L’ancien combattant Aly Dieng : « Ceux qui parlent de guerre ne savent pas ce que c’est »


Video player

Il s’appelle Alioune Dieng, plus connu sous le nom d’Aly Dieng. A HLM District 10, où il réside depuis 1976, l’homme est connu comme un ancien agent de la Poste. 

Cependant, son curriculum vitae est allé plus loin car il a participé aux guerres sous le commandement de l’armée française : en Indochine comme en Algérie.

La mort, il en a vu, comme tout bon soldat en première ligne, mais aussi des côtes et des quais car la plupart des expéditions se faisaient sur des navires.

L’homme de 94 ans est toujours aussi fort et toujours frais dans sa mémoire. Il a raconté à un journal quelques faits dont il se souvenait encore. Il n’y a pas de compréhension approfondie des détails des atrocités liées à la guerre.

Né à Saint-Louis (nord du Sénégal) le 29 juin 1927, rien ne lui est destiné à retourner dans l’armée, mais cela ne tenait pas compte du service militaire obligatoire à l’époque. Grandissant dans sa ville natale de Saint-Louis, le jeune Aly Dieng quitte sa ville à l’âge de 16 ans pour rejoindre la région de Thiès et travailler au Service des Eaux et Forêts.

« Après ma formation, j’ai été détaché à Bandia (une vingtaine de kilomètres de Thiès, en allant vers le département de Mbour). Sur place, il y avait des fours. Par deux fois, j’ai vu de mes yeux des hommes se faire cuire comme du gibier, car ils sont tombés dans ces fours. Des images que je ne pouvais pas supporter. Je savais aussi que je n’étais pas à l’abri », se souvient le vieil homme de quatre-vingt-dix ans, puis il a décidé de quitter le poste et de retourner à Saint-Louis.

En 1945, l’homme trouve un emploi à la Poste de Thiès.

« Etant agent de la région de Thiès, on m’affecte au bureau de Poste de Bandia et j’étais seul comme agent. De Bandia, j’étais affecté à Popenguine. C’était à l’époque du Gouverneur général Pierre Cournarie, qui avait d’ailleurs sa maison de repos non loin de là, à Popenguine.

Je me rappelle d’ailleurs à l’époque, l’ancien Cardinal Hyacinthe Thiandoum était séminariste dans la localité. A mes 18 ans, je quittais Popenguine, étant affecté au bureau de Poste de Mbour. Je suis resté là-bas jusqu’à mes 20 ans, l’âge requis pour le service militaire ».

Alioune Dieng demande alors une « disponibilité sans traitement » pour intégrer les rangs de l’armée des colonies françaises d’Afrique.

« En 1947, nous avons été regroupés à Saint-Louis pour incorporation, puis nous sommes revenus à Thiès, au quartier du 10ème Régiment d’Infanterie d’Afrique d’Outre-Mer ».

Cet endroit est le quartier général de l’armée française. Après six mois d’entraînement militaire, l’homme a été libéré et est rapidement retourné dans sa ville natale de Saint-Louis.

« J’ai alors repris service au sein de la Poste de Saint-Louis avant d’être rappelé dans l’armée, en 1950. Apparemment c’était pour une urgence, car, de Saint-Louis, nous sommes directement acheminés sur Dakar, au DIC (Dépôt des Isolés Coloniaux) pour un embarquement par bateau pour la France. A bord de cette embarcation, nous avons passé deux jours ou plus pour rejoindre la ville française de Marseille ».

 

hqdefault - L'ancien combattant Aly Dieng : « Ceux qui parlent de guerre ne savent pas ce que c’est »

« Arrivé à Marseille, nous avons directement rejoint Toulon, où j’ai été affecté au 4ème RIC (Régiment d’Infanterie Coloniale). De Toulon, nous avons rallié Fréjus pour préparer la piste du Combattant devant nous mener en Indochine. Après quelques semaines de préparation, nous sommes ensuite retournés à Marseille pour embarquer à bord du bateau du nom d’Esco Grimh, en direction de l’Indochine. Le voyage entre Marseille et Saigon avait duré une vingtaine de jours. Nous avions fait deux escales, une à… (il cherche le nom, mais ne trouve pas).

Je ne me rappelle plus du nom. L’autre, escale, la première, c’était à Port-Saïd, en Egypte. Je me souviens que nous avions perdu beaucoup de temps au niveau du Canal de Suez. Il fallait attendre la sortie de quelques bateaux, avant que le nôtre puisse passer ».

« Après la seconde escale, cap était mis sur Saigon. Capable de transporter plus de 3 000 hommes, cette embarcation française ne manquait de rien. A l’intérieur, il y avait toutes les commodités », se rappelle l’homme trouvé dimanche soir, dans son domicile.

Les souvenirs se perdaient au fil des ans, impact sans doute de l’âge. Il lui fallait parfois une à deux minutes, juste pour trouver un nom de ville. Epreuve qu’il ne réussissait pas tout le temps. En tout cas, cette étape d’Indochine a visiblement marqué sa vie, en atteste ses multiples absences durant cette partie de son témoignage.

« Une fois que nous avions traversé la Mer Rouge, on était quasiment à Saigon où des véhicules de l’armée française nous attendaient. Une fois sur la terre ferme, nous sommes ventilés dans Saigon. J’étais détaché au 821ème Bataillon de Transmission. Je faisais partie de ceux qui étaient chargés de livrer le matériel de Saigon à Hai Phong. Ce matériel était alors acheminé vers Hanoï. Les véhicules devaient d’abord traverser le pont Doumer, long de plus de 1 500 m, qui reliait Hai Phong à Hanoï ».

« Après deux ans passés en Indochine, nous avons levé le matériel, suite à l’attaque de Dien Bien Phu, avec le Général de Castrie aux commandes. La guerre était terminée. Nous sommes alors retournés à Marseille », a témoigné l’homme de 90 ans et plus. qu’il parlait de l’obligation de réserver, l’empêchant de discuter certains détails.

Au fil du temps, bon nombre de ces détails se sont estompés. En sa mémoire, son répertoire conserve encore plusieurs chansons apprises dans l’armée coloniale française en Afrique à cette époque. Sans hésiter, il a essayé de boire deux autres verres (voir la vidéo ailleurs), et sa voix était presque cassée, même après avoir avalé une tasse de thé vert chinois chaud que sa fille venait de lui offrir. , Ndeye Ly.

 

hqdefault - L'ancien combattant Aly Dieng : « Ceux qui parlent de guerre ne savent pas ce que c’est »
« Merci beaucoup », dit-il à sa fille, qui avait franchi le seuil de la porte de la chambre et s’était dirigée vers la sortie. Après cette brève interruption, le vieil homme put continuer à parler avec une paix incomparable.
« J’ai ensuite demandé à prendre des congés pour retourner au Sénégal, après 4 ans d’absence. Après cette trêve, je retournais à Toulouse pour un autre déplacement. Cette fois, il fallait rallier l’Algérie. C’était en 1955, si mes souvenirs sont encore bons. De Marseille, nous sommes arrivés à Alger, puis avons regagné Constantine. J’étais au sein de la Compagnie Saint-Charles. C’était terrible ce qui se passait en Algérie.
La guerre est une atrocité. C’est l’une des choses que des dirigeants doivent éviter », a suggéré l’ancien militaire, Il s’adresse directement aux dirigeants et aux peuples du Maroc et de l’Algérie.
« Quand je vois qu’on parle d’une possible guerre entre le Maroc et l’Algérie, je me dis ceux qui osent en parler aujourd’hui ne savent pas ce que c’est que la guerre ».
« Ce que j’ai personnellement vu en Algérie, m’a découragé de poursuivre ma carrière dans l’armée. J’ai alors refusé de réengager et j’ai donc démissionné pour rentrer au Sénégal. Une fois de retour, j’ai regagné la Poste pour ensuite être affecté à Bamako au Mali. Après l’éclatement du Mali, j’ai été renvoyé au Sénégal et affecté à Tambacounda où j’ai travaillé de 1960 à 1965. Je suis resté à la Poste, jusqu’à la retraite, en 1982 », a-t-il déclaré. Aly Dieng combattra également au Maroc, précisant qu’il a rejoint le pays en train depuis l’Algérie.
Il a déclaré qu’il faisait partie du peleton 2 du commandement français du royaume. Alioune Dieng n’aime pas parler de guerre. Au cours de son histoire, il est rarement parti complètement, plongé dans des souvenirs qu’il ne voulait pas dire, lorsqu’il était au bloc opératoire.
Cependant, il est à noter que son statut d’ancien combattant lui a valu un honneur décerné par l’armée française, qui lui a jusqu’ici versé une pension.
[newsletter_form]
--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire