L’Australie accuse la Chine d’avoir braqué un laser sur un de ses avions de guerre


Video player

Le ministère australien de la Défense a accusé un navire de la marine chinoise d’avoir braqué un laser « de qualité militaire » sur l’un de ses avions de combat.

Le navire chinois naviguait dans la mer d’Arafura au large du nord de l’Australie lorsque l’incident s’est produit jeudi.

« Des actes comme celui-ci peuvent potentiellement mettre des vies en danger. Nous condamnons fermement les comportements militaires non professionnels et dangereux », a déclaré le ministère.

Les autorités chinoises n’ont pas encore commenté cet événement.

Les relations entre les deux pays ont été tendues ces dernières années à cause de plusieurs différends.

Les médias australiens ont rapporté des incidents laser similaires dans le passé, que les responsables du renseignement ont imputés aux petits navires chinois.

Un communiqué du ministère australien de la Défense a indiqué que l’avion ciblé était un Boeing P-8A Poseidon – un avion de patrouille maritime équipé de systèmes d’armes et de capteurs pour détecter les sous-marins.

Il a indiqué que le navire était l’un des deux navires de la marine chinoise naviguant vers l’est dans la mer d’Arafura avant de traverser le détroit de Torres entre l’Australie et la Papouasie-Nouvelle-Guinée, et dans la mer de Corail.

« Ces actions auraient pu mettre en danger la sécurité et la vie du personnel des Forces de défense australiennes », a estimé le ministère. « De telles actions ne sont pas conformes aux normes que nous attendons des militaires professionnels », condamne le ministère.

La Chine est le plus grand partenaire commercial de l’Australie, et dans le passé, les deux ont maintenu de bonnes relations. Mais ces dernières années, cela s’est effondré.

L’Australie a accusé Pékin d’ingérence dans sa politique intérieure, a interdit au géant chinois des télécommunications Huawei de construire une infrastructure technologique australienne et a appelé à une enquête sur les origines de Covid-19, détecté pour la première fois dans la ville chinoise de Wuhan.

Pékin a à son tour mis en garde les étudiants et les touristes contre le fait de se rendre en Australie, citant des incidents racistes à la lumière de la pandémie.

En septembre, la Chine a déclaré qu’une nouvelle alliance de sécurité entre l’Australie, le Royaume-Uni et les États-Unis risquait de « porter gravement atteinte à la paix régionale… et d’intensifier la course aux armements ».

Le journal d’État chinois Global Times a déclaré à l’époque que l’Australie s’était « transformée en adversaire de la Chine ».

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire