Burkina : des enfants utilisés pour gagner de l’argent


Video player

Vraiment décevant et très triste. La protection de l’enfant en danger au Burkina Faso.  Aux pays des hommes intègres, certains individus utilisent les enfants pour gagner de l’argent.

Que les gens sont cruels! Certaines personnes sont sans cœur et n’ont aucun respect pour la vie d’autrui. La cause ?  Un enfant refuse de rentrer chez lui, parce qu’il n’a pas eu la somme réclamée (1000 FCFA) par son mandant, craignant des sévices corporels et autres brimades de la part de ce dernier.

Les faits tels que relatés sur la toile sont les suivants. « Quitté Burkina Faso dans un village dénommé « Tango » le petit a été envoyé par un individu qui réclame chaque jour à ces enfants, de l’argent qu’ils gagnent par la mendicité. Cet enfant refuse de partir parce qu’il n’a pas eu la somme réclamée (1000 FCFA) par cet individu craignant des sévices corporels et autres brimades de la part de son mandant. L’enfant se retrouve sous un manguier dormant sur un carton depuis des heures».

Lire aussi : Burkina Faso : Un homme se suicide le lendemain de son mariage

« Comment un homme possédant tous ses sens peut utiliser ainsi des enfants ? », questionne un internaute

« Après quand l’enfant va disparaître c’est pour lancer avis de recherche. Pourtant d’autres parents même sont responsables de la disparition de leurs enfants ».

« Donner de l’argent aux enfants qui mendie c’est encourager les parents à plus s’adonner à l’exploitation de leur enfant. Moi je n’en donne pas en tout cas pas d’espèces. Si j’ai des fruits et du jus ok mais pas d’espèce », a écrit un autre.

L’histoire de ce petit garçon a semé la  consternation dans le cœur des internautes. Outre les réactions de certains d’entre eux, nombreux sont ceux qui ont lancé un important appel aux autorités du pays.

Lire aussi : Burkina Faso : le coach Simon Ouedraogo donne une importante leçon aux jeunes

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆
Mots clés:,

Laisser votre commentaire