Affaire Gérard Depardieu : Emmanuel Macron se prononce sur les accusations de viol

Affaire Gérard Depardieu : Emmanuel Macron se prononce sur les accusations de viol

Le président français Emmanuel Macron a réaffirmé sa position contre les agressions sexuelles. Il a souligné son soutien à la parole des femmes et en plaidant pour une modification de la définition du viol en France.

Dans une interview publiée dans le magazine Elle mercredi, Macron a abordé la controverse autour de l’acteur Gérard Depardieu, déclarant sans équivoque qu’il n’a « jamais défendu un agresseur contre des victimes ».

Emmanuel Macron réaffirme son engagement en faveur de l’expression des femmes et de la modification de la définition du viol

Lire aussi : VIDEO – La dribble stellaire d’El Hadji Diouf à Macron

Depardieu sera jugé à Paris en octobre prochain pour avoir agressé sexuellement deux femmes lors d’un tournage en 2021. Il fait également l’objet d’une enquête depuis 2020 pour le viol et l’agression sexuelle de l’actrice Charlotte Arnould, et d’autres plaintes ont été déposées contre lui.

Emmanuel Macron a clarifié ses précédents commentaires en faveur du réalisateur, affirmant que ses déclarations n’étaient pas des expressions de sympathie, mais plutôt un engagement en faveur des principes d’une procédure régulière et de la présomption d’innocence. Il a insisté sur le fait qu’il appartient en dernier ressort aux tribunaux de déterminer la culpabilité ou l’innocence.

La vision de Macron sur la réforme de la législation sur le viol

Lire aussi : Chancel Mbemba : le Président Emmanuel Macron envoie un message clair au joueur !

Au cours de l’entretien, Macron a exprimé son respect pour la voix des femmes et sa volonté de lutter contre la culture du viol et la domination. Il a salué les actrices Judith Godrèche, Juliette Binoche et Isild le Besco pour le courage dont elles ont fait preuve en dénonçant les violences sexuelles dans l’industrie cinématographique.

Macron a réitéré son intention de réviser la définition française du viol pour y inclure la notion de consentement, une démarche qui a fait son chemin suite au mouvement #MeToo. Il a révélé que les députés travaillent activement avec le ministre de la Justice pour rédiger un projet de loi sur cette question d’ici la fin de l’année.

Le président français a reconnu l’impact du mouvement #MeToo. Il a admis qu’il a incité à la réflexion et révélé des vérités importantes.