Coup d’État manqué en Guinée-Bissau: Umaro Embalo fait arrêter 03 officiers de l’armée


Video player

Au lendemain de la tentative de coup d’État dont il a été victime le 1er février et qui avait entraîné la mort de 11 personnes, le Président bissau-guinéen, Umaro Embalo, accuse  les réseaux de narcotrafic et de corruption d’en être à la base.

Umaro Embalo

Umaro Embalo

« Je ne dis pas que ce sont les politiciens qui sont derrière ça, mais la main qui porte les armes, ce sont des gens qui sont liés aux grands cartels de la drogue », a déclaré le président Embalo, avant de citer les noms des trois hommes.

Jeudi, il a cité trois officiers, tous déjà mis aux arrêts, présentés comme les auteurs de la tentative de déstabilisation du pays. Il s’agit de l’ex-contre-amiral José Americo Bubo Na Tchuto, qui a commandé la marine bissau-guinéenne, au début des années 2000 ; de Tchamy Yala, un ancien officier lui aussi, et de Papis Djemé.

Lire aussi : Guinée-Bissau: des tirs entendus dans la capitale, le gouvernement réagit

Selon les nouvelles, tous les trois ont un casier judiciaire, puisqu’ils avaient été arrêtés, en avril 2013, par les services anti-drogue américains qui leur avaient tendu un traquenard, en se faisant passer pour des narcotrafiquants sud-américains.

José Americo Bubo Na Tchuto alors désigné par le Trésor américain comme un baron de la drogue avait été condamné en 2016 à quatre ans de prison ferme, à New York. Quant à Tchamy Yala et Papis Djemé, ils ont écopé, deux ans plus tôt (en 2014), respectivement de cinq et six ans et demi de prison, toujours à New York.

Tous les trois sont retournés dans leur pays ( Guinée-Bissau ) après avoir fini de purger leur peine.

 

 

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire