Doingbuzz – Le pouvoir de l'information à votre portée
WIRECARD, LE SCANDALE QUI ÉCLABOUSSE LA FINTECH
25/06/2020 à 19h49 par La redaction

Wirecard, c’est fini. La pépite allemande, jadis valorisée 24 milliards de dollars, vient de déposer ce bilan ce jeudi matin. Un communiqué décrit sobrement que « le conseil d’administration de Wirecard AG a décidé de déposer une demande d’ouverture d’une procédure d’insolvabilité au nom de Wirecard AG auprès du tribunal compétent de Munich en raison de la menace d’insolvabilité et de surendettement ».En une semaine, la fintech aura donc tout perdu. Ses investisseurs voient rouge : le titre qui évoluait encore autour des 100 euros la semaine dernière a été suspendu ce matin après une (énième) chute, sous les 2,50 euros. Le record historique en septembre 2018, où chaque action s’échangeait alors pour 192 euros, paraît bien loin. Avec cette débâcle, l’Allemagne voit sa réputation ternie une nouvelle fois après le scandale retentissant du Dieselgate.

Une valeur du DAX part en fumée

A l’origine, Wirecard est une société active dans les nouvelles technologies financières. Son métier a largement évolué ces dernières années, mais sa spécialité est restée la même : le paiement.

Son activité principale était de servir d’intermédiaire entre les commerçants et les émetteurs de cartes (comme les banques) pour garantir les transactions financières. Sur ce point, elle collaborait notamment avec Orange Bank sur le paiement sans contact. En parallèle, Wirecard émettait aussi des cartes de paiement en marque blanche pour le compte de sociétés tierces.

Avec Wirecard, l’Europe pouvait se féliciter d’avoir une pépite dans la fintech. De son côté, l’Allemagne se targuait de tenir tête aux jeunes pousses insolentes de la Silicon Valley. Au sommet de sa gloire, Wirecard était valorisée 24 milliards de dollars, soit plus que Deutsche Bank, la première banque allemande. Si le marché du paiement est prometteur, les premiers doutes sur l’activité réelle de Wirecard émergent en 2016.

Il aura fallu attendre 4 années de plus pour que le scandale éclate. En octobre dernier, Wirecard sollicitait le cabinet d’audit KPMG pour réaliser un audit indépendant avec l’intention de publier les résultats en avril dernier. Seulement voilà, KPMG n’a pas été en mesure de vérifier le bilan et les résultats ont été décalé à plusieurs reprises. Le 18 juin, c’est au tour d’EY, l’auditeur historique de Wirecard, de refuser de certifier les comptes. Ce dernier affirme avoir découvert un « trou » de 1,9 milliard d’euros dans les comptes. L’action s’effondre, son PDG est arrêté.

1,9 milliard d’euros manquent à l’appel

« Quand ouvrira-t-on les yeux sur ce qu’est vraiment une fintech ? », s’interrogeait Daniel Baal, le DG du groupe Crédit Mutuel, il y a quelques jours. Le patron de la banque mutualiste se plaint du laxisme de certains régulateurs sur les jeunes pousses, alors que son établissement est scruté dans les moindres détails.

C’est aussi l’une des raisons pour lesquelles les banques sont assez réticentes à acquérir des fintech. Au moment de leur rachat, ces jeunes sociétés se retrouvent littéralement asphyxiées par les exigences en matière de conformité auxquelles font face les grands groupes bancaires. A cet égard, l’acquisition du Compte Nickel par BNP Paribas est un modèle d’intégration particulièrement réussi.

Une chose est sûre, ce premier « vrai » scandale dans la fintech va faire réfléchir les régulateurs…

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 83 503 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Contenu sponsorisé

DOINGBUZZ TV

Partagez l'opportunité que représente la plateforme Togopapel.com autour de vous.
Le site de petites annonces 100% gratuit et togolais est un outil inclusif pour vendre et acheter partout au Togo.

togopapel
WHATSAPP:

Vous êtes sur whatsapp, intégrez et récevez nos articles depuis nos groupes disponible sur whatsapp

🚨 DOINGBUZZ ACTUALITE
(PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE(PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE (PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE (PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE .
groupe emploi whatsapp doingbuzz-🇧🇯 Bénin- 🇧🇯 Bénin - 🇧🇯 Bénin -🇧🇯 Bénin-🇳🇪 Niger - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun - 🇫🇷 France - 🇫🇷 France - 🇲🇱 Mali - 🇧🇫 Burkina Faso - 🇧🇫 Burkina Faso -🇬🇦 Gabon -🇬🇳 Guinéé - 🇲🇱 Mali - 🇲🇱 Mali - 🇨🇩 Congo -Pour les autres pays

NB: NE PAYEZ AUCUN FRAIS DE DOSSIERS POUR UNE OFFRE D’EMPLOI

Plus de news

Au chômage, malgré trois Masters ce jeune homme émeut la toile

12/10/2020

Au chômage,...

Malgré un parcours académique, très riche, Bamba...
Affi N'guessan : "Là où c'est calé, nous allons décaler"

12/10/2020

Affi N’guessan...

« Là où c'est bouclé, nous allons...
Nécrologie: Décès de l’acteur Simon Pierre Nikiema dit BRIGA

12/10/2020

Nécrologie: Décès...

« Briga » de son vrai nom Simon Pierre...
L'opposition ivoirienne appelle l'ONU au secours

12/10/2020

L’opposition ivoirienne...

  Les membres de l'opposition ivoirienne se...
Faure Gnassingbé a présidé son premier séminaire gouvernemental

12/10/2020

Faure Gnassingbé...

Faure Gnassingbé, le père de la nation...
Soumaïla Cissé, prochain Président malien ?

12/10/2020

Soumaïla Cissé,...

Six mois après son kidnapping, le leader...
Côte d'Ivoire : Hamed Bakayoko vient d'avoir son doctorat

12/10/2020

Côte d’Ivoire...

Félicitations au Premier ministre pour ce nouveau...
Murielle Ahouré nommée ambassadrice nationale de l’UNICEF

12/10/2020

Murielle Ahouré...

La championne du monde s’engage pour l’éducation...
Malcolm X : un de ses assassins révèle le motif du meurtre-Vidéo

12/10/2020

Malcolm X...

Malcolm X s’exprimait lors d’une manifestation de...
Côte d'Ivoire : Debordo Leekunfa se prononce sur la situation sociopolitique

12/10/2020

Côte d’Ivoire...

  La tension sociopolitique qui sévit en...
Côte d’ivoire: ”Nous sommes prêts à mourir pour notre pays…”, les vérités d’Amon Tanoh à Alassane Ouattara

12/10/2020

Côte d’ivoire:...

S’il y a un homme dont le...
10 choses que vous ne saviez (peut-être) pas sur Osama Ben Laden

12/10/2020

10 choses...

Cela fait quatre ans qu’une opération du...
Le Sénégal veut inscrire son traditionnel ”Thiébou dieune” au patrimoine de l’Unesco

12/10/2020

Le Sénégal...

Le dossier complet de la candidature est...
Mali : Une otage Suisse tuée par des terroristes

11/10/2020

Mali :...

Le conseiller fédéral suisse des Affaires étrangères...
Présidentielle aux USA : Akon, conseiller du candidat Brock Pierce

11/10/2020

Présidentielle aux...

L'artiste et crypto entrepreneur Akon, deux fois...
Liban : 4 morts dans  l’explosion d’un entrepôt de carburant

11/10/2020

Liban :...

Encore une explosion qui frappe le Liban....
La France fait une incroyable demande à Guillaume Soro

11/10/2020

La France...

  L'Elysée vient de remettre l'ancien président...
Singapour va payer ses citoyens pour faire des bébés

11/10/2020

Singapour va...

Singapour offre un paiement unique pour encourager...
L'opposition ivoirienne appelle l'ONU au secours

11/10/2020

Meeting de...

Le Président du PDCI, Henri Konan Bédié...
Malcolm X : un de ses assassins révèle le motif du meurtre

11/10/2020

Malcolm X...

Malcolm X s’exprimait lors d’une manifestation de...

Wirecard, c’est fini. La pépite allemande, jadis valorisée 24 milliards de dollars, vient de déposer ce bilan ce jeudi matin. Un communiqué décrit sobrement que « le conseil d’administration de Wirecard AG a décidé de déposer une demande d’ouverture d’une procédure d’insolvabilité au nom de Wirecard AG auprès du tribunal compétent de Munich en raison de la menace d’insolvabilité et de surendettement ».En une semaine, la fintech aura donc tout perdu. Ses investisseurs voient rouge : le titre qui évoluait encore autour des 100 euros la semaine dernière a été suspendu ce matin après une (énième) chute, sous les 2,50 euros. Le record historique en septembre 2018, où chaque action s’échangeait alors pour 192 euros, paraît bien loin. Avec cette débâcle, l’Allemagne voit sa réputation ternie une nouvelle fois après le scandale retentissant du Dieselgate.

Une valeur du DAX part en fumée

A l’origine, Wirecard est une société active dans les nouvelles technologies financières. Son métier a largement évolué ces dernières années, mais sa spécialité est restée la même : le paiement.

Son activité principale était de servir d’intermédiaire entre les commerçants et les émetteurs de cartes (comme les banques) pour garantir les transactions financières. Sur ce point, elle collaborait notamment avec Orange Bank sur le paiement sans contact. En parallèle, Wirecard émettait aussi des cartes de paiement en marque blanche pour le compte de sociétés tierces.

Avec Wirecard, l’Europe pouvait se féliciter d’avoir une pépite dans la fintech. De son côté, l’Allemagne se targuait de tenir tête aux jeunes pousses insolentes de la Silicon Valley. Au sommet de sa gloire, Wirecard était valorisée 24 milliards de dollars, soit plus que Deutsche Bank, la première banque allemande. Si le marché du paiement est prometteur, les premiers doutes sur l’activité réelle de Wirecard émergent en 2016.

Il aura fallu attendre 4 années de plus pour que le scandale éclate. En octobre dernier, Wirecard sollicitait le cabinet d’audit KPMG pour réaliser un audit indépendant avec l’intention de publier les résultats en avril dernier. Seulement voilà, KPMG n’a pas été en mesure de vérifier le bilan et les résultats ont été décalé à plusieurs reprises. Le 18 juin, c’est au tour d’EY, l’auditeur historique de Wirecard, de refuser de certifier les comptes. Ce dernier affirme avoir découvert un « trou » de 1,9 milliard d’euros dans les comptes. L’action s’effondre, son PDG est arrêté.

1,9 milliard d’euros manquent à l’appel

« Quand ouvrira-t-on les yeux sur ce qu’est vraiment une fintech ? », s’interrogeait Daniel Baal, le DG du groupe Crédit Mutuel, il y a quelques jours. Le patron de la banque mutualiste se plaint du laxisme de certains régulateurs sur les jeunes pousses, alors que son établissement est scruté dans les moindres détails.

C’est aussi l’une des raisons pour lesquelles les banques sont assez réticentes à acquérir des fintech. Au moment de leur rachat, ces jeunes sociétés se retrouvent littéralement asphyxiées par les exigences en matière de conformité auxquelles font face les grands groupes bancaires. A cet égard, l’acquisition du Compte Nickel par BNP Paribas est un modèle d’intégration particulièrement réussi.

Une chose est sûre, ce premier « vrai » scandale dans la fintech va faire réfléchir les régulateurs…

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 83 503 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire