togopapel Publicité 2 doingbuzz echowebafrique asso afritogo

L’Egypte rejette les allégations de surveillance pendant la COP27

L'Egypte Rejette Les Allégations De Surveillance Pendant La Cop27

Le Département de la sécurité de l’ONU enquête sur des allégations de surveillance et d’inconduite de la part de la police égyptienne à l’encontre de délégués participant au sommet sur le climat COP27 à Charm al-Cheikh.

La délégation allemande aurait avancé les allégations de surveillance. Cela fait suite à un événement auquel participait la sœur d’un gréviste de la faim emprisonné et militant pro-démocratie Alaa Abdel Fattah.

Le représentant de la présidence égyptienne de la COP27, Wael Aboulmagd, a rejeté ces allégations.

« Je n’ai rien reçu de la délégation allemande. J’ai vu des reportages dans les médias ; ils sont pour la plupart vagues, imprécis et inexacts. À première vue, cela semble ridicule, car c’est un événement ouvert, donc pourquoi une surveillance indésirable existerait-elle dans un événement ouvert alors que tout le monde peut entrer, tout le monde peut écouter et tout le monde peut entendre ce qui se passe… ? Alors j’attendrais avant de commenter cela », a déclaré le représentant égyptien.

Lire aussi : RCA : Le Conseil de sécurité de l’ONU prolonge sa mission de maintien de la paix

Wael Aboulmagd a affirmé que les allégations étaient une distraction. « Je peux vous dire que certaines personnes à qui nous avons parlé, ont dit, du monde en développement, en particulier, étaient fatigués de ces distractions, apparemment intentionnelles, des problèmes climatiques ».

L’ONG basée à New York, Human Rights Watch, avait précédemment condamné les plans de « surveillance radicale » de l’Égypte, qui comprenaient des enregistrements téléphoniques et l’installation de caméras dans des centaines de taxis à Charm al-Cheikh.