png;base64,iVBORw0KGgoAAAANSUhEUgAAAAEAAAABCAQAAAC1HAwCAAAAC0lEQVR42mNkYAAAAAYAAjCB0C8AAAAASUVORK5CYII=AASDjED© Fadel Senna / Javier Soriano

LE MATCH. Premier choc de la CAN

Dans cette confrontation aux allures de finale de groupe, c’est le Maroc qui donne le coup d’envoi (CAN) de ce choc sur la pelouse du stade Ahmadou-Ahidjo de Yaoundé (Cameroun).

Les premières minutes ressemblent plutôt à un round d’observation, même si le Ghana se procure les meilleures situations avec trois corners (2e, 4e, 5e) et un coup-franc (3e). Les Marocains réagissent à leur tour et obtiennent un corner (7e), qui ne donne rien. Le début de match est plutôt timoré.

À LIRE AUSSICAN 2022 : Match d’ouverture

Comme à Bafoussam plus tôt dans la journée (Sénégal 1-0 Zimbabwe), les joueurs doivent s’acclimater à la chaleur dans laquelle baigne Yaoundé qui accueille ce match de la CAN .

Un peu bousculés en début de rencontre, les Lions de l’Atlas finissent progressivement par mettre leur jeu en place au quart d’heure de jeu et à conserver le ballon (65 %). Mais alors que les minutes défilent, la rencontre peine à décoller. Le jeu est haché par de nombreuses fautes de part et d’autre, et aucune équipe ne parvient à développer son jeu.

À LIRE AUSSICAN 2022 : le Sénégal arrache la victoire contre le Zimbabwe

À la demi-heure de jeu, les Black Stars concluent une longue possession dans le camp marocain par un coup franc à 35 mètres du but. Thomas Partey s’essaye, mais sa tentative n’accroche pas le cadre de Yassine Bounou (32e).

Dans la foulée, Selim Amallah répond aux velléités ghanéennes. Servi dos au but, le milieu offensif du Standard de Liège contrôle le ballon en pivot et élimine deux Ghanéens avant de s’essayer devant le but (34e). Ça passe à côté.

Quelques minutes plus tard, Sofiane Boufal obtient un bon coup franc aux abords de la surface après une faute du milieu défensif ghanéen Thomas Partey. Il le tire et trouve la tête de son capitaine Romain Saiss, qui ne cadre pas (39e).

À l’approche de la pause, le rythme retombe d’un cran. Et sans ajouter de temps additionnel, l’arbitre botswanais Joshua Bond renvoie les vingt-deux acteurs. Emotions au rendez-vous pour cette CAN

L’enjeu semble paralyser les acteurs à Yaoundé puisque Marocains comme Ghanéens ont du mal à se lâcher dans ce choc du groupe C.

On a du mal à voir comment les deux équipes pourraient trouver la solution, si ce n’est sur coup de pied arrêté ou au terme d’un exploit individuel. À l’heure de jeu, une seule frappe a été cadrée. Elle est sénégalaise.

À l’approche du dernier quart d’heure, le Ghana se procure certainement la plus grosse occasion de la rencontre. D’une superbe frappe enroulée, John Paintsil contraint Yassine Bounou à s’illustrer d’une magnifique parade (71e).

Un arrêt qui vaut un but ! Particulièrement appliqués sur le plan défensif, les Marocains vont finalement réussir à trouver la faille en phase offensive.

Le milieu du SCO Angers Sofiane Boufal hérite d’un ballon qui traîne dans la surface de réparation avant de frapper en première intention. Le portier ghanéen ne peut rien faire et le Maroc prend les devants (1-0, 82e) ! Une ouverture du score qui va forcer le Ghana à se découvrir pour revenir au score.