2 Morts En Une Semaine À Yeumbeul : Le Ter Encore Loin De Faire Sa Dernière Victime


Video player

En dehors des impenses et autres espaces à libérer, il faut désormais compter des accidentés parmi les impactés du projet du Train express régional (TER). 2 jeunes âgés de 12 et 26 ans ont perdu la vie dans des accidents liés aux travaux du TER à Yeumbeul-Sud (Pikine), en plus d’un scootériste de 25 ans.

Un jeune garçon de 12 ans du nom de Cheikh Ahmed Tidiane Sène a perdu la vie dans les décombres d’une maison déguerpie dans le cadre de la libération des emprises pour l’exécution du projet du Train express régional (TER). Il habitait le quartier Doudou Gueye de Yeumbeul-Sud (Pikine). Le jeune garçon et ses camarades ont investi un bâtiment démoli pour les besoins du TER, à la recherche de la ferraille. Il sera emporté par l’affaissement d’un pan de mur avant-hier, dimanche 19 mars, en début d’après-midi. Vu la violence du choc, il est mort sur le coup. Et, selon les habitants, c’est le 2ème cas de décès enregistré à Yeumbeul-Sud en une semaine, alors que les travaux du TER n’ont pas encore atteints leur phase active. En effet, la nuit de mardi dernier, un peu avant 23 heures, un jeune du nom de Cheikh Diop, âgé de 26 ans, a été mortellement fauché par un camion, qui roulait à vive allure, déplore les populations. Loin d’être les seules victimes, les médias rapportent également qu’un scootériste de 25 ans, du nom de Abibou Kane, a été lui aussi emporté par les travaux du projet du Train express régional.

VOLS ET INDISCIPLINES S’EN MELENT

Au même moment, il importe de dénoncer également l’indiscipline caractérisée de certains. Déjà vers la fin du mois de janvier dernier, les limiers du commissariat de Thiaroye-Gare ont appréhendé quatre charretiers, qui guettaient la tombée de la nuit pour voler les rails enlevés pour les travaux du TER. Saisi d’une plainte contre X pour vol de rails par le chef de gare, les hommes du commissaire Khadidiatou Sall découvriront que la soustraction frauduleuse des bouts de voie ferrée est l’œuvre d’une bande de charretiers. Les voleurs qui ont reconnu les faits, précisant avoir revendu les quatre bouts de rails enlevés à 40.000 F Cfa l’unité et leurs receleurs ont été  tous présentés devant le procureur de la République, puis placés sous mandat de dépôt pour vol commis la nuit avec utilisation de moyen de transport et recel. L’autre cas d’incivisme qui mérite d’être relevé, c’est que souvent les week-ends, alors que les chantiers du TER sont à l’arrêt, des cars de transport en commun empruntent la voie latéritique construite long des rails. Cette «route» créée à la place de la ligne de rails enlevés pour faciliter la circulation des camions et autres engins lourds mobilisés dans le cadre de l’exécution de ce projet sert, en ces moments, de raccourcis pour certains conducteurs, notamment à Thiaroye-Gare.

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire