Instagram serait mentalement nocif pour les adolescents, selon Facebook

Selon une fuite de la firme de Mark Zuckeberg rapportée par Wall Street Journal (WSJ), Instagram serait dangereux pour la santé de ses jeunes utilisateurs. En effet, Facebook a gardé secrète pendant deux ans une recherche interne qui indique que son application de partage de photos aggrave les problèmes d’image corporelle chez les adolescentes,

Depuis au moins 2019, le personnel de Facebook étudie l’impact de son produit sur l’état d’esprit de ses jeunes utilisateurs. Leurs recherches ont révélé à plusieurs reprises qu’il était néfaste pour une grande partie d’entre eux, et notamment les adolescentes.

À lire aussi :
Facebook : est-il possible de rendre privé votre compte ?

« Nous aggravons les problèmes d’image corporelle pour une adolescente sur trois », indique une diapositive d’une présentation interne en 2019, vue par le Wall Street Journal. Une autre diapositive indiquait : « Les adolescents accusent Instagram d’être responsable de l’augmentation du taux d’anxiété et de dépression. Cette réaction était spontanée et cohérente dans tous les groupes ».

 

Facebook a toujours nié les effets néfastes d’Instagram

Composée des résultats de groupes de discussion, d’enquêtes en ligne et d’études de journaux intimes en 2019 et 2020, la recherche de Facebook montre pour la première fois à quel point l’entreprise est consciente de l’impact de son produit sur la santé mentale des adolescents. Pourtant, en public, les dirigeants de la firme, propriétaire d’Instagram depuis 2012, ont toujours minimisé son impact négatif sur les adolescents.

À lire aussi :
Une photo d’oignons jugée « trop sexy » et censurée par Facebook

 

Par exemple, en mars dernier, Mark Zuckerberg a affirmé que les médias sociaux étaient plus susceptibles d’avoir des effets positifs sur la santé mentale. En mai, Adam Mosseri, responsable d’Instagram, a déclaré qu’il avait vu des recherches suggérant que ses effets sur la santé mentale des adolescents étaient probablement « assez faibles ».

Facebook a refusé de commenter. Au site Guardian, l’entreprise a envoyé un lien vers un billet de blog de la responsable de la politique publique d’Instagram, Karina Newton. Elle a déclaré que l’article du WSJ s’était « concentré sur un ensemble limité de résultats et les a présentés sous un jour négatif ».

À lire aussi :
Facebook durcit sa politique de modération des contenus, les raisons

« Des problèmes comme la comparaison sociale négative et l’anxiété existent dans le monde, donc ils vont exister sur les médias sociaux aussi », a déclaré Newton. « Cela ne change rien au fait que nous prenons ces résultats au sérieux, et que nous avons mis en place un effort spécifique pour répondre à cette recherche et changer Instagram pour le mieux. »

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire