Actualité Politique, Économie, Sport , en France et du reste
Aung San Suu Kyi : L’ancien premier ministre birman à nouveau inculpé
1xnbet
01/03/2021 à 18h08 par Elom AYEDJI
Poursuivie dans le passé pour avoir enfreint des règles liées au domaine sanitaire et celui commerciale, Aung San Suu Kyi se retrouve une fois de plus inculpée par la justice de son pays. Ce lundi 1er Mars, c’est d’« incitation aux troubles publics » que celle qui est affectueusement surnommée la dame de Rangoun est accusée.

Lire aussi : Birmanie : la police tire à balles réelles sur des manifestants

La Birmanie fait depuis quelques jours à une vague de manifestations. Ces manifestations sont lourdement réprimées et ont fait une trentaine de morts selon des organisations non gouvernementales. Ceci fait suite à l’arrestation depuis le 1er février du coup d’Etat militaire qui a renversé le président Birman, son premier ministre Aung San Suu Kyi et l'ensemble de son gouvernement.

Les populations de la capitale ont donc manifesté pour montrer leur mécontentement face au régime militaire. Comme on pouvait s’y attendre, ils ont copieusement été réprimés par l’armée et l’on dénombre des centaines de blessés et une trentaine de morts. Pour le pouvoir militaire, c’est Aung San Suu Kyi qui aurait incité la population à se soulever.

L'ancien premier ministre est aussi accusé par le pouvoir militaire d’avoir utilisé un matériel de télécom et risque pour cela un an d’emprisonnement. En, quatre charges ont été retenues contre la « Dame de Rangoun » et trois contre son ancien président. Déjà accusés pour avoir importé illégalement des talkies-walkies et pour ne pas avoir respecté des restrictions liées à la Covid-19, ces motifs d’accusations sont jugés extravagants pour les observateurs internationaux.

Vous aimerez aussi : Birmanie : la junte avertit les manifestants qu’ils risquent de mourir

Si tous les deux sont déclarés coupables, c’est le juge qui décidera si les peines de prison se cumuleront ou non. Malgré les appels de la communauté internationale, la tête d’Aung San Suu Kyi ne semble pas encore sauvée. Le pouvoir militaire refuse que la population participe au procès et même l’avocat du prix Nobel de la paix 1991 n’a pas accès à sa cliente.

 

 

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 55 767 autres abonnés


Abonnez toi à Doingbuzz Tv sur Youtube

Ne partez pas sans partager :
Doingbuzz sur Télégram: Si vous êtes sur Télégramme abonnez vous !!
😍 ACTUALITE via Telegram
😍 Offre d'emploi via Telegram .
groupe emploi whatsapp doingbuzz -🇧🇯 Bénin- 🇧🇯 Bénin - 🇧🇯 Bénin -🇧🇯 Bénin-🇳🇪 Niger -🇳🇪 Niger - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun - 🇫🇷 France - 🇫🇷 France - 🇲🇱 Mali - 🇧🇫 Burkina Faso - 🇧🇫 Burkina Faso -🇬🇦 Gabon -🇬🇳 Guinéé - 🇲🇱 Mali - 🇲🇱 Mali - 🇨🇩 Congo RDC - 🇨🇬 Congo Brazzaville -🇲🇦 Maroc - 🇹🇩 Tchad -Pour les autres pays

NB: NE PAYEZ AUCUN FRAIS DE DOSSIERS POUR UNE OFFRE D’EMPLOI

Site de petites annonces / site de vente et d'achat 100% Togo

APPLICATION MOBILE  ABONNEZ à Google news

Poursuivie dans le passé pour avoir enfreint des règles liées au domaine sanitaire et celui commerciale, Aung San Suu Kyi se retrouve une fois de plus inculpée par la justice de son pays. Ce lundi 1er Mars, c’est d’« incitation aux troubles publics » que celle qui est affectueusement surnommée la dame de Rangoun est accusée.

Lire aussi : Birmanie : la police tire à balles réelles sur des manifestants

La Birmanie fait depuis quelques jours à une vague de manifestations. Ces manifestations sont lourdement réprimées et ont fait une trentaine de morts selon des organisations non gouvernementales. Ceci fait suite à l’arrestation depuis le 1er février du coup d’Etat militaire qui a renversé le président Birman, son premier ministre Aung San Suu Kyi et l'ensemble de son gouvernement.

Les populations de la capitale ont donc manifesté pour montrer leur mécontentement face au régime militaire. Comme on pouvait s’y attendre, ils ont copieusement été réprimés par l’armée et l’on dénombre des centaines de blessés et une trentaine de morts. Pour le pouvoir militaire, c’est Aung San Suu Kyi qui aurait incité la population à se soulever.

L'ancien premier ministre est aussi accusé par le pouvoir militaire d’avoir utilisé un matériel de télécom et risque pour cela un an d’emprisonnement. En, quatre charges ont été retenues contre la « Dame de Rangoun » et trois contre son ancien président. Déjà accusés pour avoir importé illégalement des talkies-walkies et pour ne pas avoir respecté des restrictions liées à la Covid-19, ces motifs d’accusations sont jugés extravagants pour les observateurs internationaux.

Vous aimerez aussi : Birmanie : la junte avertit les manifestants qu’ils risquent de mourir

Si tous les deux sont déclarés coupables, c’est le juge qui décidera si les peines de prison se cumuleront ou non. Malgré les appels de la communauté internationale, la tête d’Aung San Suu Kyi ne semble pas encore sauvée. Le pouvoir militaire refuse que la population participe au procès et même l’avocat du prix Nobel de la paix 1991 n’a pas accès à sa cliente.

 

 

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 55 767 autres abonnés


Abonnez toi à Doingbuzz Tv sur Youtube

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire