Burkina Faso : le président Roch Kabore appelé à démissionner

Ça chauffe au Burkina Faso.  Suite à une méga manifestation, le président de la République,  Roch Marc Christian Kaboré est  appelé à démissionner. Et ce, après la mort de 28 gendarmes et quatre civils dans une attaque le week-end dernier.

Mardi, plusieurs centaines de personnes ont manifesté dans les rues de Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso, pour réclamer la démission du président Roch Kaboré et le départ des troupes françaises en raison des violences de groupes armés dans le nord et l’est du pays.

Burkina Faso

Burkina Faco

Quelques jours  après l’attaque meurtrière d’Inata, les burkinabé ont décidé d’exprimer une nouvelle fois, leur mécontentement face à la situation sécuritaire du pays. Dans plusieurs villes du pays, les hommes intègres, très remontés, se disent dépassés par la « mauvaise gestion » du pays.

À lire aussi :
Brésil : le président Jair Bolsonaro évacué d'urgence à l'hôpital

Les manifestants ont sillonné beaucoup de villes.  A Bobo-Dioulasso, c’est la ville morte : circulation bloquée, commerce à l’arrêt et marché central fermé. Des manifestants ont dénoncé la mauvaise gestion du gouvernement en place et l’insécurité grandissante due au terrorisme.

« Nous demandons au président du Faso de libérer notre pays. Depuis son arrivée au pouvoir, ce Monsieur a toujours échoué et il échouera toujours. Nous demandons à la population de se joindre à la marche. On ne va plus accepter, ils ont échoué sur le plan sécuritaire, alimentaire…  Je ne peux pas tout détailler. Au Burkina, on a trop de maux », a déclaré le responsable des manifestants.

À lire aussi :
Jaaw Ketchup s'attaque sévèrement le président du Sénégal Macky Sall à travers une parodie (Vidéo)

A Ouagadougou, la capitale du pays, c’est avec le slogan « trop c’est trop » que les manifestants ont rallié les rues pour afficher leur ras-le-bol. Dans l’ensemble, les motifs de frustrations vont dans le même sens: l’échec retentissant de l’Etat dans la lutte contre le terrorisme et la mauvaise gestion.

À lire aussi :
Somalie: les députés prolongent le mandat du président Mohamed Abdullahi

Les contestataires, majoritairement jeunes, demandent aussi à l’Etat de bien équiper les Forces de Défense et de Sécurité qui mènent le combat anti-terroriste et protègent la population. Ils ont aussi fait remarquer le nombre élevé de décès et de déplacés déjà enregistré dans le pays.

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire