En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 Découvrez nos offres pour annonceurs - Publicité 4 Publicité 4 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 Visitez 3Vision Group - Publicité 3 Publicité 3 banner Publicité 3
Actualités, Afrique A la Une

Le roi Charles III estime qu’il « ne peut y avoir aucune excuse » aux abus coloniaux au Kenya



Il ne peut y avoir « aucune excuse » pour les atrocités commises contre les Kenyans pendant la domination coloniale britannique, a déclaré mardi le roi Charles III dans ce pays d’Afrique de l’Est, mais n’a pas demandé pardon comme certains l’avaient espéré.
« Des actes de violence odieux et injustifiables ont été commis contre les Kenyans alors qu’ils (…) menaient une lutte douloureuse pour l’indépendance et la souveraineté. Et il n’y a aucune excuse pour cela », a déclaré le monarque britannique lors d’un dîner d’État offert par le président kényan, William Ruto.
Charles III a affirmé qu’il espérait « rencontrer certains de ceux dont la vie et les communautés ont été si durement touchées » par les abus coloniaux.
« Rien de tout cela ne peut changer le passé, mais en abordant notre histoire avec honnêteté et ouverture, nous pourrons peut-être démontrer la force de notre amitié aujourd’hui et, ce faisant, nous pourrons, je l’espère, continuer à construire des liens toujours plus étroits pendant des années. à venir », a-t-il ajouté.
Cette visite de quatre jours intervient quelques semaines seulement avant le 60e anniversaire de l’indépendance de cette ancienne colonie. C’est la première de Charles III en tant que roi dans un pays du Commonwealth.
Cette visite du monarque de 74 ans et de la reine Camilla (76 ans) souligne « le partenariat fort et dynamique entre le Royaume-Uni et le Kenya », selon l’ambassade britannique. Mais Buckingham a également déclaré que ce serait l’occasion d’évoquer « les aspects les plus douloureux de l’histoire commune » des deux pays.
L’un des épisodes les plus meurtriers fut la révolte des Mau Mau, dont la répression par le pouvoir colonial britannique fit plus de 10 000 morts entre 1952 et 1960. Trente-deux colons furent également tués.
En 2013, après des années de procédures judiciaires, Londres a accepté d’indemniser plus de 5 000 Kenyans victimes d’abus lors du soulèvement Mau Mau. Après déduction des frais de justice, chacun a reçu environ 2 600 £ (3 000 €). Les autorités britanniques avaient alors exprimé leurs « sincères regrets » pour les violences coloniales au Kenya.
Mais de nombreuses organisations kényanes d’anciens combattants et de défense des droits de l’homme attendent davantage.
Avec Africanews

Rejoignez DOINGBUZZ PREMIUM

Découvrez un monde de contenus exclusifs et d'opportunités.

Accédez Maintenant

Lancez-vous dans une nouvelle aventure avec DoingBuzz

Découvrez une multitude d'offres d'emploi et de bourses d'études adaptées à votre parcours.

doingbuzz DIRECT
Mots-clés associés à l'article :

Newsletter

Abonnez-vous et accédez à tous nos articles en premier !