DÉCÈS DU PREMIER VICE-PRÉSIDENT DES SUITES D’UN TRAITEMENT CONTRE LA COVID-19


Video player

Le premier vice-président de Zanzibar, Seif Sharif Hamad, 77 ans, qui suivait un traitement pour la COVID-19 à l’hôpital, est décédé, a annoncé le gouvernement mercredi.

Husein Mwinyi, le président de la région insulaire semi-autonome de Tanzanie, en Afrique de l’Est, a annoncé sept jours de deuil avec le drapeau flottant à mi-bâton. Il a dit qu’il avait appris «avec une grande tristesse [de] la mort de Seif Sharif Hamad».

La cause du décès n’a pas été rendue publique, mais le 31 janvier, Hamad a été hospitalisé dans l’archipel après avoir été testé positif au coronavirus.

John Magufuli, président de la Tanzanie, a adressé des messages de condoléances à Mwinyi et au peuple de Zanzibar pour la mort prématurée de la principale figure de l’opposition, qui était également le président du parti Alliance pour le changement et la transparence (ACT-Wazalendo).

«J’ai reçu avec un profond choc après la nouvelle du décès de l’homme. Maalim Seif Sharif Hamad, le premier vice-président de Zanzibar », a écrit Magufuli sur Twitter. «J’adresse mes condoléances au président de Zanzibar, l’honorable Dr Hussein Mwinyi, à sa famille, à Zanzibaris, aux membres d’ACT-Wazalendo et à tous les Tanzaniens. Que son âme repose en paix. »

De son vivant, des milliers de partisans de M. Hamad se rendaient aux rassemblements politiques à Zanzibar juste pour l’apercevoir. Son éloquence, son charisme et sa puissance évidente sur la scène politique ont fait de lui une force avec laquelle il faut compter.

Cet ancien enseignant – d’où son nom, Maalim, qui signifie «enseignant» en swahili – attirait à ses rassemblements hommes et femmes, jeunes et vieux, riches et pauvres. Ils portaient tous les insignes du parti, scandant des slogans politiques. Mais ils le considéraient comme plus qu’un homme politique. Ils le voyaient comme une figure paternelle qui luttait sans relâche pour leurs droits. Et ils lui étaient fidèles plutôt qu’à son parti, ce qui était évident l’année dernière lorsque M. Hamad a décidé de quitter le Civic United Front (Cuf), dont il était secrétaire général depuis sa formation en 1992.

Son départ s’est fait suite à une dispute interne et des milliers de ses partisans l’ont suivi au parti ACT-Wazalendo. Il a commencé sa vie politique en tant que membre du parti au pouvoir Chama Cha Mapinduzi (CCM), mais a été expulsé en 1988 après s’être brouillé avec la direction. Pendant qu’il travaillait au CCM, il a occupé le poste de ministre en chef de Zanzibar entre 1984 et 1988. Le poste a ensuite été renommé vice-président.

Le coronavirus continue de faire des ravages dans le monde. Ce virus mortel a déjà coûté la vie à près de 500 000 personnes à travers le monde.

Plusieurs personnalités africaines ont aussi succombé à cette maladie.

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire