La Colombie légalise l’avortement


Video player

La Colombie a décriminalisé l’avortement au cours des 24 premières semaines de grossesse, ajoutant à une récente série de victoires juridiques pour les droits reproductifs en Amérique latine.

La cour constitutionnelle du pays sud-américain a statué à cinq contre quatre pour dépénaliser la procédure lundi soir. Cette décision fait suite à une série de décisions au Mexique et en Argentine qui ont abaissé les obstacles à l’avortement.

Auparavant, l’avortement en Colombie n’était autorisé qu’en cas de risque pour la vie ou la santé de la mère enceinte; l’existence de malformations fœtales potentiellement mortelles; ou lorsque la grossesse est le résultat d’un viol, d’un inceste ou d’une insémination artificielle non consensuelle.

“Nous célébrons cette décision comme une victoire historique pour le mouvement des femmes en Colombie qui se bat depuis des décennies pour la reconnaissance de leurs droits”, a déclaré Erika Guevara-Rosas, directrice pour les Amériques à Amnesty International, dans un communiqué. “Les femmes, les filles et les personnes capables d’avoir des enfants sont les seules qui doivent prendre des décisions concernant leur corps.” selon elle.

“Maintenant, au lieu de les punir, les autorités colombiennes devront reconnaître leur autonomie sur leur corps et leurs projets de vie”, a poursuivi Guevara-Rosas.

Au moment où le jugement a été rendu, les manifestants en faveur de l’accès à l’avortement vêtus de vert – la couleur adoptée par le mouvement pro-choix – ont célébré devant la cour constitutionnelle colombienne au centre-ville de Bogotá, la capitale. Des manifestants anti-avortement ont également eu lieu contre la décision.

Des groupes de défense des droits à l’avortement, collectivement connus sous le nom de Green Wave, ont intenté une action en justice pour faire retirer l’avortement du code pénal. Le mouvement avait déjà vu la Cour constitutionnelle décider de ne pas statuer sur la question à plusieurs reprises au cours des deux dernières années.

Les groupes de défense des droits reproductifs estiment que jusqu’à 400 000 avortements sont pratiqués chaque année en Colombie, dont seulement 10 % sont pratiqués légalement. En 2020, au moins 26 223 avortements à risque ont été pratiqués dans toute la Colombie, selon Profamilia, un prestataire local de soins de santé reproductive.

Selon Causa Justa, une coalition colombienne de défense des droits des femmes, au moins 350 femmes ont été condamnées ou sanctionnées pour avortement entre 2006 et mi-2019, dont au moins 20 filles de moins de 18 ans.

L’Amérique latine, une région traditionnellement conservatrice dotée d’un puissant lobby chrétien catholique et évangélique, possède certaines des lois sur l’avortement les plus restrictives au monde, interdisant souvent purement et simplement la procédure. Au Salvador, des dizaines de femmes ont été emprisonnées pour homicide après avoir subi des urgences obstétricales.

La Cour suprême du Mexique a décriminalisé l’avortement l’année dernière, tandis que les parlementaires équatoriens ont assoupli la semaine dernière les réglementations qui permettent désormais l’accès à l’avortement en cas de viol.

Quel est ton avis sur le site ?

View Results

loading - La Colombie légalise l'avortement Loading ...
--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire