En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 Découvrez nos offres pour annonceurs - Publicité 4 Publicité 4 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 Visitez 3Vision Group - Publicité 3 Publicité 3

Scandale de corruption en Afrique du Sud : Le vice-président visé par une enquête



Le principal parti d’opposition en Afrique du Sud, l’Alliance démocratique (DA), a officiellement demandé l’ouverture d’une enquête sur les allégations de corruption visant le vice-président du pays, Paul Mashatile. Ces accusations, relayées par la presse locale, mettent en lumière le train de vie luxueux de Mashatile, l’accusant de séjourner dans des propriétés de luxe appartenant à des proches en échange de faveurs liées à des marchés publics. Les médias sud-africains ont rapporté ces enquêtes, suscitant des préoccupations à quelques mois des élections générales, qui s’annoncent cruciales pour le parti au pouvoir.

Lire aussi : Mort de Kelvin Kiptum : Les hommages affluent pour la star kenyane du marathon

John Steenhuisen, chef de l’Alliance démocratique, a déclaré lors d’une conférence de presse après avoir déposé le dossier auprès de la police du Cap : « Nous avons fait une déposition et nous avons fourni un acte d’accusation. Nous continuerons à utiliser tous les moyens dont nous disposons pour que justice soit faite et que l’affaire fasse l’objet d’une enquête en bonne et due forme. » Le président du DA avait précédemment appelé le président Cyril Ramaphosa à limoger Paul Mashatile, son vice-président.

78322327 56854049

Paul Mashatile, qui occupe le poste de vice-président depuis mars 2023, a rejeté catégoriquement ces allégations datant d’avant sa nomination. La réclamation du DA intervient dans un contexte politique tendu, avec les élections à venir pour le renouvellement du Parlement, prévues entre mai et août.

Les enquêtes d’opinion suggèrent que le Congrès national africain (ANC), confronté à des scandales de corruption et à des défis socio-économiques, pourrait perdre sa majorité absolue au Parlement pour la première fois. Une partie de l’opposition, notamment le DA, se rassemble en coalition dans l’espoir de constituer une alternative crédible. L’appel à une enquête sur Mashatile souligne les enjeux cruciaux liés à la transparence et à la lutte contre la corruption dans cette période pré-électorale.

 

doingbuzz DIRECT
Mots-clés associés à l'article :

Cet article est réservé aux abonnés. Déjà abonné ?

Enquêtes, interviews, analyses…

Abonnez-vous et accédez à tous nos articles en illimité !