Le Vatican retire ses représentants de Taiwan et de Hong Kong sans explication


Video player

L’Église catholique romaine a remanié ses représentants dans les principaux pays d’Asie de l’Est, suscitant des spéculations selon lesquelles le Vatican prend des mesures de bonne foi pour apaiser le Parti communiste chinois (PCC), une accusation que les prélats catholiques nient.

Le 31 janvier, le Vatican a annoncé que Monseigneur Arnaldo Catalan à Taiwan quitterait le pays pour prendre un nouveau poste au Rwanda. Cinq jours plus tard, il a été annoncé que Monseigneur Javier Herrera Corona de Hong Kong déplacerait des stations au Congo.

Le Vatican n’a pas eu de relations diplomatiques officielles avec Pékin depuis la révolution communiste, mais les sièges nouvellement libérés à Hong Kong et à Taïwan – deux postes internationaux clés pour la communication avec le PCC – ont fait craindre que l’église envisage activement de tendre la main à la Chine.

Monseigneur Corona s’est entretenu avec l’Union of Catholic Asian News le 8 février au sujet des transferts et a déclaré aux journalistes que le remaniement était un processus normal et banal.

“Ce sont des transferts réguliers”, selon sa réaction sur UCA News.

“La mission à Hong Kong n’est pas fermée. Taïwan ne se replie pas non plus”, a-t-il poursuivi, ajoutant que des remplacements pourraient être “attendus d’ici trois mois”.

L’Église catholique en Chine est officieusement divisée selon des lignes politiques entre l’Organisation catholique patriotique chinoise (CPCO) approuvée par le Parti communiste et « l’Église clandestine » qui a tenté d’échapper à l’ingérence du PCC dans leur liturgie et leur hiérarchie.

L’Église CPCO est la seule forme approuvée de culte catholique public dans le pays, car le PCC maintient une emprise stricte sur la nomination des évêques et la célébration des sacrements, malgré les protestations du Vatican.

Le catholicisme pose un problème unique pour la nation communiste, car sa structure et sa gouvernance accordent au pontife étranger l’autorité sur la vie spirituelle de ses adeptes.

Le Forum des religieux pour la justice et la paix, un groupe de membres du clergé catholique et de laïcs en Inde, a écrit une lettre au cardinal Oswald Gracias de Mumbai exhortant les évêques à assister aux attaques croissantes des groupes nationalistes hindous d’extrême droite contre les chrétiens indiens, selon Crux À présent.

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire