Biden avertit Poutine des “coûts rapides et importants” d’une potentielle invasion de l’Ukraine


Video player

Le président Joe Biden a averti samedi le président russe Vladimir Poutine que les conséquences d’une invasion à grande échelle de l’Ukraine, qui, selon les responsables américains, pourraient être imminentes, seraient “rapides et graves”, selon une description de la conversation à la Maison Blanche.

Biden a déclaré à Poutine que les États-Unis et leurs alliés et partenaires “répondraient de manière décisive et imposeraient des coûts rapides et sévères” si Moscou agissait contre son voisin.

Biden a également réitéré qu’une invasion russe produirait “des souffrances humaines généralisées et diminuerait la position de la Russie” dans le monde. Selon la Maison Blanche, Joe Biden était “clair avec le président Poutine que si les États-Unis restent prêts à s’engager dans la diplomatie, en pleine coordination avec nos alliés et partenaires, nous sommes également préparés à d’autres scénarios.”

L’appel entre les deux dirigeants, qui a duré un peu plus d’une heure, est intervenu après que le Département d’État a ordonné l’évacuation de la plupart de son personnel d’ambassade à Kiev. Le Pentagone a également ordonné samedi le départ des 160 membres de la Garde nationale de Floride qui avaient été déployés pour former les forces ukrainiennes.

Après l’appel, un haut responsable de l’administration Biden a précisé aux journalistes qu’il “reste incertain” si la Russie est intéressée à poursuivre des objectifs par la diplomatie ou le recours à la force, tout en notant qu'”il n’y a pas eu de changement fondamental dans la dynamique qui se déroule maintenant depuis plusieurs semaines”.

Biden a été “très direct” avec Poutine au sujet de son inquiétude quant à la sécurité des Américains qui restent en Ukraine, a déclaré le responsable, qui a qualifié la conversation de “professionnelle” et “de fond”. Les deux dirigeants ont convenu que leurs équipes resteraient engagées, a ajouté le responsable.

Yury Ushakov, un assistant de Poutine, a affirmé aux journalistes après l’appel que la conversation entre les deux dirigeants “était assez équilibrée et professionnelle”, notant que Biden avait mentionné des sanctions mais que “l’accent n’était pas mis sur cette question” et des discussions “autour du sujet de “l’invasion” a été menée de manière coordonnée.”

Le secrétaire d’État Antony Blinken et le secrétaire à la Défense Lloyd Austin ont également eu des appels avec leurs homologues russes plus tôt samedi.

La Russie a massé plus de 100 000 soldats le long de la frontière ukrainienne et a mené des exercices militaires en Biélorussie, qui borde la Russie et l’Ukraine.

Poutine nie fermement les accusations occidentales selon lesquelles il prépare une offensive. Il a cependant émis des exigences de sécurité audacieuses, notamment que les États-Unis et leurs alliés acceptent d’empêcher l’Ukraine et d’autres pays ex-soviétiques de rejoindre l’OTAN. Il souhaite également que l’OTAN réduise ses forces en Europe centrale et orientale et offre des garanties qu’elle ne déploiera pas d’armes près des frontières russes.

Ouchakov, l’assistant de Poutine, a rassuré aux journalistes samedi que Biden n’avait fourni “aucune réponse substantielle” à leurs demandes, y compris sur l’élargissement de l’OTAN.

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire