Actualité Politique, Économie, Sport , en France et du reste
Arrêt De La CJ De La CEDEAO : Les Défenseurs Des Droits Humains Font La Leçon À Macky SALL
14/07/2018 à 20h25 par Steven Ablam Kpoglo
Publicité
Publicité

 Lors d’une conférence de presse conjointe tenue hier à Dakar, Me Assane Dioma NDIAYE et ses camarades ont livré un cours magistral à l’Etat du Sénégal. 

Les interprétations des défenseurs des droits humains sénégalais, sur le verdict rendu par la Cour de justice de la Cedeao à propos du procès Khalifa Sall, ressemblent à un cours magistral à l’endroit des autorités de la République. Hier, en marge d’une conférence de presse conjointe,  Amnesty Sénégal, la Raddho et la Ligue sénégalaise des droits humains (Lsdh) ont défendu des arguments tirés des textes juridiques pour faire valoir l’application de la décision de cette cour supranationale. Ce, sans rater le régime du Président Macky Sall qu’ils assimilent à celui de l’ex-président de la Gambie, Yaya Jammeh. «Certains Etats sont en train de reprendre par la main gauche ce qu’ils avaient offert par la droite. Le régime de Yaya Jammeh  n’avait  jamais voulu respecté les décisions de cette Cour de justice de la Cedeao. En soutenant après la sortie de la décision que l’Etat du Sénégal est souverain, les autorités sénégalaises semblent aller dans le sens de ne pas la respecter. Ce régime n’a pas le droit d’aller dans le sens de la dictature», met en garde Sadikh Niass, Secrétaire général de la Rencontre africaine pour la défense des droits de l’homme (Raddho).  Selon lui, à chaque fois que la Cour de justice de la Cedeao rendait une décision qui n’était pas favorable au régime de l’ex-président gambien, non seulement il contestait, mais allait même jusqu’à écrire à la cour pour demander la révision de cette décision. Une chose qui n’était pas possible. Ce fut le cas, soutient-il, du journaliste Boubacar Camara à qui la cour avait demandé sa libération pour détention arbitraire. «La cour de justice de la Cedeao n’est pas tenue à attendre l’épuisement des recours dans les juridictions nationales. Ceux qui soutiennent cette thèse n’ont qu’à se détromper. C’est l’Etat qui doit mettre en œuvre les décisions rendues par cette cour», renseigne le défenseur des droits humains.

 

Abondant dans le même sens, Me Assane Dioma Ndiaye invite le gouvernement à ne pas sacrifier les principes sacro-saints d’un Etat de droit. Pour le président de la Lsdh, les autorités, en soutenant que ce n’est pas l’Etat qui a violé les droits de Khalifa Sall mais la police, avouent leur culpabilité. «Il n’a jamais été dit que la cour a ordonné la libération de Khalifa Sall. Elle réclame le rétablissement de ce dernier dans ses droits», 

Publicité
éclaircit-il.«Nous avons eu la chance d’avoir cette cour. Elle peut donner son avis sur le déroulement du procès  en cours», répond-il à ceux défendent le contraire tout en déplorant leur position. «C’est parce que la décision bénéficie à un opposant qu’on essaie de jouer avec les gens. Nos Etats doivent être sérieux», rétorque-t-il. Pour sa part, le Directeur exécutif de d’Amnesty Sénégal, Seydi Gassama a soutenu que cette affaire dépasse largement Khalifa Sall. Selon lui, le Procureur général près la Cour d’appel de Dakar, Lansana Diabé Siby, a indiqué aux autorités la voie de sortie de cette affaire. «Même les autorités actuelles peuvent avoir demain l’intérêt à aller devant la Cour de justice de la Cedeao. Elles sont, soit des ignares, soit des ignorants. Nous ne méritons pas d’avoir de tels dirigeants», déplore-t-il. En à croire Seydi Gassama,  l’Etat ne manquera pas d’exercer des pressions sur le juge en charge du dossier, le Premier président de la Cour d’appel de Dakar, Demba Kandji. «Les déclarations que nous entendons laissent croire qu’il y aura des pressions de l’exécutif sur les juges de la Cour d’appel», révèle Seydi Gassama, Directeur exécutif d’Amnesty. «Si les juges de la Cour d’appel ignorent cette décision, nous serons la risée du monde. J’espère qu’ils  auront le courage de sortir le Sénégal de cette honte», invite au final le droit de l’«hommiste».

Publicité
Ne partez pas sans partager :

Vous êtes sur whatsapp,intégrez et recevez nos articles depuis nos groupes disponible sur le whatsapp

🚨DOINGBUZZ ACTUALITE NEW Pour offres d'emploi 👉🏾 -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun  -🇨🇲 Cameroun  groupe emploi whatsapp doingbuzz

Cliquer ici pour les autres groupes👆



Plus de news

Côte D’ivoire : Le Gouvernement Créera Une Cellule Aéroportuaire Anti Trafics (Caat) Pour Lutter Contre Le Trafic De Drogue

18/06/2021

Côte d’Ivoire...

Publicité Publicité Le Gouvernement a décidé de...
Voici Comment Les Mercenaires Russes Commettent Des Crimes De Guerre En République Centrafricaine

18/06/2021

Voici comment...

Publicité Publicité Dans l’après-midi du 15 février...
Côte D’ivoire/ Laurent Gbagbo Depuis Abidjan: « Je Suis Heureux De Retrouver La Côte D’ivoire Et L’afrique »

18/06/2021

Côte d’Ivoire/...

Publicité Publicité Il n’a assurément rien perdu...
Côte D’ivoire/ Gbagbo Annonce Ce Qu’il Va Faire Dans Quelques Jours

18/06/2021

Côte d’Ivoire/...

Publicité Publicité Laurent Gbagbo ne va pas...
Bamba Bakary En Spectacle Le 10 Juillet Prochain

18/06/2021

Bamba Bakary...

Publicité Publicité Il va signer son retour...
Côte D’ivoire/ Les Révélations De Laurent Gbagbo Sur Ses Soutiens En Afrique

18/06/2021

Côte d’Ivoire/...

Publicité Publicité Dans son allocution devant les...
Cacao : En Route Vers Une Production Record, Selon L’icco

18/06/2021

Cacao :...

Publicité Publicité La production mondiale de fèves...
Mozambique: Voici Comment Les Gardiennes De Prison Forcent Les Détenues À Se Prostituer

18/06/2021

Mozambique: voici...

Publicité Publicité Les gardiennes d’une prison pour...
Laurent Gbagbo : La Cdpa Célèbre Son Retour

18/06/2021

Laurent Gbagbo...

Publicité Publicité Bienvenue chez toi, camarade Laurent...
Le Mouvement Conscience Mandela Salue Le Retour Du Président Laurent Koudou Gbagbo

18/06/2021

Le Mouvement...

Publicité Publicité   Le Mouvement Conscience Mandela...
Francis Mvemba Réagit Aux Nouvelles Critiques Sur Son Mariage Avec Coco Emilia

17/06/2021

FRANCIS MVEMBA...

Publicité Publicité Alors que son mariage avec...
Emmanuel Macron Est Optimiste Pour La Technologie Africaine Au Salon Vivatech

17/06/2021

Emmanuel Macron...

Publicité Publicité   Le 16 juin 2021,...
La Résidence De Gbagbo Assiégée Par Les Manifestants

17/06/2021

La résidence...

Publicité Publicité   Laurent Gbagbo, étant définitivement...
Laurent Gbagbo Pose Enfin Ses Pieds Sur Le Sol Ivoirien ( Photos)

17/06/2021

Laurent Gbagbo...

Publicité Publicité Publicité C'est la joie chez...
Des Partisans De Gbagbo Empêchés Par Des Microbes Sur L'Autoroute De Yopougon - Adjamé (Vidéo)

17/06/2021

Des partisans...

Publicité Publicité     C'est une vidéo...
Côte D'Ivoire : Une Très Mauvaise Nouvelle Pour Guillaume Soro

17/06/2021

Côte d’Ivoire...

Publicité Publicité Une très mauvaise nouvelle pour...
Retour De Laurent Gbagbo : Voici Le Message De Simone Gbagbo Avant D’aller À L’aéroport (Vidéo)

17/06/2021

Retour de...

Publicité Publicité   La femme de l’ancien...
Retour De Laurent Gbagbo : Voici La Réaction Officielle De Guillaume Soro

17/06/2021

Retour de...

Publicité Publicité M. Laurent GBAGBO, ancien Président...
Chris Yapi : « Retour Le 17 Juin 2021 En Côte D’ivoire : Un Sombre Traquenard Se Prépare Contre Laurent Gbagbo »

17/06/2021

Chris Yapi...

Publicité Publicité ChrIs Yapi, le fameux, fait...
Chris Yapi : « Retour De Laurent Gbagbo En Côte D’ivoire : Voici Ce Qui Se Prépare »

17/06/2021

Chris Yapi...

Publicité Publicité   Chris Yapi sort de...
Publicité
Publicité

 Lors d’une conférence de presse conjointe tenue hier à Dakar, Me Assane Dioma NDIAYE et ses camarades ont livré un cours magistral à l’Etat du Sénégal. 

Les interprétations des défenseurs des droits humains sénégalais, sur le verdict rendu par la Cour de justice de la Cedeao à propos du procès Khalifa Sall, ressemblent à un cours magistral à l’endroit des autorités de la République. Hier, en marge d’une conférence de presse conjointe,  Amnesty Sénégal, la Raddho et la Ligue sénégalaise des droits humains (Lsdh) ont défendu des arguments tirés des textes juridiques pour faire valoir l’application de la décision de cette cour supranationale. Ce, sans rater le régime du Président Macky Sall qu’ils assimilent à celui de l’ex-président de la Gambie, Yaya Jammeh. «Certains Etats sont en train de reprendre par la main gauche ce qu’ils avaient offert par la droite. Le régime de Yaya Jammeh  n’avait  jamais voulu respecté les décisions de cette Cour de justice de la Cedeao. En soutenant après la sortie de la décision que l’Etat du Sénégal est souverain, les autorités sénégalaises semblent aller dans le sens de ne pas la respecter. Ce régime n’a pas le droit d’aller dans le sens de la dictature», met en garde Sadikh Niass, Secrétaire général de la Rencontre africaine pour la défense des droits de l’homme (Raddho).  Selon lui, à chaque fois que la Cour de justice de la Cedeao rendait une décision qui n’était pas favorable au régime de l’ex-président gambien, non seulement il contestait, mais allait même jusqu’à écrire à la cour pour demander la révision de cette décision. Une chose qui n’était pas possible. Ce fut le cas, soutient-il, du journaliste Boubacar Camara à qui la cour avait demandé sa libération pour détention arbitraire. «La cour de justice de la Cedeao n’est pas tenue à attendre l’épuisement des recours dans les juridictions nationales. Ceux qui soutiennent cette thèse n’ont qu’à se détromper. C’est l’Etat qui doit mettre en œuvre les décisions rendues par cette cour», renseigne le défenseur des droits humains.

 

Abondant dans le même sens, Me Assane Dioma Ndiaye invite le gouvernement à ne pas sacrifier les principes sacro-saints d’un Etat de droit. Pour le président de la Lsdh, les autorités, en soutenant que ce n’est pas l’Etat qui a violé les droits de Khalifa Sall mais la police, avouent leur culpabilité. «Il n’a jamais été dit que la cour a ordonné la libération de Khalifa Sall. Elle réclame le rétablissement de ce dernier dans ses droits», 

Publicité
éclaircit-il.«Nous avons eu la chance d’avoir cette cour. Elle peut donner son avis sur le déroulement du procès  en cours», répond-il à ceux défendent le contraire tout en déplorant leur position. «C’est parce que la décision bénéficie à un opposant qu’on essaie de jouer avec les gens. Nos Etats doivent être sérieux», rétorque-t-il. Pour sa part, le Directeur exécutif de d’Amnesty Sénégal, Seydi Gassama a soutenu que cette affaire dépasse largement Khalifa Sall. Selon lui, le Procureur général près la Cour d’appel de Dakar, Lansana Diabé Siby, a indiqué aux autorités la voie de sortie de cette affaire. «Même les autorités actuelles peuvent avoir demain l’intérêt à aller devant la Cour de justice de la Cedeao. Elles sont, soit des ignares, soit des ignorants. Nous ne méritons pas d’avoir de tels dirigeants», déplore-t-il. En à croire Seydi Gassama,  l’Etat ne manquera pas d’exercer des pressions sur le juge en charge du dossier, le Premier président de la Cour d’appel de Dakar, Demba Kandji. «Les déclarations que nous entendons laissent croire qu’il y aura des pressions de l’exécutif sur les juges de la Cour d’appel», révèle Seydi Gassama, Directeur exécutif d’Amnesty. «Si les juges de la Cour d’appel ignorent cette décision, nous serons la risée du monde. J’espère qu’ils  auront le courage de sortir le Sénégal de cette honte», invite au final le droit de l’«hommiste».

Publicité
Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire