En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 Découvrez nos offres pour annonceurs - Publicité 4 Publicité 4 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 Visitez 3Vision Group - Publicité 3 Publicité 3 banner Publicité 3

Le FMI réduit les prévisions de recettes pour le budget 2024 : Un coup dur pour Diomaye Faye



 

Selon Le Quotidien, une nouvelle peu réjouissante vient assombrir les perspectives budgétaires pour 2024. Le Fonds monétaire international (FMI) aurait demandé aux autorités sénégalaises de revoir à la baisse leurs estimations de recettes pour l’exercice en cours. Cette demande aurait été formulée lors des discussions entre une délégation gouvernementale sénégalaise et les partenaires financiers du pays à Washington.

Lire aussi : La France réagit à chaud à l’expulsion de ses diplomates par le Burkina Faso

Le FMI remet en question la viabilité des recettes attendues de l’exploitation pétrolière, estimant qu’elles ne seront pas à la hauteur des attentes. Les espoirs de recettes substantielles provenant de cette source, qui étaient censées soutenir le budget de 2024, semblent s’envoler. Les prévisions initiales, établies dans un document de programmation budgétaire et économique pluriannuelle publié en juillet 2022, tablaient sur des recettes de l’ordre de 888 milliards de francs CFA entre 2023 et 2025, dont 327 milliards pour l’année 2024.

w1280 p16x9 Bassirou Diomaye Faye 2 1 - Le FMI réduit les prévisions de recettes pour le budget 2024 : Un coup dur pour Diomaye Faye

«Le FMI considère que les recettes attendues de l’exploitation du pétrole ne seront pas au rendez-vous. Les espoirs de recettes qui boostaient le budget de l’année 2024, avec de fortes recettes additionnelles, se sont envolées.»

Cependant, les perspectives sont désormais assombries, avec des sources proches des compagnies partenaires de l’exploitation du gisement de Sangomar confirmant que la production réelle ne commencera pas avant la fin de l’année 2024. Les premiers mois seront consacrés à des opérations préliminaires, tandis que les premiers barils extraits nécessiteront un traitement spécial en raison de leur contamination par des éléments tels que la boue et les sédiments rocheux.

Cette nouvelle constitue un coup de tonnerre pour les responsables des finances publiques, mettant en lumière les défis et les incertitudes auxquels le Sénégal est confronté dans sa transition vers une économie pétrolière.

 

Rejoignez DOINGBUZZ PREMIUM

Découvrez un monde de contenus exclusifs et d'opportunités.

Accédez Maintenant

Lancez-vous dans une nouvelle aventure avec DoingBuzz

Découvrez une multitude d'offres d'emploi et de bourses d'études adaptées à votre parcours.

doingbuzz DIRECT
Mots-clés associés à l'article :

Newsletter

Abonnez-vous et accédez à tous nos articles en premier !