Beaute / Sante Cameroun

Voici ce qui nous empêche vraiment d’arrêter de fumer, répondent des chercheurs français

Publié par Sunlight

Certains fumeurs seraient atteints d’une mutation génétique les empêchant d’arrêter de fumer, d’après une nouvelle étude menée par des scientifiques français.

 

Une équipe de chercheurs français réunie sous la houlette de Benoît Forget et d’Uwe Maskos de l’Institut Pasteur de Paris et du CNRS est parvenue à expliquer pourquoi certaines personnes étaient plus vulnérables que d’autres à la dépendance au tabacet avaient plus de mal que d’autres à arrêter de fumer. Les résultats de leurs recherches ont été publiés dans la revue Current Biology.

 

 

© SPUTNIK. ALEXEY KUDENKO

 

Quels fruits et légumes peuvent protéger les poumons des fumeurs des méfaits du tabac?

 

D’après les scientifiques dont les résultats des recherches ont été publiés dans la revue Current Biology, tout s’expliquerait par une mutation au niveau de nos gènes.

 

C’est la nicotine, rappelle le journal Slate, qui provoque l’addiction en se fixant sur des récepteurs nicotiniques (α1, α2, α3, α4 et α5) dans le cerveau et stimulant ainsi «le circuit de la récompense». Selon les chercheurs, c’est une mutation sur un gène de l’unité α5 qui serait responsable du fait que certains seraient plus vulnérables à la dépendance au tabac que d’autres. Il s’agit en l’occurrence de 35% des Européens.

 

 

© PHOTO. PIXABAY

 

Voici une raison de plus pour dire non à l’alcool et au tabac

 

Pour donner du poids à leur hypothèse, l’équipe de M.Forget a introduit cette mutation au sein du génome de rats de laboratoire et ont réussi à démontrer «que la présence de la mutation génétique entraîne une plus grosse consommation de nicotine mais aussi une rechute plus importante après sevrage», et que cette mutation se situe dans une zone spécifique du cerveau, le «noyau interpédonculaire».

A LIRE AUSSI :   6 Aliments pour stimuler votre énergie sexuelle et booster votre endurance au lit

 

«Ces résultats suggèrent qu’un médicament capable d’augmenter l’activité des récepteurs nicotiniques dans le noyau interpédonculaire pourrait permettre de réduire la consommation de tabac et le risque de rechute après sevrage», ont conclu Benoît Forget et Uwe Maskos.

Lâchez commentaire sur Doingbuzz

Commentaires

--

Aujourd'hui nous mettons le cap sur l'application mobile. Télécharger l'application mobile en cliquant sur l'image :#doingbuzz

A propos du rédacteur

Sunlight

Lâchez votre commentaire

  S’abonner  
Notifier de