La Renaissance des véritables tissus et pagnes africains

Alors que la création africaine est plus que jamais à son summum, il y a lieu de parler de ces pièces qui servent de base pour l’inspiration. Rien ne se crée, rien de se perd, tout se transforme disait Lavoisier et cette citation se rapporte plus que jamais à la mode et à la création. Le savoir-faire artisanal africain est l’un des plus authentiques et des plus anciens. Entre temps tombé en désuétude avec la vague de la mondialisation, l’identité culturelle africaine reprend continuellement vie. Cette révolution portée par une nouvelle génération consciente de la richesse du patrimoine culturel fait renaître plusieurs pièces emblématiques. Plusieurs domaines de la culture dont l’art, la mode et bien d’autres sont en ébullition mais dans cet article nous mettrons à l’honneur l’artisanat. Nous parlerons plus précisément des tissus africains emblématiques issus de l’artisanat. Plusieurs d’entre eux représentent aujourd’hui les portes étendards du savoir faire africain et nous vous faisons découvrir les plus en vue. Pour commencer, oubliez le wax qui est considéré comme étant une référence du savoir faire africain mais qui est en réalité un produit adopté. Voici pour vous une liste non exhaustive de ces tissus et pagnes.

Le Kente ou le pagne des rois

Originaire du Ghana, ce pagne symbole de prestige et de noblesse est tissé exclusivement par des hommes comme l’impose la tradition. Il fait partie du patrimoine du pays d’autant plus qu’il est adoubé aujourd’hui même dans les hautes sphères. Plusieurs hommes d’État ghanéens ont même déjà eu à l’arborer fièrement pendant des rencontres politiques internationales. Le Kente est au départ d’ailleurs un pagne réservé exclusivement aux rois mais qui a fini par devenir accessible à tous. Aujourd’hui encore, le Kente se porte par des peuples originaires du Ghana partout dans le monde et ce souvent lors d’importantes occasions. Fait à base de coton et de soie, sa confection respecte des codes stricts selon les tribus. Ainsi, les motifs et les couleurs ont tous leurs significations sur un pagne Kente. Alors s’il te vient à l’idée de t’habiller comme un roi et honorer l’originalité africaine, tu sais quoi mettre.

À lire aussi :
Voici pourquoi Thomas Sankara n’était pas aimé par certains dirigeants africains

Le bogolan, nouvelle star des gardes robes

Fruit d’un savoir faire qui date de 1970, ce tissu artisanal se fait une nouvelle jeunesse depuis quelques années. Cette nouvelle révolution, le Bogolan le doit à une nouvelle vague de créateurs qui arrivent à mixer les motifs du pagne et la mode d’aujourd’hui. Il est donc aujourd’hui difficile de parler de style sans mentionner de Bogolan. Que ce soit en bomber, en foulard ou en robe, le tissu se décline sous plusieurs formes et séduit de plus en plus de fashionistas. Plusieurs stars mondiales et même des influenceurs ont adopté le Bogolan faisant du tissu aujourd’hui une pièce incontournable tant pour les hommes que les femmes. Mais bien avant de devenir la star du moment le Bogolan puise ses origines dans la culture traditionnelle de plusieurs pays africains dont principalement le Mali. Les motifs sobres qui font la renommée du tissu seraient obtenus à base de plusieurs teintures provenant de feuilles d’arbres et de la terre comme son nom l’indique (Bogolan= Issu de la terre en Bambara).

Le Faso Dan Fani

Aujourd’hui labellisé, le Faso Dan Fani est un tissu rempli d’histoire. Son histoire n’est d’ailleurs pas que culturelle mais aussi politique. Le pagne tissé du Pays (Signification en Dioula), bien que présent dans la culture burkinabè depuis sa genèse, il a connu sa première véritable révolution sous Thomas Sankara. L’anti-impérialiste en avait fait un symbole de sa révolution en 1983. Après, l’engouement était aussi vite tombé mais le Faso Dan Fani a pu renaître de ses cendres avec la volonté des fils du pays. L’actuel président Roc Kaboré a réussi à remettre à l’ordre du jour le port de ce tissu. Lui même étant devenu l’un de ses plus grands ambassadeurs, il l’aurait même conseillé comme tissu officiel aux fonctionnaires de l’État un peu comme l’avait décrété son modèle Thomas Sankara. L’artisanat local qui souffrait de l’impact des contrefaçons imprimées en Asie peut respirer un bol d’air frais depuis 2019. Un label qualité avec des codes barres et QR est imposé aux fabricants qui doivent remplir plusieurs conditions avant d’obtenir l’autorisation de production. En résumé, le Faso Dan Fani est plus que jamais lié à l’identité culturelle burkinabè.

À lire aussi :
Afrique: Voici les 10 dirigeants africains les plus diplômés

Le ndop bamiléké

Reconnaissable à sa teinture bleue indigo, le Ndop est un tissu très spécial. Imputable aux Bamiléke(Peuple d’Afrique centrale vivant dans la région de l’Ouest du Cameroun), son utilisation varie selon les occasions. C’est un tissu traditionnel utilisé pour des rituels mais aussi pour habiller rois et notables. Il serait aussi très prisé par les membres de sociétés secrètes. Les motifs qui ornent les tissus ndop ne sont pas souvent faits au hasard. Chaque artisan a un message à passer et il use des dessins du ndop pour le faire. Il est considéré comme le plus riche en significations parmi les étoffes bamilékés. Initialement tissé à la main, sa fabrication a évolué avec la modernisation mais garde toujours autant d’authenticité dans la culture Bamiléké.

Le bazin du Mali

À lire aussi :
Découvrez tous les créateurs africains qui ont travaillé avec Beyoncé sur "Black is King"

Il peut être considéré dans une demi mesure comme étant un produit du savoir faire africain. Si les tissus de base ne sont pas tissés en Afrique, leur teinture quant à elle est faite artisanalement sur le continent ; principalement au Mali. Ce pagne qui se décline très souvent aux couleurs de l’arc en ciel mais aussi en couleurs uniques est ancré dans la culture africaine. Étant un tissu éclatant, il est très prisé pour les grandes occasions et est même considéré comme un signe extérieur de richesse. Il se décline aussi en plusieurs catégories qui varient selon la qualité. Le bazin riche est par exemple le top avec une texture plus solide et des couleurs qui résistent au lavage et à l’usure. Il existe aussi des qualités inférieures comme le bazin moyennement riches et le bazin moins riche qui sont bien évidemment moins chers et n’offrent pas le même confort que l’original.

Quel rapport avec l’artisanat aujourd’hui ?

Il existe aujourd’hui plusieurs créateurs qui utilisent ces tissus et pagnes pour en faire des produits dérivés. Les plus raffinés et les meilleurs se retrouvent aujourd’hui dans différents concept store de la ville. Mais celui qui a le plus attiré notre attention en se démarquant de part la qualité des articles et son positionnement, c’est Nahyel. Vous pouvez vous rendre dans la boutique Nahyel sise au 1 Place Washington, Dakar, Senegal ou sur la plateforme www.nayhel.com pour vous faire plaisir mais aussi pour honorer la tradition et encourager les brillants créateurs.

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire