Coup d’État au Soudan : le Premier ministre Abdalla Hamdok démissionne après des manifestations de masse


Video player

 

Les manifestants pro-démocratie ont fait face à une autre répression violente de l’armée.
Le Premier ministre soudanais Abdalla Hamdok a démissionné après qu’une autre journée de manifestations de masse a secoué la capitale Khartoum.

Des milliers de personnes ont défilé contre un récent accord qu’il avait conclu pour partager le pouvoir avec l’armée, qui a organisé un coup d’État en octobre.

Chantant “le pouvoir au peuple”, les manifestants ont appelé à un retour à un régime civil à part entière. Mais les forces militaires ont de nouveau riposté avec force, faisant deux morts.

La décision de M. Hamdok de démissionner laisse le contrôle total à l’armée.

C’est un autre coup porté aux fragiles tentatives du Soudan de transition vers un régime démocratique après qu’un soulèvement populaire a conduit au renversement du président autoritaire de longue date du Soudan, Omar al-Bashir en 2019.

Dans une allocution télévisée, M. Hamdok a déclaré que le pays était à un “tournant dangereux qui menace toute sa survie”.

Il a déclaré avoir fait de son mieux pour empêcher le pays de “glisser vers la catastrophe”, mais que “malgré tout ce qui a été fait pour parvenir à un consensus… cela ne s’est pas produit”.

Les dirigeants civils et militaires avaient conclu un accord de partage du pouvoir difficile après que l’armée eut organisé un coup d’État le 25 octobre et placé initialement le Premier ministre Hamdok en résidence surveillée.

Le pays n’était qu’à un mois de la transition vers un chef d’État civil lorsque l’armée a pris le pouvoir.

M. Hamdok, économiste de formation, est largement respecté dans la communauté internationale ayant précédemment travaillé en tant que fonctionnaire auprès des Nations Unies. Il a aidé à négocier un accord pour annuler certaines des dettes du Soudan, mais cela impliquait la suppression des subventions aux carburants, entraînant une augmentation des prix de nombreux produits de base et des manifestations antigouvernementales.

En vertu de l’accord conclu avec M. Hamdok en novembre, le Premier ministre réintégré était censé diriger un cabinet de technocrates jusqu’à la tenue des élections. Mais on ne savait pas combien de pouvoir le nouveau gouvernement civil aurait, et les protestations contre l’armée ont repris, qui ont souvent été violemment réprimées.

Les manifestations se sont poursuivies même après le retour au pouvoir de M. Hamdok, certains manifestants affirmant que sa réintégration contribuait à légitimer la prise de contrôle militaire.

Réagissant à la démission de M. Hamdok, les États-Unis ont exhorté les dirigeants soudanais à mettre fin à la violence contre les manifestants anti-militaires.

Plus de 50 personnes ont été tuées lors de manifestations depuis le coup d’État, dont au moins deux dimanche, selon le Comité central des médecins du Soudan, pro-démocratie.

La démission de M. Hamdok a montré que l’armée perdait son influence pour obtenir une reconnaissance internationale et un soutien populaire, selon un porte-parole du Parti soudanais du Congrès, parti d’opposition.

Des milliers de personnes étaient dans les rues de la capitale Khartoum et de la ville d’Omdurman dimanche, scandant et appelant les militaires à quitter la politique.

Sur les réseaux sociaux, des militants ont déclaré que 2022 serait “l’année de la poursuite de la résistance”.

Le chef du coup d’État, le général Abdel Fattah al-Burhan, a défendu le coup d’État d’octobre dernier, affirmant que l’armée avait agi pour empêcher une guerre civile. Il dit que le Soudan est toujours engagé dans la transition vers un régime civil, avec des élections prévues pour juillet 2023.

Quel est ton avis sur le site ?

View Results

loading - Coup d'État au Soudan : le Premier ministre Abdalla Hamdok démissionne après des manifestations de masse Loading ...
--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire