Allemagne : Facebook supprime les comptes des opposants aux mesures anti Covid-19

 

Facebook a supprimé près de 150 comptes et pages liés à des manifestants contre les mesures anti Covid-19 en Allemagne. L’entreprise de Mark Zuckerberg a annoncé cette suppression massive dans le cadre d’une nouvelle politique axée sur les groupes qui diffusent des informations erronées ou incitent à la violence, mais qui ne correspondent pas aux catégories existantes de mauvais acteurs de la plateforme.

Les comptes supprimés par Facebook et Instagram ont diffusé des contenus liés au mouvement dit « Querdenken ». Ce dernier est un groupe disparate qui a protesté contre les mesures de anti Covid-19 en Allemagne. Le groupe comprend des opposants aux vaccins et aux masques, des théoriciens du complot et certains extrémistes d’extrême droite.

À lire aussi :
Vaccin Anti covid-19 : Le Togo reçoit 200 000 doses de Sinovac

Parmi les messages publiés par ces comptes, on trouve un message affirmant que les vaccins créent des variantes virales. Un autre message souhaitait la mort des policiers qui ont dispersé les violentes manifestations contre le confinement à Berlin.

Il s’agit de la première mesure prise dans le cadre de la nouvelle politique de Facebook. Cette mesure vise à prévenir les « dommages sociaux coordonnés ». Selon les responsables de l’entreprise, il s’agit d’une tentative de lutter contre les contenus provenant d’utilisateurs de médias sociaux qui collaborent pour diffuser des contenus nuisibles et échapper aux règles de la plateforme.

À lire aussi :
Allemagne : Jérôme Boateng risque 5 ans de prison

La nouvelle politique a pour but d’attraper les groupes qui travaillent ensemble pour tenter de contourner les règles, tout en continuant à diffuser des contenus nuisibles. Dans le cas du réseau Querdenken, Facebook a déclaré que plusieurs titulaires de comptes utilisaient des comptes individuels et des comptes dupliqués pour diffuser du contenu qui violait les règles de Facebook en matière de désinformation, de discours de haine, d’intimidation et d’incitation à la violence COVID-19.

À lire aussi :
Camille Makosso : "Sur Facebook, je suis juste un acteur"

Avec Reuters

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire