Dix raisons pour lesquelles la Libye sous Mouammar Kadhafi était un pays de rêve


Video player

La Libye sous Kadhafi n’était pas tout à fait infernale comme le monde a été amené à le croire. Les citoyens n’ont pas eu le luxe de voter, mais M. Kadhafi a veillé à ce qu’ils aient un niveau de vie élevé pour compenser les libertés restreintes. Est-ce que c’était suffisant ? C’est un point discutable, mais le fait demeure : La Libye était un endroit idéal sous le règne de Moummar Kadhafi.

Voici pourquoi la Libye était un pays de rêve :

L’éducation et les soins médicaux étaient gratuits

Sous le régime de Kadhafi, l’éducation et les soins de santé étaient gratuits pour tous. Le défunt président s’est assuré que son système était subventionné comme l’atteste Mercy Corps.

Les nouveaux mariés avaient droit à 50 000 dollars américains du gouvernement

Le gouvernement de Kadhafi avait une loi prévoyant une subvention aux jeunes mariés pour acheter leur premier appartement afin de les aider à fonder une famille. Une fois de plus, Mercy Corps a confirmé que Kadhafi offrait un logement aux nouveaux mariés.

Kadhafi a réalisé le plus grand projet d’irrigation du monde

Le régime de Kadhafi s’est lancé dans l’un des édifices du développement de l’homme moderne : le projet du Grand fleuve artificiel pour rendre l’eau accessible à tout le pays. La Libye se trouve dans une région désertique et le plan de M. Kadhafi pour s’assurer que tous les citoyens aient accès à l’eau incluait la mise sur pied du projet du Grand fleuve artificiel.

La Libye n’avait pas de dette extérieure et disposait de réserves de 150 milliards de dollars

La Libye était un État bien doté. Pour mettre cela en perspective, l’icône autoproclamé de la démocratie et du capitalisme, les États-Unis ont une dette de plus de 18 billions de dollars. La Libye n’en avait pas.

Le prix de l’essence était de 0,14 dollar le litre

En 2011, Staveley Head, un fournisseur de produits d’assurance basé au Royaume-Uni, a dressé une liste des pays où les prix de l’essence sont les plus bas du monde. La Libye occupait la troisième place.

Avoir une maison était considéré comme un droit de l’homme

Le livre vert de Kadhafi affirmait catégoriquement : « La maison est un besoin fondamental de l’individu et de la famille, elle ne devrait donc pas appartenir à d’autres ». Le Livre vert était la bible de Kadhafi sur la philosophie politique et avait été publié pour la première fois en 1975. Il avait juré qu’il ne construirait aucune maison à ses propres parents avant que chaque citoyen n’en ait une.

L’égalité entre les femmes et les hommes était une réalité

En Libye, les femmes étaient libres de travailler et de s’habiller comme elles l’entendent, sous réserve des contraintes familiales. Le président n’imposait aucun canon répressif particulier aux femmes et compte tenu de la sensibilité de la communauté arabe aux rôles de genre, c’était un grand exploit. L’accès universel à l’enseignement primaire a été réalisé dans un laps de temps relativement court sous le règne de Kadhafi.

L’indice de développement humain était meilleur que celui des deux tiers des pays au monde

Le Rapport mondial sur le développement humain est publié depuis 1990 et c’est dans le rapport que se trouve l’indice de développement humain (l’IDH). La dernière fois que le rapport a été publié avec Kadhafi au pouvoir, la Libye se classait 53e sur 163 pays avec des données comparables. L’IDH des pays arabes était de 0,641 alors que celui de la Libye était de 0,760. La Libye était mieux lotie que la plupart des États arabes. L’IDH fournit une mesure composite de la santé, de l’éducation et du revenu. En 2009, la Libye était sur la bonne voie pour atteindre les objectifs du Millénaire pour le développement d’ici à 2015.

La population avait assez à manger

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a confirmé que la sous-alimentation était inférieure à 5% avec un apport calorique quotidien de 3144. Avec le projet de la Grande rivière artificielle, M. Kadhafi s’assurait un avenir agricole encore plus prometteur pour nourrir son pays.

La privatisation de tout le pétrole libyen à tous les citoyens

Le 21 février 2011, M. Kadhafi a lancé un programme de privatisation de tout le pétrole libyen pour chaque citoyen libyen. Cela permettrait dans un premier temps de fournir 21 000 dollars à chaque citoyen sur un total de 32 milliards de dollars en 2011 et conduirait effectivement à la dissolution des ministères de la santé, de l’éducation et autres pour éliminer la corruption, le vol de pétrole par des compagnies étrangères et pour décentraliser le pouvoir.

Crédit photo : theafricanexponent

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire