La Russie durcit sa position face aux tensions ukrainiennes


Video player

Avec des dizaines de milliers de soldats russes positionnés près de l’Ukraine, le Kremlin a laissé les États-Unis et ses alliés deviner ses prochains mouvements dans la pire crise de sécurité à émerger entre Moscou et l’Occident depuis la guerre froide.

Au milieu des craintes d’une attaque imminente contre l’Ukraine, la Russie a encore fait monter les enchères en annonçant davantage d’exercices militaires dans la région. Elle a également refusé d’exclure la possibilité de déploiements militaires dans les Caraïbes, et le président Vladimir Poutine a tendu la main aux dirigeants opposés à l’Occident.

La musculation militaire reflète une tentative audacieuse du Kremlin d’arrêter des décennies d’expansion de l’OTAN après la fin de la guerre froide. Dans les pourparlers avec les États-Unis, la Russie exige des garanties juridiquement contraignantes que l’alliance n’embrassera pas l’Ukraine et d’autres anciennes nations soviétiques, ou n’y placera pas d’armes. Il souhaite également que l’OTAN retire ses forces des pays d’Europe centrale et orientale qui ont rejoint l’alliance depuis les années 1990.

Poutine a décrit l’adhésion à l’OTAN de l’Ukraine et des autres ainsi que les déploiements d’armes de l’alliance là-bas comme une ligne rouge pour Moscou, avertissant qu’il ordonnerait des « mesures militaro-techniques » non spécifiées si les demandes ne sont pas satisfaites.

Poutine a évoqué les exercices de l’OTAN avec l’armée ukrainienne, les visites de plus en plus fréquentes des navires de guerre de l’alliance en mer Noire et les vols de bombardiers américains près de la Crimée pour souligner l’urgence des exigences de sécurité de la Russie. Il a fait valoir qu’en créant des centres de formation en Ukraine, les puissances occidentales peuvent y établir un pied militaire même sans rejoindre l’OTAN.

La Russie, qui a annexé la péninsule ukrainienne de Crimée en 2014, a nié avoir l’intention d’attaquer son voisin. L’année dernière, cependant, Poutine a lancé un avertissement sévère selon lequel une tentative de l’Ukraine de reprendre le contrôle des zones à l’est contrôlées par des séparatistes soutenus par la Russie aurait « de graves conséquences pour l’État ukrainien ».

Alors que les autorités ukrainiennes ont nié avoir planifié une telle offensive, les responsables du renseignement américain ont conclu que la Russie avait déjà déployé des agents pour commettre des actes de sabotage dans l’est et les a imputés à l’Ukraine dans une « opération sous fausse bannière » pour créer un prétexte à une éventuelle invasion. La Russie a rejeté l’allégation en parlant de « désinformation totale ».

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire