Actualité Politique, Économie, Sport , en France et du reste
CPI/Affaire Gbagbo : le juge Cuno Tarfusser fait de grosses révélations
3Vision-Group
14/04/2021 à 06h00 par Amah Joah

Le juge Cuno Tarfusser vient de mettre la lumière sur des imperfections qui minent la Cour pénale internationale (CPI). Répondant à un avocat, doctorant en Droit, le juriste italien a fait des révélations de taille non seulement sur l’affaire Gbagbo mais aussi sur les juges qui siègent au sein de la juridiction internationale.

 

Comme l’indique le site d’information Afrig Mag, Cuno Tarfusser répond à Giovanni Chiarini, un avocat, doctorant en Droit qui l’interrogeait sur la décision rendue en appel dans l’affaire Bensouda contre Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé. Le juge italien a expliqué que cette décision d’acquitter les deux autorités ivoiriennes était due au manque de preuves de la part du Bureau de la Procureure.

Lire aussi : Joe Biden lève les sanctions de Trump contre la CPI

« Le jugement de la Chambre d’appel confirmant l’acquittement par la Chambre de première instance de M. Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé était la seule décision possible. Correct non seulement sur le fond, compte tenu de la «faiblesse exceptionnelle» de la preuve, mais aussi juridiquement incontestable compte tenu de la pauvreté du mémoire d’appel du Procureur », a écrit le juge.

 

« Le BdP (Ndlr : Bureau du procureur) n’a pas contesté la décision sur cette base, mais uniquement sur deux questions de procédure très marginales, toutes deux si fragiles qu’elles auraient dû être rejetées in limine », a ajouté juge Cuno Tarfusser.

 

Le juriste italien s’est ensuite tourné vers tous les membres de la CPI. Selon lui « la majorité des juges élus pour siéger à la Cour (ainsi que l’écrasante majorité des juristes) n’ont jamais mis les pieds dans une cour de justice avant de se présenter à la CPI ».

Lire aussi : Issiaka Diaby : "Gbagbo et Blé Goudé sont libres à cause de l'incompétence de Fatou Bensouda"

« Ainsi, ils ne connaissent pas le droit pénal et encore moins la procédure pénale. Cependant, le trait le plus dangereux qui caractérise tous les juges est leur égomanie, qui devient particulièrement apparente dans cette course pour donner l’empreinte à des solutions créatives et aller à des efforts extraordinaires juste pour exprimer des opinions personnelles, dont aucune n’a le moindre impact sur le sort judiciaire d’une affaire et risque d’être bientôt oubliée », a poursuivi le juge Cuno Tarfusser.

Vous êtes sur whatsapp,intégrez et recevez nos articles depuis nos groupes disponible sur le whatsapp

Groupe Emploi Whatsapp Doingbuzz

Cliquer ici 👆

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 53 452 autres abonnés


Abonnez toi à Doingbuzz Tv sur Youtube

--

DOINGBUZZ TV

Ne partez pas sans partager :
togopapel APPLICATION MOBILE  ABONNEZ à Google news

Le juge Cuno Tarfusser vient de mettre la lumière sur des imperfections qui minent la Cour pénale internationale (CPI). Répondant à un avocat, doctorant en Droit, le juriste italien a fait des révélations de taille non seulement sur l’affaire Gbagbo mais aussi sur les juges qui siègent au sein de la juridiction internationale.

 

Comme l’indique le site d’information Afrig Mag, Cuno Tarfusser répond à Giovanni Chiarini, un avocat, doctorant en Droit qui l’interrogeait sur la décision rendue en appel dans l’affaire Bensouda contre Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé. Le juge italien a expliqué que cette décision d’acquitter les deux autorités ivoiriennes était due au manque de preuves de la part du Bureau de la Procureure.

Lire aussi : Joe Biden lève les sanctions de Trump contre la CPI

« Le jugement de la Chambre d’appel confirmant l’acquittement par la Chambre de première instance de M. Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé était la seule décision possible. Correct non seulement sur le fond, compte tenu de la «faiblesse exceptionnelle» de la preuve, mais aussi juridiquement incontestable compte tenu de la pauvreté du mémoire d’appel du Procureur », a écrit le juge.

 

« Le BdP (Ndlr : Bureau du procureur) n’a pas contesté la décision sur cette base, mais uniquement sur deux questions de procédure très marginales, toutes deux si fragiles qu’elles auraient dû être rejetées in limine », a ajouté juge Cuno Tarfusser.

 

Le juriste italien s’est ensuite tourné vers tous les membres de la CPI. Selon lui « la majorité des juges élus pour siéger à la Cour (ainsi que l’écrasante majorité des juristes) n’ont jamais mis les pieds dans une cour de justice avant de se présenter à la CPI ».

Lire aussi : Issiaka Diaby : "Gbagbo et Blé Goudé sont libres à cause de l'incompétence de Fatou Bensouda"

« Ainsi, ils ne connaissent pas le droit pénal et encore moins la procédure pénale. Cependant, le trait le plus dangereux qui caractérise tous les juges est leur égomanie, qui devient particulièrement apparente dans cette course pour donner l’empreinte à des solutions créatives et aller à des efforts extraordinaires juste pour exprimer des opinions personnelles, dont aucune n’a le moindre impact sur le sort judiciaire d’une affaire et risque d’être bientôt oubliée », a poursuivi le juge Cuno Tarfusser.

Vous êtes sur whatsapp,intégrez et recevez nos articles depuis nos groupes disponible sur le whatsapp

Groupe Emploi Whatsapp Doingbuzz

Cliquer ici 👆

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 53 452 autres abonnés


Abonnez toi à Doingbuzz Tv sur Youtube

--

DOINGBUZZ TV

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire