Haïti/ Assassinat du président Moïse : soupçonné, le premier ministre limoge le procureur

L’Haïti vient d’être plongé dans une nouvelle crise politique après les dommages engendrés par la perte de son président et le tremblement de terre. En effet, le Premier ministre Ariel Henry a remplacé le procureur général qui cherchait à l’inculper en tant que suspect dans l’assassinat du président Jovenel Moise.

Le procureur Bed-Ford Claude a déclaré la semaine dernière que les relevés téléphoniques montraient que le premier ministre Ariel Henry avait communiqué à deux reprises avec Badio, un homme considéré comme le cerveau du meurtre du président d’Haïti Jovenel Moise la nuit du crime. Ce suspect est un ancien fonctionnaire du ministère de la justice que Henry a publiquement défendu et il est maintenant en fuite, informe Reuters.

À lire aussi :
Élection/Bénin: le procureur de la République met en garde contre les troubles à l’ordre public

Le premier ministre a rejeté sa demande de discuter de l’affaire avec le procureur et il n’a pas répondu aux allégations. Cela a incité Claude à écrire ce mardi 14 septembre au juge qui supervise l’enquête sur le meurtre de Moise et à lui demander d’inculper Henry en tant que suspect. Il a également écrit aux services migratoires haïtiens pour leur ordonner de ne pas laisser le chef du gouvernement quitter le pays « en raison de présomptions sérieuses relatives à l’assassinat du président ».

À lire aussi :
Haïti : 2.189 morts, 332 disparus et plus de 12.000 blessés après le récent séisme

Le premier ministre Ariel Henry vire le procureur

Plus tard, une lettre de Henry à Claude datée du 13 septembre est apparue. Dans la note, le chef du gouvernement a licencié le procureur pour « erreur administrative grave », sans entrer dans les détails. Dans une autre lettre datée du 14 septembre, il a nommé Frantz Louis Juste à ce poste.

À lire aussi :
Bénin : le couple ayant marché nu à calavi devant la justice

Toutefois, selon Reuters, il n’est pas certain que l’ordre soit réellement valable, car la constitution d’Haïti de 1987 stipule que le procureur ne peut être nommé ou renvoyé que par le président, un poste qui reste vacant.

Le Premier ministre a annoncé samedi que les principales forces politiques d’Haïti étaient parvenues à un accord pour mettre en place un gouvernement de transition jusqu’à la tenue d’élections présidentielles et d’un référendum sur l’adoption d’une nouvelle constitution l’année prochaine.

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire