250 salariés mobiles recherchés par GT Logistics


Video player
Garantie de loyer, logement, formation, vélos : la filiale du groupe GT est prête à presque tout pour y arriver.

Entre 2016 et 2017 le chiffre d’affaires de GT Logistics (groupe GT), qui assure l’externalisation des fonctions logistiques de ses clients, a vu son chiffre d’affaires grimper de près de +10 % (de 53 à 58 M€). Une année de forte croissance qui a généré d’importants besoins de main d’œuvre. L’entreprise girondine, installée à Bassens, dans la zone portuaire de Bordeaux Métropole, a multiplié les bons résultats commerciaux en 2017, à commencer avec le groupe automobile PSA qui a en particulier confié à GT Logistics la gestion de son stock de pièces détachées, à Vesoul (Haute-Saône), en Bourgogne, ainsi que le site de Versailles Motor Sport.

« A Vesoul nous conditionnons des millions de pièces détachées, à la demande, tandis qu’à Versailles Satory c’est tout le contraire : nous nous occupons des pièces destinées aux voitures de sport de Peugeot, DS et Citroën, celles qui font le Dakar, etc. !, que nous conditionnons et reconditionnons en petites quantités » s’enthousiasme Eric Sarrat.

A Versailles Satory, où PSA a créé un centre d’excellence pour la course automobile, GT Logistics recherche des profils de passionnés.

Recruter vite et beaucoup : le modèle de GT Logistics

Le 23 avril le président de l’entreprise se donnait 48 heures pour finir de recruter dans ce site, mais peut-être qu’il reste encore des places…

« D’emblée il s’agira de contrats à durée indéterminée, les recrutés seront formés, logés, et si nécessaire nous leur fournirons un vélo ! » soulignait-il, expliquant qu’être commis de cuisine n’était absolument pas un problème pour se porter candidat.

Un des enjeux majeurs pour GT Logistics est d’être capable d’assurer une primo-externalisation. Parce que dans ce cas l’entreprise qui externalise la fonction logistique recase d’abord, dans la majorité des cas, ses salariés en interne.

« Il nous est arrivé d’avoir deux mois en plein été pour reconstituer toute une équipe de 150 personnes » illustre Eric Sarrat. En plus des primo-externalisations GT Logistics conquiert aussi des marchés qui étaient détenus par d’autres, comme c’est arrivé en 2017 avec Isover (groupe Saint-Gobain) à Chemillé (Maine-et-Loire) ou au Tréport (Seine-Maritime) avec Einea (électronique).

Un appel « éhonté » aux intérimaires

« Nous sommes sur les rails de notre feuille de route Cap 2020, avec une croissance de +10 % en 2017. Nous employons 1.100 salariés, avec 950 contrats à durée indéterminée, et nous allons vers les 1.300 collaborateurs. Aujourd’hui nous faisons appel aux intérimaires de façon éhontée, car ils représentent de 25 à 30 % de la masse salariale…  » expose Eric Sarrat.

Avec la forte croissance de l’activité enregistrée en 2017 le recrutement de salariés est devenu une priorité stratégique pour GT Logistics. Mais si Eric Sarrat tire la sonnette d’alarme et entend faire savoir que son entreprise doit rapidement recruter 250 salariés, il ne se plaint pas d’avoir des problèmes de riche.

« Je ne vais pas me plaindre, c’est une chance à saisir. Mais quand même nous avons une extrême difficulté pour recruter, former, etc. » souligne Eric Sarrat.

Car non contente d’avoir de gros besoins liés à son mode de fonctionnement, la société girondine doit faire face à des zones de très haute tension sur l’emploi, comme c’est le cas à Versailles Satory mais aussi à Annecy (Haute-Savoie), une zone qui n’est pas que touristique et où GT Logistics a remporté l’an dernier un important marché avec la société NTN-SNR, qui gère une plateforme de 12.000 m2 dévolue à la distribution de pièces automobiles en Europe.

Annecy, un point noir sur le front de l’emploi

« Versailles et Annecy sont des bassins d’emploi très durs. Avec la plaine de l’Ain, où la concurrence entre logisticiens est très forte, et la proximité de la Suisse, où vont travailler de nombreux frontaliers, c’est vraiment dur. C’est pour cela que nous voulons proposer aux propriétaires de garantir les loyers de nos salariés et au maire d’Annecy de construire des logements pour loger nos salariés, à raison de 500 euros pour une famille et 300 euros pour un individu. Mais le maire d’Annecy n’est pas pressé. Nous le harcelons mais il ne répond pas » se désole Eric Sarrat.

Ce dernier ne cache pas que les professionnels de la mission, les intérimaires endurcis en quelque sorte, préfèrent conserver leur statut et leurs primes plutôt que de rejoindre GT Logistics : « Ca leur ferait perdre de l’argent » admet le président. GT a beau avoir une politique d’intéressement et de formation très dynamiques, avec des perspectives d’évolution attractives, le montant de la paie reste un paramètre important et GT Logistics se montre précautionneux en la matière.

L’accès au logement constitue l’autre versant décisif du recrutement. Au point que GT Logistics, qui dispose depuis des années d’un groupe d’intervention façon GIGN mais sans les pistolets, lance sur le terrain des commandos de recrutement.

« Le premier boulot c’est de trouver un logement. Parce que le logement c’est 50 % du recrutement » éclaire Eric Sarrat. En 2018 le président de GT Logistics, qui codirige le groupe familial GT avec son frère Michel, estime que sa filiale va réaliser 68 M€ de chiffre d’affaires. Activité qui va être elle-même gonflée par une opération financière dont Eric Sarrat n’a pas voulu détailler le montage et qui va rajouter 12 M€ de chiffre d’affaires, soit un total prévisionnel de 80 M€. Le début d’un grand bond en avant ?

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire