Oyo Jailbreak: Les détenus en fuite : 23 violeurs, 101 condamnés pour vol sont les détenus en fuite

Le gouvernement a mis en garde les membres du public contre les détenus en fuite.

Le gouvernement fédéral a de nouveau exhorté le public à informer la police lorsqu’il apercevrait l’un des détenus qui s’était échappé du centre de détention moyen d’Abolongo dans l’État d’Oyo.

Rappelons que des hommes armés ont attaqué le centre le vendredi 22 octobre et libéré plusieurs détenus.

Dans le but de récupérer les détenus, le ministère de l’Intérieur a publié les noms et les photos des prisonniers en fuite.

Parmi eux se trouvent 23 détenus, qui étaient en détention pour des infractions à caractère sexuel et plus de 100 accusés, qui ont été arrêtés pour vol à main armée présumé.

Le ministère a également mis en garde le public contre toute forme d’assistance aux détenus en fuite.

Les décrivant comme dangereux, le ministre de l’Intérieur, Ogbeni Rauf Aregbesola, a déclaré que la seule assistance que les membres du public pouvaient faire était d’informer les agents de sécurité de leur présence partout où ils se trouvaient.

Une note écrite à côté des données des 200 détenus en fuite, a déclaré que leur aide est punissable par la loi.

La note se lit comme suit : « Noms et visages des personnes recherchées, qui se sont échappées du centre de détention d’Oyo le vendredi 22 octobre 2021. Veuillez noter que ces personnes sont dangereuses !

« Veuillez contacter le poste de police ou l’agence de sécurité la plus proche de chez vous lorsque vous apercevez l’une de ces personnes.

« Remarque : C’est un crime punissable par la loi de prêter toute forme d’assistance à ces personnes. »

Aregbesola avait récemment promis que le gouvernement fédéral ferait tout pour ramener tous les détenus en fuite dans l’établissement.

« Nous poursuivons chaque détenu qui s’est évadé. Nous les chasserons jusqu’au bout du monde. Toutes les agences de sécurité du pays sont sur leur piste. Nous ne nous reposerons ni ne nous fatiguerons tant que nous n’aurons pas ramené le dernier, mort ou vivant », a-t- il déclaré.

Il a ajouté que l’établissement correctionnel d’Oyo avait été attaqué par des hommes armés pour ridiculiser le gouvernement fédéral.

 

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire