HarmonyOS, une alternative de Huawei lancée en à Android


Video player

 

Huawei a annoncé le déploiement imminent de son propre système d’exploitation, Harmony OS, sur l’ensemble de ses smartphones. Près de deux ans après les sanctions américaines contre le constructeur chinois, lui interdisant notamment d’utiliser les services Google sur ses smartphones, Huawei pourrait finalement sortir renforcé du bras de fer avec Washington.

Au cœur de la rivalité sino-américaine, l’entreprise Huawei été placée sur liste noire en 2019 par Washington. Le mastodonte chinois des Télécoms a été soupçonné d’espionnage par l’ex-administration Trump. Ce qui l’empêcherait d’accéder à des technologies américaines pour ses produits.

Depuis qu’elle n’a plus accès aux services de Google, son système d’exploitation Android n’est plus utilisable. Ce qui a servi à l’élaboration d’Harmony OS.
Dans une courte vidéo qui a circulé sur les réseaux, le groupe basé à Shenzhen a annoncé que HarmonyOS serait disponible sur tous ses téléphones au niveau mondial à compter du 2 juin.

Alors que le lancement officiel d’Harmonys OS devrait se faire dans les tous prochains jours, peut-être sur le futur Mate X2, le système d’exploitation mobile de Huawei intéresserait également d’autres constructeurs chinois. « Certains fabricants de téléphones portables contactent également Huawei et prévoient d’adapter HarmonyOS à leurs appareils » indique le site Ars Technica.
Outre Huawei ou Honor, Harmony OS pourrait en effet intéresser Xiaomi, Vivo, Oppo, RealMe ou encore Lenovo, autres marques chinoises traditionnellement utilisatrices du système d’exploitation Android.

Les observateurs restent toutefois sceptiques quant à la capacité d’Huawei à rivaliser avec les systèmes d’Apple (iOS) et de Google (Android), qui équipent déjà l’immense majorité des téléphones dans le monde.

Très proche du système d’exploitation de Google au point d’être accusé d’être un simple leak Android, Harmony OS pourrait en tout cas bénéficier d’une union sacrée des constructeurs chinois, avec la bénédiction de Pékin, afin de faire de cet OS non seulement un système d’exploitation « souverain », mais surtout une alternative crédible aux solutions américaines.

 

«Peu d’emprise» de la part des USA

Dans une note interne à ses salariés consultée mardi par l’AFP, le fondateur d’Huawei, Ren Zhengfei, appelle ses salariés à une transformation tous azimuts de son groupe et à accélérer l’autonomie dans les logiciels. Ainsi, «les États-Unis auront très peu d’emprise sur notre développement futur», écrit l’homme d’affaires de 76 ans, dans un document qui reprend des déclarations déjà formulées dans le passé.

Les analystes estiment que la montée en puissance de la 5G, la dernière norme de téléphonie mobile qui doit permettre d’accélérer la numérisation de l’économie mondiale, devrait offrir au groupe de nouvelles opportunités ces prochaines années. «Il est donc normal d’aller dans cette direction», souligne l’analyste Marc Einstein, pour le cabinet d’études IRT, basé à Tokyo.

En investissant dans le «cloud» et les logiciels, le géant des télécoms se retrouvera cependant en concurrence avec d’autres acteurs de la tech chinoise comme Alibaba, Tencent et Baidu, qui y investissent également massivement, prévient M. Einstein.

Huawei a été un temps l’un des plus gros vendeurs mondiaux de smartphones avec le sud-coréen Samsung et Apple. Mais les sanctions américaines ont bouté l’entreprise chinoise hors du podium.

Quel est ton avis sur le site ?

View Results

loading - HarmonyOS, une alternative de Huawei lancée en à Android Loading ...
--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire