous compris pourquoi ils voulaient en savoir plus sur les uniformes militaires, mais ils nous ont à peine posé des questions à ce sujet, préférant nous insulter, nous accusant d’être des terroristes et menaçant de nous tuer. J’étais persuadé que j’allais mourir, personne n’a pu dormir. »

Les villageois ont déclaré qu’environ 20 des 35 détenus avaient été remis en liberté le lendemain. Mais les membres des familles des passagers et des habitants de Boni ont déclaré que les circonstances des hommes restants demeuraient inconnues. Un ancien détenu a déclaré qu’il pensait que son frère de 23 ans était décédé des suites des mauvais traitements :

La nuit, pendant les pauses [des abus], je chuchotais avec mon frère. La dernière fois que nous avons parlé, il a gémi, disant qu’il ne pouvait pas le supporter, qu’il pouvait à peine parler. Je lui ai dit de s’accrocher [à la vie]. Je me suis évanoui et quand je me suis réveillé, il ne répondait plus. Le lendemain, des soldats m’ont emmené, moi et plusieurs autres, hors du camp. Alors qu’ils nous remettaient en liberté, un soldat a dit: « Allez, vous avez survécu. » C’est cela qui m’a fait penser que beaucoup d’autres, dont mon frère, étaient morts.

Hameau de Feto Hore Niwa, 28 janvier 2021

Le 28 janvier, Mama Ag, âgé de 80 ans, et son petit-fils de 11 ans, Hama Agaly, ont « disparu » de leur domicile, dans un petit hameau situé à environ 16 kilomètres du village de Kobou. Le membre de la famille qui les a vus pour la dernière fois a déclaré à Human Rights Watch qu’il soupçonnait l’armée de les avoir fait disparaître de force :

Chaque matin, je marche quelques kilomètres pour emmener mes moutons à un abreuvoir et laisse toujours le vieil homme, qui est aveugle, s’occuper du garçon. Quand je suis rentré vers 14 heures, ils n’étaient plus là. Autour de la maison, il y avait des traces de gros véhicules et des empreintes de bottes devant la maison de Mama Ag. J’ai suivi les traces de pneus en direction de Mondoro et, à un kilomètre de là, j’ai retrouvé en bordure du chemin le bâton dont le garçon se servait pour guider le vieil homme. Un berger que j’ai rencontré en chemin m’a dit qu’il avait vu un convoi militaire passer devant leur cabane vers 10 heures du matin. C’est cela – le bâton et le témoignage au sujet d’un convoi – qui me laisse penser qu’ils ont été emmenés par les FAMa.

Un sage de la communauté a déclaré: « J’ai aidé la famille à les chercher partout, dans la brousse, dans les villages voisins et les prisons de Hombori, Douentza, Sevare et Bamako. Ils étaient introuvables. »

Village de Kobou, 13 janvier 2021

Le 13 janvier, des dizaines de membres des forces de sécurité maliennes accompagnés de plusieurs soldats qui semblaient être des membres de l’Opération Barkhane, dirigée par la France, ont mené une opération de bouclage et de fouille dans le village de Kobou. Cinq témoins ont déclaré que l’opération avait duré environ de 5 heures du matin jusqu’à midi. Les soldats maliens ont arrêté quatre villageois à cette occasion et les ont embarqués à bord d’au moins deux véhicules de l’armée malienne qui se dirigeaient vers le nord.

Deux des hommes détenus, Mamoudou Hama Diallo, et Hamidou Yero Diallo, âgés de 31 et 50 ans, respectivement, ont été retrouvés morts le lendemain à 10 kilomètres au nord de Kobou. La cause de leurs décès n’a pas encore été établie. Un troisième individu, Amadoure Diallo, âgé de 48 ans, a fait l’objet d’une disparition forcée. Le quatrième homme a été remis en liberté au terme d’environ deux semaines de détention.

Un témoin a décrit l’opération : « Il y avait une dizaine de véhicules – des pick-ups, des camions et quelques voitures blindées. Ils ont bloqué toutes les sorties et effectué une fouille approfondie [du village]. Un hélicoptère survolait les lieux. »  Aucun des témoins n’a décrit de combats entre forces rivales ce jour-là.

Les soldats ont vite séparé les quatre hommes détenus des autres villageois ; deux d’entre eux semblaient avoir été roués de coups en détention. Un témoin a déclaré :

Je disais mes prières à la maison lorsque trois soldats – deux Maliens et un soldat blanc – ont fouillé ma maison et nous ont conduits, ma femme et moi, à environ 40 mètres de là, où des dizaines de villageois étaient assis. Un soldat de Barkhane nous a filmés et quelques autres militaires blancs se déplaçaient. Les FAMa nous ont interrogés sur les terroristes, décourageant les jeunes de ne pas adhérer au mode de vie djihadiste. Nous n’avons pas été frappés, mais un soldat malien a menacé de nous tuer. Quelques heures plus tard, le soldat de l’opération Barkhane a dit que les femmes, et nous par la suite, devraient être remis en liberté.

👀Intégrez automatiquement au groupe whatsapp pour recevoir les liens des actualités

Les témoins ont déclaré que les soldats français avaient déconseillé aux soldats maliens d’arrêter des villageois sans preuves suffisantes, y compris, comme l’a relevé l’un d’entre eux, « un homme qui avait une vidéo d’un terroriste sur son téléphone, et un autre pour le port d’un pantalon court et d’une longue barbe ». Il a déclaré : « Le Français a souligné qu’il fallait des preuves plus solides pour arrêter quelqu’un. »

Un autre témoin a décrit les quatre détenus qui ont été emmenés :

J’ai vu les FAMa traîner violemment les quatre hommes par le cou. Mamoudou Hama Diallo et Hamidou Yero Diallo marchaient en zigzag avec beaucoup de difficulté. Je n’ai pas vu de sang, mais ils pouvaient à peine tenir debout. Les FAMa leur ont bandé les yeux et attaché les mains avec leurs turbans, puis les ont jetés comme des sacs de riz dans les camions.

À lire aussi :   Basket (Mondial U19 Garçons) : le Mali retrouve les États-Unis dès le 1er tour

Un témoin qui se trouvait à bord du convoi a déclaré qu’environ une heure plus tard, celui-ci s’est arrêté dans une zone boisée, où les quatre détenus sont descendus des camions. « Les détenus gémissaient de douleur. Un homme en particulier… J’ai entendu les soldats dire :‘‘Il va mourir, il ne survivra pas’’. »

Le 14 janvier, trois villageois ont trouvé les corps de Mamoudou Hama Diallo et Hamidou Yero Diallo dans un bois isolé, connu localement sous le nom de Boga Laiga, à 10 kilomètres au nord-ouest de Kobou. Un ancien a déclaré :

Le 14 janvier, un berger local m’a informé avoir découvert deux corps. Cette nouvelle s’est rapidement répandue et avec un groupe, nous sommes allés voir par nous-mêmes. Ils étaient enterrés dans une fosse peu profonde. J’ai clairement reconnu leurs visages et leurs vêtements… Ils avaient les yeux bandés, les mains liées. Nous avons creusé une tombe plus profonde et placé des branches d’arbres dessus pour marquer l’emplacement. Nous les avons enterrés rapidement, pour ne pas attirer l’attention, d’autant plus que nous soupçonnions l’armée d’être responsable de ces meurtres.

Un autre villageois a décrit leurs corps :

Je n’ai pas vu de sang, de blessures par balle ou de lésions au crâne, au visage ou sur le haut des corps. Je n’ai pas vu non plus de douilles de balles. Je ne peux pas parler pour le reste de leurs corps, car ils étaient à moitié enterrés. Nous avons parlé entre nous et conclu qu’ils avaient été étranglés. Les traces de pneus à proximité étaient partout et se dirigeaient vers le nord. L’endroit est isolé, mais nous connaissons la forêt comme notre poche, vous ne pouvez pas dissimuler des corps dans notre région.

Un communiqué du 15 janvier publié par le Chef d’État-major général de l’armée malienne a déclaré que les quatre hommes étaient des membres de « groupes armés terroristes » capturés lors de violents combats et que «trois des quatre prisonniers ont perdu la vie lors de leur transfèrement de Boulkessi vers Sévaré». Le communiqué ajoutait qu’une enquête avait été ouverte pour déterminer les circonstances dans lesquelles sont morts ces individus.

Hameau de Solla, 12 janvier 2021
Le 12 janvier vers 16 heures, un convoi de soldats patrouillant dans le hameau de Solla a tiré sur un petit groupe d’hommes rassemblés près du puits local pour y abreuver leurs animaux, exécutant manifestement trois d’entre eux. Les victimes, toutes des résidents du hameau, étaient Amadou Allaye Diallo, Oumarou Amadou Diallo, et Haméré Diallo, âgés de 25, 30 et 55 ans, respectivement. Deux témoins ont déclaré avoir entendu les rafales d’un fusil semi-automatique alors que le convoi militaire traversait la zone, notant n’avoir trouvé aucune arme sur les victimes ou à proximité.

L’un des témoins a déclaré :

Le convoi militaire a traversé notre hameau du sud au nord. Je l’ai vu de loin alors que j’emmenais mes animaux au puits. Nous avons tous pris la fuite pour nous cacher dans la brousse. Quelques minutes plus tard, j’ai entendu une série de coups de feu retentir puis le bruit du convoi alors qu’il poursuivait sa route. Il n’y avait aucun bruit d’affrontement, juste une rafale de coups de feu. Après que le convoi s’est suffisamment éloigné de la zone, nous nous sommes dirigés vers le lieu d’où ont été tirés les coups de feu – vers le puits – et avons trouvé les morts.

L’autre témoin a décrit les corps :

Ils gisaient dans le sable, en direction de l’endroit où ils tentaient de fuir. Le premier était Amadou, qui avait reçu une balle dans la tête. Puis à cinq mètres de là, il y avait Haméré, puis à 10 ou 20 mètres de là, Oumarou, tous deux touchés à la poitrine. S’ils les soupçonnaient, pourquoi les soldats ne les ont-ils pas arrêtés et interrogés au lieu de leur tirer dessus ?

Village de Sokoura, 11 janvier 2021

Dans la matinée du 12 janvier 2021, les corps de Boukary Boureima Sankare, âgé de 37 ans, et de Mamadou Boukary Sankare, 30 ans, ont été retrouvés à la périphérie de la ville de Sokoura. Deux habitants qui connaissaient les victimes ont déclaré que les deux hommes étaient originaires du village de Mankanou, à cinq kilomètres au nord, et ont été vus pour la dernière fois la veille dans le village de Sokoura sous la garde des forces de sécurité.

Selon les témoins, vers midi le 11 janvier, les deux hommes déjeunaient après avoir réparé leur moto à Sokoura lorsqu’un convoi d’une quinzaine de véhicules militaires est passé en direction d’un camp de la garde nationale, situé à un kilomètre au sud de la ville. Environ une demi-heure plus tard, deux véhicules militaires sont revenus au même endroit et plusieurs soldats en sont sortis.

Un témoin a fait la déclaration suivante :

Boukary et Mamadou ont paniqué lorsque les soldats sont passés pour la première fois, mais les connaissant – ce ne sont pas des djihadistes – j’ai dit qu’ils n’avaient rien à craindre. Lorsque les militaires sont revenus, Boukary s’est mis à courir, grimpant à un grand arbre, à 40 mètres de là. Les soldats lui ont couru après, ouvrant le feu en direction l’arbre. Boukary est tombé, mort, comme un oiseau. Ils ont jeté le corps à l’intérieur d’un véhicule militaire, bandé les yeux de Mamadou et lui ont attaché les mains, avant de le faire monter à bord et de partir. Ils n’ont rien demandé à Mamadou, pas même ses papiers d’identité. Vers 15 heures, j’ai été appelé par un ami qui a dit avoir entendu des coups de feu à proximité du camp militaire.

Les deux témoins ont raconté plus tard avoir vu les corps, juste à l’extérieur du camp de la garde nationale. Human Rights Watch a reçu une vidéo des corps filmés par un habitant des lieux. Il montrait les corps gisant dans une zone boisée, à environ quatre mètres de distance l’un de l’autre. Les traces de pneus et les empreintes de bottes y sont clairement visibles dans le sable. Les mains d’un homme, identifié par les témoins comme étant Mamadou, étaient liées derrière le dos et sa tête ensanglantée et en partie broyée. Des entailles étaient visibles ailleurs sur les corps des deux victimes.

Village de Libé, 22 octobre 2020

Human Rights Watch s’est entretenu avec 10 villageois présents lors de l’attaque du village de Libé, dans le Cercle de Bankass, au cours de laquelle les forces de sécurité maliennes auraient tué 25 villageois, incendié de nombreuses maisons et greniers et pillé du bétail et des objets de valeur. « Ils ont tué des gens pendant qu’ils couraient », a témoigné un villageois. « Certains ont été exécutés à bout portant, d’autres écrasés par des véhicules de l’armée, d’autres brûlés vifs à l’intérieur de leurs maisons. »

L’attaque a duré de midi à 14 heures environ. Un ancien du village a fourni à Human Rights Watch une liste des 25 victimes, dont trois femmes et deux enfants. Quatorze étaient âgées de plus de 50 ans. Un enfant n’a toujours pas été retrouvé. Un leader communautaire a déclaré que bon nombre des personnes tuées étaient trop malades, trop âgées ou trop jeunes pour fuir.

Un analyste militaire qui a enquêté sur l’incident de Libé a déclaré à Human Right Watch que « plusieurs forces de sécurité avaient pris part à l’opération, notamment l’armée, la garde nationale et l’armée de l’air ». Selon deux leaders communautaires, certains membres des forces de sécurité ont traité les villageois avec respect et dispensé les premiers soins à ceux qui avaient été blessés par d’autres.

À lire aussi :   Situation au Mali : le président Buhari en discute avec Goodluck Jonathan

« C’était comme si différents corps de l’armée avaient reçu différents ordres », a noté un ancien. « Un groupe s’est adressé avec respect aux habitants, les questionnant sur la présence de djihadistes, et l’autre groupe est venu tuer. » Deux villageois ont déclaré avoir observé quelques membres d’un groupe de défense civile d’ethnie Dogon travaillant aux côtés des forces de sécurité, servant de guides.

Un berger âgé de 40 ans dont le frère est mort dans l’attaque a déclaré :

Des coups de feu ont d’abord retenti du côté est du village. Alors qu’ils s’intensifiaient, j’ai vu des soldats envahir le village, certains à pied, d’autres à bord de véhicules blindés et de camionnettes. Les balles sifflaient partout. La panique s’est emparée du village ; les gens couraient en toute direction. Dieu merci, je me suis échappé, mais mon frère n’a pas survécu.

Un vendeur d’animaux a déclaré :

J’ai vu des véhicules équipés de mitrailleuses montées sur des camionnettes et des soldats tirant aveuglément des kalachnikovs [fusils d’assaut militaires]. Je n’ai vu aucun djihadiste armé ou membre d’un groupe de défense civile – il ne s’agissait pas d’un affrontement – c’était notre propre armée qui nous tirait dessus. J’ai vu des soldats incendier ma maison, j’ai tout perdu. J’ai eu de la chance ; ma famille et moi sommes toujours en vie. Nous pensions que s’ils nous soupçonnaient, ils fouilleraient nos maisons et nous questionneraient sur les djihadistes, mais au lieu de cela, ils sont venus nous tuer.

Un villageois qui avait quitté Libé ce matin-là pour la localité voisine de Baye a affirmé avoir vu 17 corps après son retour le lendemain matin, dont ceux de quatre hommes touchés par balle à la tête. Une femme âgée a vu des soldats exécuter trois d’entre eux :

Je me suis caché dans les toilettes alors que des soldats faisaient irruption dans la maison d’un voisin. De là, un autre groupe de soldats a capturé trois hommes qui avaient tenté de fuir. Ils [les soldats] se sont disputés pour savoir s’il fallait les arrêter ou les tuer. Je suis tombé à genoux, j’ai fermé les yeux, j’ai couvert mes oreilles, dans l’attente de ma propre mort. Soudain, j’ai entendu, pam, pam! D’un côté, les FAMa se livraient au pillage ; de l’autre, ils exécutaient des gens.

Au cours de l’attaque, des soldats ont rassemblé sept hommes de différentes parties du village et les ont emmenés dans un magasin abandonné à la périphérie de Libé. Les soldats leur ont bandé les yeux et attaché les mains avec du tissu, selon un témoin. Six de ces hommes, âgés de 41 à 65 ans, ont ensuite été exécutés. Un témoin a déclaré :

Les soldats ont fait entrer les hommes dans une boutique abandonnée, leur ordonnant d’aller à l’intérieur. Quelques minutes à peine après avoir amené le dernier, ils sont sortis, et celui qui avait pris position à la porte a ouvert le feu sur les hommes se trouvant à l’intérieur. Après le départ des soldats, j’ai vu tous les hommes, allongés dans une mare de sang qui ne cessait de croître, leurs mains liées, leurs yeux bandés, des douilles de balles partout… pas un ne respirait. Je n’ai pas entendu les soldats poser de questions avant d’ouvrir le feu… C’est arrivé si vite.

Les villageois ont raconté qu’il leur a fallu plusieurs jours pour enterrer 24 corps en octobre après l’attaque. « Nous avons inhumé quatre personnes qui avaient été écrasées par un véhicule », a relaté l’un d’eux. « Nous avons vu des traces de véhicules lourds tout autour d’eux, leurs organes étaient dispersés. »

« J’ai personnellement aidé à enterrer les six hommes exécutés dans la boutique abandonnée, et trois autres dont nous avons trouvé les corps calcinés dans des maisons, dont un enfant ; il ne restait plus que les os et les crânes. Chaque matin, quatre jours durant, nous avons continué à trouver des corps. Au total, nous avons enterré 24 personnes dans 10 tombes », a déclaré un autre villageois.

Un autre corps dans un état avancé de décomposition a été retrouvé aux alentours du 9 novembre. « La dernière victime que nous avons trouvée dans la forêt avait probablement été blessée par balle, et s’est vidée de son sang alors qu’elle se cachait », a estimé un villageois. « Avec ce corps, le nombre de morts a été porté à 25.»

Plusieurs villageois ont déclaré que les soldats avaient pillé des biens dans des domiciles et des boutiques. « Ils ont saccagé le village de fond en comble, emportant des objets de valeur, de la nourriture dans les boutiques et du bétail », s’est ému un homme âgé. « Ils ont chargé des matelas de la maison de mon voisin à bord de leurs véhicules, et dans le mien, ils ont volé des draps, des assiettes et des bijoux que je portais pendant mon mariage », a ajouté une femme. « Ils sont partis avec tout mon troupeau de chèvres », a déploré un berger.

Une femme âgée de 60 ans qui avait été traînée hors de sa maison par un soldat a déclaré : « Il m’a poussée vers le sol, a mis son pied sur mon cou, arraché mes boucles d’oreilles et mes bracelets en argent, et m’a volé de l’argent, du tissu, des couvre-lits et le nouveau boubou de mon mari, qu’il n’avait même pas encore porté. »

Les habitants ont également dénoncé l’incendie et la destruction du village. « Ils ont incendié nos maisons, des boutiques  et des motos, et détruit le puits », s’est désolé un villageois. « Nous vivons sur des décombres. Notre village a été bâti il y a des siècles ; il a été détruit en moins de deux heures. » Un vendeur d’animaux a déclaré : « Les images de la découverte des corps emplissent nos esprits ; nos enfants ne peuvent plus dormir… La peur règne maintenant. »

Plusieurs villageois ont reconnu la présence d’islamistes armés à Libé et à proximité comme la raison de l’opération de l’armée, notamment après l’attaque du 13 octobre contre le camp militaire de Sokoura, non loin de Libé, lors de laquelle neuf soldats ont été tués. Mais les villageois ont condamné l’incapacité des forces de sécurité à opérer une distinction entre combattants et civils. « Oui, il y a des djihadistes dans cette zone, mais ils se regroupent dans les forêts,  pas à l’intérieur du village », a commenté un commerçant âgé de 40 ans. « Une armée professionnelle devrait prendre le temps de savoir qui est un djihadiste et qui ne l’est pas, au lieu d’ouvrir le feu sur tout le village. »

Le 28 octobre, un communiqué du ministère malien de la Défense et des Anciens combattants a dénoncé les accusations concernant l’implication de membres des FAMa dans les meurtres de Libé comme « des déclarations mensongères qui ne visent qu’à ternir l’image des Forces Armées Maliennes », tout en déclarant que des enquêtes seraient menées « pour mettre en lumière tout cas de dérapages avérés ». Personne à ce jour n’a été appréhendé pour les meurtres.

Vous êtes sur whatsapp,intégrez et recevez nos articles depuis nos groupes disponible sur le whatsapp

🚨DOINGBUZZ ACTUALITE NEW Pour offres d'emploi 👉🏾 -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun  -🇨🇲 Cameroun  Groupe Emploi Whatsapp Doingbuzz

Cliquer ici pour les autres groupes👆

Cliquer ici 👆

Doingbuzz sur Télégram: Si vous êtes sur Télégramme abonnez vous !!😍 ACTUALITE via Telegram 😍 Offre d'emploi via Telegram .

-🇧🇯 Bénin- 🇧🇯 Bénin - 🇧🇯 Bénin -🇧🇯 Bénin-🇳🇪 Niger -🇳🇪 Niger - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun  -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun - 🇫🇷 France - 🇫🇷 France - 🇲🇱 Mali - 🇧🇫 Burkina Faso - 🇧🇫 Burkina Faso -🇬🇦 Gabon -🇬🇳 Guinéé - 🇲🇱 Mali - 🇲🇱 Mali - 🇨🇩 Congo RDC - 🇨🇬 Congo Brazzaville -🇲🇦 Maroc - 🇹🇩 Tchad -Pour les autres pays

NB: NE PAYEZ AUCUN FRAIS DE DOSSIERS POUR UNE OFFRE D’EMPLOI

--
Pages Social Media Coaching

Laisser votre commentaire