Chris Yapi dit toute la vérité sur la délivrance des passeports de M. Gbagbo


Video player

Chose promise, chose due Chris Yapi dit toute la vérité sur la délivrance des passeports de M. Gbagbo. Il déballe tout juste après la rencontre d’un certain M. Bêta, un personnage bien mystérieux.

« Dans l’épisode précédent, mon interlocuteur que vous commencez à connaître peu à peu et avec qui je deviens moi-même petit à petit familier, M. Bêta, avait entrepris de me révéler les secrets sur la délivrance des passeports de M. Laurent Gbagbo, ancien Président de la République de Côte d’Ivoire. Les choses insoupçonnées qu’il me narrait étaient si différentes de ce que nous, le commun des mortels, savions. Ses révélations étaient édifiantes. Je croyais que je savais tout d’une affaire, somme toute, banale. Délivrer un passeport de surcroît à un ancien Président de la République, quoi de plus normal », a fait savoir le géant analyste.

Mais cette fois, j’ai retenu une grande leçon de mon hôte, M. Beta. Souvenez-vous qu’il m’a à maintes reprises, répété que dans toute affaire, il y a toujours deux vérités. La vérité officielle qui est servie dans les médias au peuple et la vérité officieuse qui, celle-là, est cachée et peu accessible. Seuls les sachants et les initiés y ont accès.

Au fur et à mesure de mes conversations avec M. Bêta, j’ai découvert l’étendue de son savoir sur des secrets longtemps enfouis dans les sous-sols de nos services de renseignement. Des secrets qui ne sont pas toujours bons à mettre à la disposition du peuple. Et si M. Bêta s’est décidé à me parler, c’est parce que nous avons scellé un pacte. Il ne continuerait à me révéler ces secrets que si je lui garantissais son strict et scrupuleux anonymat ! Cet avertissement ou menace n’était évidemment pas tombé dans l’oreille d’un sourd.

Alors, si vous le voulez bien, revenons au dossier des passeports du Président Gbagbo. Dans une république normale, ce n’aurait pas fait l’objet de tant de tractations. Hélas, dans la république d’Alassane Ouattara, rien n’est plus normal. Tout marche à l’envers. À la fin du second épisode, j’avais crié ma surprise à M. Beta qui semblait me dire que les États-Unis, par le biais de la CIA, avaient suivi avec intérêt et peut-être étaient impliqués, d’une façon ou d’une autre, dans la question de la délivrance des passeports de M. Gbagbo. Je l’avais donc interrogé avec grande surprise et incrédulité:

– Que vient faire la CIA dans l’affaire de la délivrance des passeports de M. Gbagbo ?

Lire aussi : Coup de tonnerre: Retour de Gbagbo en Côte d’Ivoire

Et M. Bêta de me répondre :

– Mon cher Yapi, vous savez que la Guinée est un immense gisement de minerais, un véritable scandale géologique et que cela ne manque pas d’intéresser fortement le pays de l’Oncle Sam. La Guinée devrait être un véritable Eldorado pour ses habitants. C’est le château d’eau de l’Afrique occidentale, car la plupart de nos fleuves y tirent leurs sources. Ses terres sont fertiles et excessivement riches. Sachez qu’un tiers connu des réserves mondiales de bauxite se trouve dans le sous-sol guinéen et ce pays en est le deuxième producteur mondial. Mieux, ses eaux territoriales inexploitées contiennent certainement d’importants gisements pétrolifères. Tout est surveillé par les Américains dans ce pays qui, autrefois, a dit Non à la France du Général De Gaulle en 1958. M. Yapi, si vous le voulez bien, venons-en au fin mot de l’histoire.

Après ce coup de fil décisif entre Alpha Condé et Alassane Ouattara, le Ministre Lambert Kouassi Konan n’est pas resté inactif. Il rencontra les collaborateurs de Laurent Gbagbo et ensuite Alassane Ouattara, à trois reprises. Ce dernier le fit mariner dans son jus pendant plusieurs jours. Mais, l’homme est patient et use de tous ses talents de négociateur pour venir à bout des réticences du Président Ouattara. Il faut dire que la Côte d’Ivoire bouillonnait à ce moment-là et qu’Alassane Ouattara avait besoin du Ministre Lambert Kouassi Konan.

– Et pourquoi faire ? Demandai-je.

M. Bêta tout sourire :

– Je vous ai dit en début d’entretien que Lambert Kouassi Konan est un éminent cadre du PDCI et un ami de M. Bédié. Or, en cette période-là, la tension était vive en Côte d’Ivoire.

Suite au mot d’ordre de désobéissance civile, le pays menaçait de s’embraser et de basculer dans la guerre civile. Alassane Ouattara sentait qu’il devait négocier avec le Président Bédié et le Ministre Lambert Konan était un parfait émissaire ! Cela aboutit à la fameuse rencontre de l’hôtel du Golf, le 11 novembre 2020. Mais ça, c’est un autre dossier dont j’ai eu connaissance grâce à des contacts. Nous pourrons en reparler un autre jour. Alors, Alassane Ouattara donna rendez-vous à Lambert Kouassi Konan et lui présenta les passeports signés. Aussitôt, le Président Alpha Condé en fut informé. Mission accomplie. La suite, vous la devinez. Les passeports furent acheminés à Bruxelles, puis remis en mains propres au destinataire, c’est-à-dire l’ancien président Laurent Gbagbo par des fonctionnaires ivoiriens dépêchés spécialement à cet effet. Tout est clair maintenant pour vous, mon cher Yapi ?

Je dois dire que je suis totalement bluffé par le récit de M. Bêta. Avant de vous livrer cette série des enquêtes-entretiens, j’avais moi-même mené mes propres investigations. Il faut dire que cette affaire de passeport ressemblait, à un moment donné, à du pipi de chat. En effet, trop d’intermédiaires juraient tous les grands dieux qu’ils sauraient convaincre Alassane Ouattara de résoudre le problème. De promesse en promesse, Laurent Gbagbo lui-même n’y croyait plus ! Pas qu’il désespérait, mais il savait qu’Alassane Ouattara n’était pas fiable. Des mécènes comme Pierre Fakhoury ou Hamed Bakayoko, à leur décharge, avaient pourtant essayé. En vain. Ils n’en menaient pas large aux yeux du Président Ouattara. Le fait est que celui-ci voyait dans la médiatisation à outrance de ce dossier, une opportunité politique qu’il fallait saisir. Et avouons que c’était bien joué de sa part ! Plutôt que de négocier la délivrance des passeports avec des sous-fifres, il a préféré le faire avec des chefs d’État qui pourraient lui garantir un apaisement avec son opposition. Et n’oubliez pas que M. Bêta nous a indiqué que le Président Bédié l’intéressait. On peut présumer que quand M. Lambert Konan se présenta au nom du Président Alpha Condé comme émissaire, cela devenait intéressant.  D’une part, Alassane Ouattara avait la garantie à un haut niveau et d’autre part, il renouerait le fil du dialogue avec le Président Bédié. M. Bêta a laissé sous-entendre qu’en fin tacticien, le Président Ouattara a volontairement humilié Hamed Bakayoko, son propre Premier ministre, afin d’obtenir des résultats plus probants. Pour lui, il n’était visiblement pas question qu’Hambak s’auréole d’un tel succès et s’attire la sympathie du camp de M. Laurent Gbagbo.

M. Bêta de poursuivre :

– N’est-ce pas vraisemblable ? Tenez, je peux vous dire et c’est prouvé, le Président Ouattara n’a aucune confiance en son Premier ministre, devenu trop ambitieux ! Il le sait, tôt ou tard, il devra s’en débarrasser.

Comme vous le savez, cet entretien avec M. Bêta a eu lieu il y a quelques mois et une fois encore, il semblerait qu’il avait raison, quant au destin réservé à Hamed Bakayoko. Toujours au cours de mes recherches, j’ai pu établir que le Président Alpha Condé, est en effet, un grand ami de l’ancien ministre ivoirien Lambert Kouassi Konan. Et lors de certains sommets tenus à Abidjan, le Président guinéen en dehors de tout protocole, n’hésitait pas à fausser compagnie à ses hôtes et à rompre avec le faste présidentiel pour se rendre chez son ami, où il dînait tranquillement. J’ai aussi pu établir que la base de CIA est en Côte d’Ivoire et qu’elle intercepte les communications. C’est ainsi qu’elle est généralement la première informée des menées terroristes et renseigne les États de la sous-région.

En consultant les registres de voyages à l’aéroport d’Abidjan, j’ai pu confirmer que quelques jours avant le communiqué en date du 4 décembre 2020 de Me Habiba Touré, un certain Lambert Kouassi Konan s’était rendu en France officiellement pour un bilan de santé avec, certainement, dans sa mallette les précieux documents de M. Laurent Gbagbo. Par la suite, ceux-ci ont, évidemment suivi le circuit diplomatique officiel. À cet égard, les révélations de M. Bêta me paraissent crédibles.

Fin de cette enquête-entretien « Sur la route des passeports de M. Laurent Gbagbo ».

À bientôt pour une nouvelle série.

CHRIS YAPI NE MENT PAS.

Lire aussi : Découvrez Laurence, la fille de Laurent Gbagbo qui est mannequin (photos)

Quel est ton avis sur le site ?

View Results

loading - Chris Yapi dit toute la vérité sur la délivrance des passeports de M. Gbagbo Loading ...
--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire