L’ONU estime que 3,9 milliards de dollars sont nécessaires pour l’aide au Yémen

Les Nations Unies auront besoin d’environ 3,9 milliards de dollars cette année pour aider des millions de personnes au Yémen déchiré par la guerre, a déclaré un haut responsable humanitaire de l’ONU.

Le secrétaire général adjoint par intérim aux affaires humanitaires et coordinateur adjoint des secours d’urgence, Ramesh Rajasingham, a déclaré mercredi au Conseil de sécurité de l’ONU que “la plus grande contrainte en ce moment est le financement” pour aider quelque 16 millions de personnes au Yémen, où une guerre civile fait rage depuis plus de sept ans.

« J’appelle tous les donateurs à maintenir – et si possible, à augmenter – leur soutien cette année », soutient Rajasingham.

Il a ajouté que le financement avait diminué ces dernières années, le plan de réponse de l’année dernière n’étant financé qu’à 58% et le Programme alimentaire mondial des Nations Unies annonçant en décembre des coupes dans son budget d’assistance pour huit millions de personnes.

« D’autres programmes vitaux, notamment les services d’approvisionnement en eau, de protection et de santé reproductive, ont également été contraints de réduire ou de fermer ces dernières semaines par manque de fonds », a estimé Rajasingham.

Outre le financement, l’accès humanitaire et la sécurité restent également des obstacles majeurs à l’aide.

Mercredi, l’ONU a également tiré la sonnette d’alarme sur la poursuite des hostilités dans le pays, affirmant que les belligérants avaient accéléré leurs efforts pour revendiquer la victoire sur le champ de bataille.

Hans Grundberg, envoyé du secrétaire général de l’ONU au Yémen, a déclaré au Conseil de sécurité que les parties au conflit « multiplient les options militaires ».

« Sept ans après la guerre, la croyance dominante de toutes les parties belligérantes semble être qu’infliger suffisamment de mal à l’autre les forcera à se soumettre. Cependant, il n’y a pas de solution durable à long terme à trouver sur le champ de bataille », a-t-il insisté.

Les parties, à en croire Grundberg, devraient plutôt se tourner vers la table des négociations « même si elles ne sont pas prêtes à déposer les armes ».

L’ONU a estimé que la guerre a tué 377 000 personnes d’ici la fin de 2021, à la fois directement et indirectement à cause de la faim et de la maladie.

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire