Actualité Politique, Économie, Sport , en France et du reste
Hissène Habré : la justice refuse sa demande de remise en liberté
3Vision-Group
19/04/2021 à 11h53 par Tritech Raheem

Condamné à perpétuité en 2016, l’ancien président tchadien Hissène Habré ne sera pas remis en liberté comme souhaité par ses avocats. Ce dimanche 18 avril 2021, la justice sénégalaise a refusé la nouvelle permission déposée par la défense de l’ex-président. Leur nouvelle requête est motivée par son « état de santé ».

 

La nouvelle demande de remise en liberté motivée par l’« état de santé » de Hissène Habré déposée par sa défense a été refusée par le juge d’application des peines à Dakar ce dimanche. « Le raisonnement tenu pour refuser la permission est que la question de la santé est du ressort de la direction de l'administration pénitentiaire », informent ses avocats à travers un communiqué.

Lire aussi : L'ex-président tchadien Hissène Habré regagne sa prison

L’ancien dirigeant tchadien, âgé de 79 ans, avait déjà bénéficié en avril 2020 d'une sortie de prison de 60 jours, accordée par la justice sénégalaise en raison de sa vulnérabilité au coronavirus. Sa défense fait remarquer que cette permission-là avait été accordée « par le même juge » qui refuse aujourd’hui. Les avocats dénoncent alors une « règle de droit à géométrie variable ».

 

Il faut noter que la permission accordée par la justice sénégalaise en avril 2020 avait suscité l’indignation du regroupement des victimes de son régime. Alors que la défense de l’ancien président boude à cause du refus de cette nouvelle permission, le collectif des victimes est plutôt satisfait. « Ce n'est que justice », a déclaré Kaltouma Deffalah, victime du régime de Hissène Habré qui a réagi dans un communiqué de Human Rights Watch.

Lire aussi : Le comité des Nations Unies contre la torture dit niet à la libération de Hissene Habré

« L’homme qui m’a réduite en esclavage doit purger sa peine conformément  à la loi », a ajouté cette hôtesse de l’air. Elle exige également  le versement des indemnités ordonnées par le tribunal. Comme l’indique Rfi, environ 125 millions d’euros d’indemnités sont attendus par plus de 7 300 victimes.

 

Rappelons que Hissène Habré a été condamné en 2016 à perpétuité par une juridiction africaine pour crimes contre l’humanité lors de ses années au pouvoir de 1982 à 1990. ll purge sa peine dans la prison Cap Manuel de Dakar.

Vous êtes sur whatsapp,intégrez et recevez nos articles depuis nos groupes disponible sur le whatsapp

Groupe Emploi Whatsapp Doingbuzz

Cliquer ici 👆

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 53 452 autres abonnés


Abonnez toi à Doingbuzz Tv sur Youtube

--

DOINGBUZZ TV

Ne partez pas sans partager :
togopapel APPLICATION MOBILE  ABONNEZ à Google news

Condamné à perpétuité en 2016, l’ancien président tchadien Hissène Habré ne sera pas remis en liberté comme souhaité par ses avocats. Ce dimanche 18 avril 2021, la justice sénégalaise a refusé la nouvelle permission déposée par la défense de l’ex-président. Leur nouvelle requête est motivée par son « état de santé ».

 

La nouvelle demande de remise en liberté motivée par l’« état de santé » de Hissène Habré déposée par sa défense a été refusée par le juge d’application des peines à Dakar ce dimanche. « Le raisonnement tenu pour refuser la permission est que la question de la santé est du ressort de la direction de l'administration pénitentiaire », informent ses avocats à travers un communiqué.

Lire aussi : L'ex-président tchadien Hissène Habré regagne sa prison

L’ancien dirigeant tchadien, âgé de 79 ans, avait déjà bénéficié en avril 2020 d'une sortie de prison de 60 jours, accordée par la justice sénégalaise en raison de sa vulnérabilité au coronavirus. Sa défense fait remarquer que cette permission-là avait été accordée « par le même juge » qui refuse aujourd’hui. Les avocats dénoncent alors une « règle de droit à géométrie variable ».

 

Il faut noter que la permission accordée par la justice sénégalaise en avril 2020 avait suscité l’indignation du regroupement des victimes de son régime. Alors que la défense de l’ancien président boude à cause du refus de cette nouvelle permission, le collectif des victimes est plutôt satisfait. « Ce n'est que justice », a déclaré Kaltouma Deffalah, victime du régime de Hissène Habré qui a réagi dans un communiqué de Human Rights Watch.

Lire aussi : Le comité des Nations Unies contre la torture dit niet à la libération de Hissene Habré

« L’homme qui m’a réduite en esclavage doit purger sa peine conformément  à la loi », a ajouté cette hôtesse de l’air. Elle exige également  le versement des indemnités ordonnées par le tribunal. Comme l’indique Rfi, environ 125 millions d’euros d’indemnités sont attendus par plus de 7 300 victimes.

 

Rappelons que Hissène Habré a été condamné en 2016 à perpétuité par une juridiction africaine pour crimes contre l’humanité lors de ses années au pouvoir de 1982 à 1990. ll purge sa peine dans la prison Cap Manuel de Dakar.

Vous êtes sur whatsapp,intégrez et recevez nos articles depuis nos groupes disponible sur le whatsapp

Groupe Emploi Whatsapp Doingbuzz

Cliquer ici 👆

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 53 452 autres abonnés


Abonnez toi à Doingbuzz Tv sur Youtube

--

DOINGBUZZ TV

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire