Joe Biden et Vladimir Poutine vont échanger sur la crise ukrainienne

Le président Joe Biden et le Russe Vladimir Poutine s’entretiendront mardi par appel vidéo, a annoncé la Maison Blanche, au milieu des tensions croissantes concernant l’Ukraine.

Cela survient après que le secrétaire d’État Antony Blinken a déclaré que les États-Unis avaient des preuves que la Russie avait prévu une attaque « à grande échelle » contre l’Ukraine.

Mais il a ajouté qu’il n’était pas clair si M. Poutine avait pris la décision finale d’envahir.

La Russie a démenti toute intention de ce genre et a accusé l’Ukraine d’avoir procédé à la constitution de ses propres troupes.

Dans un communiqué publié samedi soir, l’attachée de presse de la Maison Blanche, Jen Psaki, a déclaré que M. Biden « soulignera les préoccupations des États-Unis concernant les activités militaires russes à la frontière avec l’Ukraine et réaffirmera le soutien des États-Unis à la souveraineté et à l’intégrité territoriale de l’Ukraine » au cours de son appel avec le président russe.

L’Ukraine affirme que la Russie a déployé des véhicules blindés, des systèmes de guerre électronique et 94 000 soldats le long de leur frontière commune.

C’est la plus grande masse de forces russes à ses frontières depuis l’annexion de la Crimée à l’Ukraine en 2014.

Citant des rapports de renseignement, le ministre ukrainien de la Défense Oleksii Reznikov a déclaré que Moscou pourrait planifier une offensive militaire fin janvier.

Le mouvement des troupes russes a compliqué les relations déjà tendues entre la Russie et les États-Unis.

Vendredi, M. Biden a averti qu’il rendrait « très, très difficile » à M. Poutine « d’aller de l’avant et de faire ce que les gens craignent qu’il fasse ».

Les États-Unis et leurs alliés européens ont discuté de l’imposition de sanctions à la Russie si elle prend des mesures agressives.

Bien que l’Ukraine ne soit pas membre de l’OTAN, elle entretient des liens étroits avec le bloc et a reçu des armes occidentales, notamment des missiles antichars américains Javelin.

Les responsables russes ont nié tout projet d’invasion et ont déclaré que les troupes frontalières étaient là pour des exercices militaires.

Moscou a accusé l’OTAN de se livrer à un comportement provocateur en organisant des exercices dans la mer Noire, au large de la Crimée. Le ministère russe des Affaires étrangères a également déclaré que l’Ukraine avait elle-même envoyé 125 000 soldats à sa frontière commune. Kiev a refusé de commenter la demande.

Cette semaine, le plus haut officier militaire britannique a déclaré « nous devons être sur nos gardes » quant au potentiel de conflit dans la région.

Le général Sir Nick Carter a déclaré à la BBC qu’il « espérait distinctement » qu’il n’y aurait pas de guerre avec la Russie, mais a ajouté que l’OTAN devrait être prête à cette éventualité.

Les tensions entre la Russie et l’Ukraine ne sont pas nouvelles. En 2014, la Russie a annexé la péninsule de Crimée en Ukraine et a commencé peu après à soutenir une insurrection séparatiste dans l’est de l’Ukraine.

Plus récemment, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a imposé des sanctions à un puissant ami du président Poutine et interdit les émissions de trois chaînes de télévision pro-russes.

Les présidents Biden et Poutine ont tenu leurs seuls entretiens face à face à Genève en juin. Reuters rapporte que leur dernier appel téléphonique a eu lieu le 9 juillet.

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire