« Il n’y a pas de justice au Bénin », dixit l’avocat  Antoine Vey, après la condamnation de Madougou


Video player

Samedi 11 décembre, l’opposante béninoise Reckya Madougou détenue depuis neuf  (9) mois a été située sur son sort. L’ancienne garde des Sceaux, Reckya Madougou, du parti Les Démocrates, a écopé d’une peine de vingt ans de réclusion criminelle et de 50 millions de francs CFA d’amende.

Le verdict de la CRIET est tombé tôt dans la matinée de ce samedi 11 décembre 2021, dans le dossier « financement de terrorisme ». La principale accusée, Reckya Madougou écope de 20 ans de réclusion criminelle et 50 millions francs CFA d’amende.

Bénin

Bénin

« C’est triste pour notre justice. Je maintiens qu’il n’y a pas de preuve », a déclaré l’un de ses avocats, Me Robert Dossou.

Lire aussi : Bénin : Alassane Soumanou succède à Yayi Boni à la présidence d’honneur du FCBE

« Jugée à 6h du matin, sans témoins, sans pièces, sans preuve, Reckya Madougou condamnée à vingt ans de prison par trois suppôts du pouvoir. Son crime : avoir incarné une alternance démocratique au régime de Patrice Talon. On le redoutait : il n’a pas de justice au Bénin #Freereckya », a réagi sur Twitter un autre de ses avocats, le Français Me Antoine Vey.

L’audience, qui s’est globalement déroulée dans le calme, a été marquée dès son ouverture, vendredi, par l’indignation de Me Vey, qui avait lâché à la barre : « Cette procédure n’est qu’un coup politique. Avant même son arrestation, tout a été orchestré ».

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire