Actualités

 Accord sur le nucléaire iranien : le président élu Raisi met en garde contre les pourparlers

 Accord Sur Le Nucléaire Iranien : Le Président Élu Raisi Met En Garde Contre Les Pourparlers
Israeli Prime Minister Naftali Bennett chairs the first weekly cabinet meeting of the new government in Jerusalem, Sunday, June 20, 2021. Bennett opened his first Cabinet meeting with a condemnation of the newly elected Iranian president, whom he called “the hangman of Tehran.” (Emmanuel Dunand/Pool Photo via AP)

 

Le président iranien élu a salué les négociations avec les puissances mondiales visant à relancer un accord nucléaire de 2015, mais a déclaré qu’elles devaient garantir les intérêts nationaux.
Lors de sa première conférence de presse depuis sa victoire aux élections de vendredi, Ebrahim Raisi a promis qu’il ne laisserait pas traîner les pourparlers à Vienne.

Il a également insisté sur le fait que le programme de missiles balistiques de l’Iran n’était “pas négociable”. L’accord nucléaire est sur le point de s’effondrer depuis que les États-Unis l’ont abandonné et ont rétabli les sanctions il y a de cela trois ans déjà.

Les puissances mondiales ne font pas confiance à l’Iran : certains pays pensent que l’Iran veut l’énergie nucléaire parce qu’il veut construire une bombe nucléaire – «il le nie».

Un accord a donc été trouvé : en 2015, l’Iran et six autres pays ont conclu un accord majeur. L’Iran arrêterait certains travaux nucléaires en échange de la fin des sanctions sévères, ou des sanctions, nuisant à son économie.

Où se trouve donc le problème?

L’Iran a relancé les travaux nucléaires interdits après que l’ancien président américain Donald Trump s’est retiré de l’accord et a réimposé des sanctions à l’Iran. Même si le nouveau leader Joe Biden veut à nouveau le rejoindre, les deux parties disent que l’autre doit faire le premier pas.

À lire aussi :   Imam Nanfo menacé de mort, son avocat met en garde

M. Raisi, un religieux musulman chiite intransigeant à la tête du système judiciaire iranien et proche du guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei, a remporté les élections de ce vendredi avec 62% des voix au premier tour.

Cependant, le taux de participation était légèrement inférieur à 49% – un record pour un scrutin présidentiel dans le pays depuis la Révolution islamique de 1979 – à la suite des appels au boycott des dissidents et de certains réformistes en réponse à la disqualification de plusieurs candidats éminents qui auraient pu constituer une sérieuse concurrence. .

Lundi, M. Raisi a qualifié la participation des Iraniens aux élections de message “d’unité ; de cohésion” et de signe qu’ils ont continué à “suivre le chemin” du fondateur de la République islamique, l’ayatollah Ruhollah Khomeini.

Il a également déclaré que les électeurs lui avaient confié un mandat pour « lutter contre la corruption, la pauvreté et la discrimination », qu’il avait accusé le président modéré Hassan Rouhani de ne pas avoir abordé pendant la campagne.

À lire aussi :   Adama Bictogo met en garde Laurent Gbagbo

Qui est Ebrahim Raisi, le prochain président iranien ?

M. Raisi a déclaré que son approche de la politique étrangère ne serait pas limitée par l’accord nucléaire négocié par M. Rouhani, qui a vu l’Iran accepter de limiter son programme nucléaire en échange d’un allégement des sanctions.

Au sujet des pourparlers de Vienne, il a déclaré : « Nous ne permettrons pas que les négociations soient pour des négociations. Les négociations ne devraient pas traîner en longueur, mais chaque séance devrait porter ses fruits. Une [négociation] axée sur les résultats est importante pour nous et elle devrait avoir un résultat pour la nation iranienne.”

M. Raisi a exhorté les États-Unis à revenir immédiatement à l’accord et à lever toutes les sanctions qui ont paralysé l’économie iranienne. Lorsqu’on lui a demandé s’il rencontrerait le président Joe Biden s’il le faisait, il a répondu: “Non”.

Il a également rejeté la possibilité de toute négociation sur le programme de missiles balistiques de l’Iran et ses politiques régionales, y compris son soutien aux groupes armés dans plusieurs pays, malgré les appels des pays occidentaux pour qu’ils fassent partie de tout nouvel accord conclu à Vienne.

À lire aussi :   Emma Lohoues met en garde et menace de faire emprisonner un imposteur

Dimanche, le négociateur en chef iranien sur le nucléaire, Abbas Araqchi, a déclaré que les représentants à Vienne étaient “plus proches que jamais d’un accord”, mais que combler le fossé qui restait n’était “pas une tâche facile”.

Le nouveau Premier ministre israélien, Naftali Bennett, a quant à lui averti les puissances mondiales “de se réveiller avant de revenir à l’accord nucléaire”.
Il a déclaré que M. Raisi, impliqué dans les exécutions massives de prisonniers politiques en 1988 alors qu’il était procureur adjoint de Téhéran, faisait partie d’un “régime de bourreaux brutaux”.
Interrogé lundi sur son bilan en matière de droits humains, M. Raisi a déclaré : “Je suis fier d’avoir défendu les droits humains dans tous les postes que j’ai occupés jusqu’à présent”.

BORIS BERTOL

[sm-youtube-subscribe]

Laisser votre commentaire