Abdelaziz Bouteflika, qui était-il ?

Omniprésent dans la vie politique algérienne durant des décennies, mais devenu quasi-invisible depuis un accident vasculaire cérébral (AVC) en 2013, l’ex-président Algérien Abdelaziz Bouteflika est décédé, vendredi 17 septembre, à l’âge de 84 ans.

L’ancien président Abdelaziz Bouteflika s’est éteint vendredi 17 septembre à l’âge de 84 ans, a annoncé la télévision nationale par un bandeau citant un communiqué de la présidence de la République. Bouteflika est décédé à 22H00 (21H00 GMT) à son lieu de résidence, selon la chaîne privée El Hayet TV.

Abdelaziz Bouteflika n’est plus de notre monde.  Depuis son AVC, qui l’a rendu aphasique et l’a cloué sur un fauteuil roulant, Bouteflika faisait constamment l’objet de rumeurs sur sa santé et sur sa mort. Mais, à chaque fois, il réapparaissait en public pour les démentir.

À lire aussi :
L'Algérie interdit aux avions militaires français de survoler son territoire

Que sait-on réellement d’Abdelaziz Bouteflika ?

Abdelaziz Bouteflika

Né le 2 mars 1937 à Oujda, au Maroc, Abdelaziz Bouteflika rejoint dès ses 19 ans l’Armée de libération nationale (ALN) pour combattre le colonialisme français. C’est au moment de l’indépendance en 1962, à l’âge de 25 ans, qu’il occupe pour la première fois une fonction politique en devenant ministre des Sports et du Tourisme avant d’hériter un an plus tard du poste de la diplomatie, qu’il conserve jusqu’en 1979.

À lire aussi :
Algérie : Lamamra jette une pierre dans le jardin marocain

Soutenant le coup d’État d’Houari Boumédiène en 1965, ministre de la Défense à l’époque, il devient alors son dauphin mais est écarté par l’armée au moment de la mort de ce dernier, en 1978.

Après un exil à Dubaï puis à Genève, il accède au pouvoir en Algérie en 1999, grâce à l’armée qui finit par l’imposer. Ses adversaires, qui se sont retirés durant l’élection, ne manquent pas d’y dénoncer des fraudes.

Tout au long de ses quatre mandats, Bouteflika est accusé d’être une marionnette de l’armée mais est toujours vu comme celui ayant rétabli la paix dans le pays, plongé dans une guerre civile depuis 1992 entre le gouvernement et plusieurs groupes islamistes. En effet, deux lois d’amnistie votées en 1999 et 2005 vont convaincre de nombreux islamistes de déposer les armes.

À lire aussi :
L’Algérie annonce la rupture de ses relations diplomatiques avec le Maroc

L’homme d’État est resté au pouvoir en Algérie de 1999 à 2019, un temps record de quatre mandats, avant d’en être chassé après des manifestations massives contre sa volonté de briguer un nouveau quinquennat.

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire