En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 Découvrez nos offres pour annonceurs - Publicité 4 Publicité 4 Visitez 3Vision Group - Publicité 3 Publicité 3

« Il me pelote… », l’actrice Judith Godrèche accuse le réalisateur Jacques Doillon d’avoir abusé d’elle (VIDEO)



L’actrice Judith Godrèche a fait une révélation choquante en accusant le réalisateur Jacques Doillon d’avoir abusé d’elle. Elle a raconté un incident pénible qui s’est produit sur le tournage du film « La Fille de quinze ans », alors qu’elle n’avait que 15 ans.

Cette accusation fait suite à la plainte qu’elle a déposée récemment contre le réalisateur Benoît Jacquot pour viol sur mineur, mettant ainsi en lumière le problème omniprésent des abus dans l’industrie cinématographique.

Allégations dévoilées par Judith Godrèche

Lors d’une interview sur France Inter, Godrèche a révélé l’expérience traumatisante qu’elle a vécue en travaillant avec le réalisateur Jacques Doillon, ajoutant une nouvelle couche à l’histoire poignante de l’exploitation et des abus. Avec courage et franchise, l’actrice raconte cette rencontre troublante, indiquant la vulnérabilité qu’elle a connue en tant que jeune actrice naviguant sur le terrain périlleux de l’industrie cinématographique.

Lire aussi : Mercredi saison 2 : L’actrice Jenna Ortega dévoile des détails

Je taisais mon histoire la lettre de Judith Godreche a sa fille

Le récit de Mme Godrèche brosse un tableau effrayant de la coercition et de l’exploitation, en décrivant le comportement inapproprié de M. Doillon lors d’une prétendue scène d’amour dans le film. « Ensuite sur le tournage, il a viré l’acteur et il s’est mis à la place et tout d’un coup il décide qu’il y a une scène d’amour, de sexe entre lui et moi », détaille l’actrice.

Privée d’autonomie et de dignité, Judith Godrèche raconte le malaise qu’elle a éprouvé en subissant les avances et les contacts physiques non désirés du réalisateur, tout en étant observée par sa compagne Jane Birkin, ce qui a encore aggravé le traumatisme de l’expérience.

En quête de justice

Lire aussi : Ukraine : Une actrice de film X, candidate présidentielle (VIDEO)

La décision de Mme Godrèche de dénoncer Doillon et Jacquot reflète sa volonté inébranlable de demander justice et de rendre des comptes pour les abus qu’elle a subis lorsqu’elle était mineure. En déposant une plainte et en coopérant avec les autorités, elle affronte courageusement les défaillances systémiques qui ont permis à de tels abus de persister sans contrôle au sein de l’industrie cinématographique.

6f58bcaf 9dcf 4161 b850 4988aaa1e274

Le courage de Judith Godrèche fait écho aux voix d’innombrables survivants qui ont courageusement dénoncé les abus et l’exploitation. Sa volonté de confronter les auteurs d’actes aussi odieux est une lueur d’espoir pour ceux qui ont souffert en silence, inspirant un appel collectif à la responsabilité et à la réforme au sein de l’industrie du divertissement.

doingbuzz DIRECT
Mots-clés associés à l'article :

Cet article est réservé aux abonnés. Déjà abonné ?

Enquêtes, interviews, analyses…

Abonnez-vous et accédez à tous nos articles en illimité !