Ce que vous devez savoir sur l’asexualité


Video player

Première chose, l’asexualité est une orientation sexuelle au même titre que la bisexualité, l’homosexualité ou l’hétérosexualité. Selon une recherche menée par l’Université Brock (Ontario) en 2015, environ un pour cent de la population mondiale est asexuelle. Un asexuel a peu ou pas d’attirance sexuelle envers une personne. L’asexualité diffère d’une personne à l’autre et peut également avoir des significations différentes selon les personnes. Un asexuel peut se sentir anxieux en raison des pressions et des réactions de la société, mais pas à cause de l’idée de contact sexuel. En bref, un asexuel n’est tout simplement pas intéressé.

Votre incapacité à être excité ne signifie pas que vous êtes dépourvu de tout sentiment romantique. Vous pouvez être dans une relation romantique parfaitement désirée où vous êtes attiré(e) par la personne, vous pouvez avoir une attirance esthétique où vous êtes ému(e) par son apparence et vous pouvez aussi avoir une forte attirance physique où vous avez envie de câliner, d’étreindre ou de tenir votre partenaire. Il est tout à fait possible et naturel pour les asexuels de ressentir ces attirances.

Lire aussi : « L’homosexualité est une maladie et ces patients ont besoin d’un traitement », prévient un médecin zambien

Les asexuels satisfont leurs désirs physiques ; il existe des personnes qui se masturbent et apprécient l’intimité sexuelle tout en n’étant attirées sexuellement par personne.

Selon une étude de 2019 publiée par l’École de psychologie et des sciences du sport de l’Université Anglia Ruskin, à Cambridge, les difficultés à négocier l’asexualité dans une société qui promeut l’hétérosexualité nuisent aux comportements positifs pour le corps. Cela conduit souvent à un besoin de « s’intégrer » et crée des conflits internes.

Lire aussi : Sexualité : Comment fonctionnent les lubrifiants ?

Contrairement à ce que vous pouvez entendre, l’asexualité n’est en aucun cas un problème médical. Les experts estiment qu’il n’y a rien de mal à ne pas ressentir d’attirance sexuelle et qu’il est tout à fait normal et sécurisant d’être comme on est. Si l’asexualité est aujourd’hui peu connue et mal connue, la poursuite des recherches devrait nous permettre de mieux comprendre les complexités de ce concept.

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire