Les Camerounais rapatriés de Guinée Equatoriale

« Le gouvernement de Guinée équatoriale a lancé le week-end dernier une opération de grande envergure pour identifier et mettre à jour des documents.

Cela n’implique pas que des Camerounais. Mais comme le Cameroun y a une colonie forte, cela montre que seuls mes compatriotes sont la cible.

C’est la quintessence du discours prononcé par l’ambassadeur du Cameroun en Guinée équatoriale, Désiré Jean-Claude Owono Menguelé. La question de la libre circulation des personnes est l’une des pierres d’achoppement parmi les États membres de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC).

Cette divergence est liée à diverses raisons, dont certaines s’inscrivent dans une structure imaginaire développée notamment au Gabon et en Guinée équatoriale. Le refus manifeste des deux pays d’appliquer le principe de libre circulation des personnes dans la communauté réside dans trois malentendus majeurs : ces malentendus sont l’invasion de la population, le pillage économique et les anomalies sociales liées aux crimes étrangers.

À lire aussi :
Guinée Equatoriale/ 17 morts et 400 blessés dans plusieurs explosions

Ces manifestations sont fortement ancrées dans la conscience nationale, exprimées à travers des politiques d’immigration et des pratiques frontalières discriminatoires à l’encontre des ressortissants de la sous-région.

« Les conditions de vie très difficiles dans notre pays sont pour les Camerounais, jeunes et moins jeunes, de partir, pas la principale raison d' »envahir » les pays voisins : Gabon, Guinée équatoriale, République centrafricaine, Tchad.

Parmi ces ressortissants camerounais, certaines personnes essayé d’obtenir des documents, mais d’un autre côté, d’autres personnes opèrent illégalement. Ainsi, lorsque les gouvernements de ces pays lancent de telles actions, il y aura toujours beaucoup de pertes matérielles, y compris des pertes de vie. Je regrette la « libre circulation des Zone CEMAC » « C’est loin d’être une réalité », estime Olivier Kana, un ancien expatrié.

À lire aussi :
Guinée Equatoriale/ 17 morts et 400 blessés dans plusieurs explosions

Le complexe d’infériorité numérique du Gabon et de la Guinée équatoriale, les deux pays les plus peuplés d’Afrique centrale, semble être l’un des fondements de leur politique d’immigration exclusive.

Un fait prouve souvent cette complexité : l’enrichissement des données démographiques officielles.

Aux yeux des donateurs et des organisations multilatérales, elle est souvent interprétée comme un moyen de justifier des dépenses publiques excessives et l’incapacité de redistribuer la richesse nationale de manière équitable.

Cette surpopulation peut aussi être considérée comme un prétexte à la géopolitique. Pour être précis, l’augmentation artificielle du nombre d’étrangers, notamment observée en Guinée équatoriale, permet de prouver le fameux argument de l’invasion démographique d’origine étrangère, et prouve donc que le pays numériquement défavorisé maintient « une » Raisonnabilité.

À lire aussi :
Guinée Equatoriale/ 17 morts et 400 blessés dans plusieurs explosions

Conditions de migration spécifiques. En d’autres termes, la pratique de l’expulsion massive des immigrés.

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire