L’Ukrainien Zelenskiy appelle à des pourparlers de paix urgents et met en garde contre une catastrophe à Marioupol


Video player

Le président ukrainien, Volodymyr Zelenskiy, a appelé à des pourparlers « significatifs et équitables » sans délai sur l’invasion de la Russie, la présentant comme une chance pour Moscou de limiter les dégâts causés par ses propres erreurs.

Dans une allocution vidéo tôt samedi, Zelenskiy a déclaré: « Il est temps de se rencontrer. Il est temps de parler. Il est temps de restaurer l’intégrité territoriale et la justice pour l’Ukraine. Sinon, les pertes de la Russie seront si énormes que plusieurs générations ne suffiront pas pour rebondir ».

« La guerre doit cesser », a-t-il ajouté car « les propositions de l’Ukraine sont sur la table. »

Auparavant, Vladimir Poutine avait affirmé lors d’un appel avec le chancelier allemand, Olaf Scholz, que Kiev « tentait de bloquer les pourparlers de paix », mais Moscou tenait toujours à poursuivre les négociations.

Dans le sud, au moins 40 soldats ukrainiens auraient été tués à la suite d’une frappe aérienne russe sur une caserne de l’armée dans la ville de Mykolaïv, selon les médias locaux.

Le maire de Mykolaïv, Oleksandr Senkevich, a déclaré vendredi sur Facebook que plusieurs villages de la région avaient été occupés et que la ville avait été la cible de tirs nourris, la qualifiant de « journée difficile ».

Les combats se poursuivent dans la ville portuaire clé de Marioupol, le ministère ukrainien de la Défense ayant déclaré vendredi soir qu’il avait « temporairement » perdu l’accès à la mer d’Azov, qui se connecte à la mer Noire et serait une perte majeure pour l’Ukraine.

Zelenskiy a accusé les forces russes d’y avoir créé une « catastrophe humanitaire » en bloquant délibérément l’approvisionnement de la ville dans le but de forcer les habitants à obéir à leurs agresseurs. Qualifiant cette décision de crime de guerre, le président a déclaré que les soldats russes seraient confrontés à un « aller simple obligatoire pour La Haye », où siège la Cour pénale internationale.

Plus de 350 000 civils ont été bloqués avec peu de nourriture ou d’eau à Marioupol, qui était sous un bombardement constant vendredi. La Russie a affirmé que ses forces « serraient l’étau » autour de la ville, où environ 80% des maisons de la ville avaient été endommagées.

Quelque 9 000 personnes ont réussi à fuir Marioupol, tandis que les travaux se poursuivent pour atteindre les centaines de civils qui seraient piégés dans un abri sous le théâtre de la ville, qui a été détruit par les bombardements russes mercredi. Environ 130 personnes ont été secourues des décombres, certaines grièvement blessées. Il n’y a pas encore de mot sur le nombre de morts.

Dans tout le pays, Zelenskiy a dit que l’avancée des forces russes s’était arrêtée, un point de vue repris par les agences de renseignement occidentales. L’armée britannique a fait savoir que le ciblage continu des civils à Marioupol était un signe des échecs de la Russie au cours des trois premières semaines de la guerre.
[13:09, 21/03/2022] Civ: Syrie : première visite d’Assad aux Emirats Arabes Unis

Le président syrien Bachar al-Assad a rencontré le vice-président des Emirats Arabes Unis, le cheikh Mohammed bin Rashid Al Maktoum, à Dubaï. Cette visite est une première dans un État arabe depuis le début de la guerre syrienne en 2011. Assad a également rencontré le président des Emirats Arabes Unis, le cheikh Mohammed bin Zayed Al Nahyan.

Le Cheikh Mohammed bin Zayed Al Nahyan a exprimé son espoir que cette visite serait le début de la paix, de la stabilité pour la Syrie et le Moyen-Orient. La rencontre intervient quelques jours après le onzième anniversaire du début du soulèvement en Syrie.

Les discussions entre Assad et Al Maktoum ont porté sur les perspectives d’élargissement du cercle de la coopération bilatérale notamment aux niveaux économiques. Par ailleurs, les deux dirigeants ont discuté de l’intégrité territoriale de la Syrie et le retrait des forces étrangères du pays.

Cette visite démontre que certains pays du monde arabe sont prêts à reprendre contact avec le régime syrien. La Jordanie et le Liban l’ont déjà fait et exhortent les États-Unis à assouplir les sanctions contre la Syrie.

Interrogé sur la visite d’Assad aux Émirats Arabes Unis, le porte-parole du département d’État américain, Ned Price, a déclaré que Washington était déçu par cette tentative de légitimer Bachar al-Assad. Pour les Etats-Unis, le président syrien demeure le responsable de la mort et des souffrances d’innombrables Syriens.

Assad a rarement voyagé à l’extérieur du pays pendant la guerre civile. Il ne s’est rendu qu’en Russie et en Iran. Le régime syrien a repris le contrôle de la majeure partie du pays grâce à l’aide militaire de ses alliés russes et iraniens. Ceci étant, un certain nombre de pays arabes ont renoué leurs liens avec Damas ces dernières années.

L’un des principaux motifs des Émirats Arabes Unis et l’Arabie Saoudite, est d’émousser l’implication de leur ennemi l’Iran. En effet, Téhéran a vu son influence s’étendre rapidement dans le conflit syrien.

Pour rappel, les Émirats Arabes Unis ont rouvert leur ambassade en Syrie fin 2018. Cependant, les relations entre les deux pays sont restées froides. L’automne dernier, le ministre émirati des affaires étrangères s’est envolé pour Damas pour une rencontre avec Assad. Les États-Unis, alliés des émiratis, se sont montrés hostiles à un tel rapprochement. Par la suite, Washington a laissé entendre qu’il ne soutiendrait aucune normalisation avec Damas.

Quel est ton avis sur le site ?

View Results

loading - L'Ukrainien Zelenskiy appelle à des pourparlers de paix urgents et met en garde contre une catastrophe à Marioupol Loading ...
--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire