Comment mettre fin aux coups d’Etat militaires en Afrique ? Des dirigeants ouest-africains parlent


Video player

Plusieurs dirigeants ouest-africains, dont le vice-président nigérian Yemi Osinbajo, les anciens présidents Olusegun Obasanjo et Goodluck Jonathan, ont proposé des solutions aux coups d’État militaires en Afrique.

Ils ont présenté leur solution le lundi 28 mars lors d’un événement de deux jours organisé par l’Union africaine pour le dialogue, dans le cadre des efforts continus du continent pour contenir les menaces à la démocratie dans la région.

Parmi les autres dirigeants ouest-africains du programme figurent l’ancienne vice-présidente gambienne Fatumata Tambajambu et l’ancien président sierra-léonais Ernest Bai Koroma.

 

Dans son allocution d’ouverture, Olusegun Obasanjo a déclaré que ces dernières années, l’Afrique de l’Ouest a connu une recrudescence des coups d’État, de la fraude électorale et de la violence politique.

 

 

À son avis, ces réalités avaient conduit à l’instabilité et menacé l’élan que la sous-région avait acquis au cours des deux dernières décennies.

 

Obasanjo a déclaré que l’état de la démocratie en Afrique de l’Ouest et en Afrique nécessite une attention urgente.

 

“Je suis très attristé et très inquiet de voir s’effondrer les démocraties que nous avons travaillé si dur à construire.

“Et je crois qu’il doit y avoir une solution, parce que les problèmes sont des problèmes humains, et tous les problèmes humains peuvent être résolus par les humains.

“C’est pourquoi, sous ma présidence, l’Union africaine pour le dialogue nous réunit tous aujourd’hui.

“Il s’agit de discuter des questions pertinentes, y compris les défis, affectant la gouvernance en Afrique de l’Ouest, puis de trouver une voie à suivre”, a-t-il déclaré.

L’ancien président a également souligné la nécessité d’une démocratie pacifique qui respecte la volonté du peuple afin de créer des opportunités pour de nouvelles idées, l’innovation, l’entrepreneuriat et le développement dans la région.

“Ce n’est peut-être pas facile d’y arriver, mais c’est vital si nous voulons que notre pays progresse.

“Il doit s’agir d’une gestion responsable de la diversité où chacun a le sentiment d’appartenir et de faire partie du tout.

“La coexistence pacifique a été la marque de fabrique des Africains avant même l’ère coloniale, et en cette ère moderne, nous ne pouvons rien accepter de moins”, a-t-il déclaré.

Obasanjo a également souligné l’importance d’un environnement stable pour une croissance économique durable en Afrique de l’Ouest.

En outre, le vice-président Yemi Osinbajo, qui était l’orateur principal, a appelé à la solidarité contre le déclin des valeurs démocratiques en Afrique.

Osinbajo est intervenu sur le thème : « Relever le défi de la consolidation de la gouvernance démocratique ».

Il a déclaré que la militarisation de la société civile, que ce soit par des régimes militaires locaux ou des puissances militaires étrangères, ne ferait que faire reculer le continent de plusieurs décennies.

“Notre engagement en faveur de la démocratisation doit être fondé sur les souhaits de notre peuple, et non sur les caprices de puissances étrangères.

“La récente série de coups d’État militaires sur notre continent, ainsi que les tentatives de coups d’État militaires, n’ont pas seulement accru le risque d’une récession démocratique dévastatrice.

“Mais cela nous ramène également au cycle de destruction extraconstitutionnelle qui nous tourmentait il y a des décennies.

“Il y a eu 12 coups d’État militaires en Afrique depuis 2017, dont la moitié après 2020.

« Il y a deux mois, le gouvernement démocratiquement élu du Burkina Faso a été renversé, et ce n’est qu’en février qu’a eu lieu la tentative de coup d’État de la Guinée-Bissau, qui a heureusement été abolie.

“C’est clair, nous savons que nous ne pouvons pas protéger l’Afrique que nous voulons en faisant reculer les aiguilles de l’horloge démocratique.

“Nous avons parcouru ces routes épineuses, à travers des décennies de douleur”, a-t-il déclaré.

 

Selon lui, une leçon claire de notre histoire est que le despotisme ne peut garantir la sécurité et la prospérité de notre peuple.

“Peu importe la gravité de notre situation, nous avons maintenant des preuves concrètes que s’appuyer sur des institutions extraconstitutionnelles n’est pas la voie à suivre.

“Ces attaques contre le constitutionnalisme méritent plus de réflexion.

“Lorsque les droits sociaux et économiques ne sont pas garantis, les gens ne peuvent pas pleinement maximiser leurs droits civils et politiques”, a déclaré le vice-président.

Osinbajo a félicité la CEDEAO pour son action ferme en réponse au récent coup d’État dans la sous-région.

“L’accord de la CEDEAO et de l’Union africaine pour imposer immédiatement des sanctions aux régimes extraconstitutionnels n’est pas seulement un signe de nos objectifs communs sur ces questions, mais aussi une affirmation claire d’un consensus panafricain sur les normes démocratiques”, a-t-il déclaré.

Osinbajo a souligné que l’agence doit s’abstenir d’adopter une “approche froide” envers un gouvernement élu non conforme aux valeurs démocratiques.

“Nous avons mis en place un cadre de sanctions assez robuste et complexe pour les ingérences politiques extraconstitutionnelles.

“Cependant, nous ne pouvons pas développer un cadre aussi complexe pour faire face aux crimes d’un gouvernement élu qui ne suit pas les meilleures pratiques démocratiques.

“Si elle n’est pas abordée, cela renforcera l’idée que les organisations régionales telles que la CEDEAO ne sont rien de plus que des clubs d’élite de dirigeants puissants qui veulent juste conserver leurs prérogatives”, a-t-il conclu.

Quel est ton avis sur le site ?

View Results

loading - Comment mettre fin aux coups d’Etat militaires en Afrique ? Des dirigeants ouest-africains parlent Loading ...
--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire