Doing Buzz: Emploi, Actualité, Concours,Tech, People, Télécharger etc..
Un perroquet témoin d’un meurtre témoignera dans un procès
28/05/2020 à 16h42 par Daniel Abokpoe

 

Témoin du meurtre de sa propriétaire, un perroquet témoignera durant le procès. Les faits se sont produits à Buenos Aires dans la ville de San Fernando en Argentine.

 

La victime  identifiée comme Elizabeth Toledo, âgée de 46 ans, a été violée et assassinée dans la ville de San Fernando.  Son corps a été retrouvé nu sur un matelas au sol dans un appartement à côté de son perroquet. C’était  en décembre 2018.

 

Selon les informations, Elizabeth Toledo aurait été violée et assassinée par ses deux colocataires, Miguel Saturnino Rolon (51 ans) et Jorge Raoul Alvarez (62 ans). Les deux sont donc accusés et jugés pour viol et meurtre.

Un perroquet témoin d'un meurtre témoignera dans un procès

Miguel Saturnino Rolon et Jorge Raoul Alvarez

 

Dans le cadre des preuves déposées dans l’affaire, la police a enregistré une déclaration d’un officier de police qui a affirmé avoir entendu le perroquet de Tolède peu après le meurtre.

 

L’officier en question  a affirmé avoir entendu le perroquet de la défunte prononcer ces mots : « Ay no por favor soltame ! ». Ce qui signifierait « Ah non, s’il vous plait, laissez-moi partir ! »

 

Selon les interprétations de la police, le perroquet aurait répété les dernières paroles d’Elizabeth pendant qu’elle se faisait violer et bastonner.

 

Cependant, le procureur chargé de l’affaire aurait inclus d’autres preuves de morsure, d’ADN et notamment les propos d’un voisin qui confirme avoir une fois entendu le perroquet dire « por qué me pegaste ? (Pourquoi m’as-tu frappé ?) », après que l’un des coupables ait levé la main sur la victime.

 

Pour l’heure, la date de début du procès n’a pas été révélée.

 

Lire aussi : La justice congolaise enquête sur la mort soudaine d'un juge qui présidait un procès de corruption

coronavirus

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 75 275 autres abonnés

DOINGBUZZ TV

Ne partez pas sans partager :

Vous êtes sur whatsapp, intégrez et récevez nos articles depuis nos groupes disponible sur whatsapp

🚨 DOINGBUZZ ACTUALITE
(PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE (PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE (PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE - OFFRE D'EMPLOI - BOURSE D'ETUDES - ANNONCE -BUSINESS - GODOGODOO groupe emploi whatsapp doingbuzz-🇧🇯 Bénin- 🇧🇯 Bénin - 🇧🇯 Bénin -🇧🇯 Bénin-🇳🇪 Niger - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun - 🇫🇷 France - 🇫🇷 France - 🇲🇱 Mali - 🇧🇫 Burkina Faso - 🇧🇫 Burkina Faso -🇬🇦 Gabon -🇬🇳 Guinéé - 🇲🇱 Mali - 🇲🇱 Mali - 🇨🇩 Congo -Pour les autres pays

NB: NE PAYEZ AUCUN FRAIS DE DOSSIERS POUR UNE OFFRE D’EMPLOI

 

Témoin du meurtre de sa propriétaire, un perroquet témoignera durant le procès. Les faits se sont produits à Buenos Aires dans la ville de San Fernando en Argentine.

 

La victime  identifiée comme Elizabeth Toledo, âgée de 46 ans, a été violée et assassinée dans la ville de San Fernando.  Son corps a été retrouvé nu sur un matelas au sol dans un appartement à côté de son perroquet. C’était  en décembre 2018.

 

Selon les informations, Elizabeth Toledo aurait été violée et assassinée par ses deux colocataires, Miguel Saturnino Rolon (51 ans) et Jorge Raoul Alvarez (62 ans). Les deux sont donc accusés et jugés pour viol et meurtre.

Un perroquet témoin d'un meurtre témoignera dans un procès

Miguel Saturnino Rolon et Jorge Raoul Alvarez

 

Dans le cadre des preuves déposées dans l’affaire, la police a enregistré une déclaration d’un officier de police qui a affirmé avoir entendu le perroquet de Tolède peu après le meurtre.

 

L’officier en question  a affirmé avoir entendu le perroquet de la défunte prononcer ces mots : « Ay no por favor soltame ! ». Ce qui signifierait « Ah non, s’il vous plait, laissez-moi partir ! »

 

Selon les interprétations de la police, le perroquet aurait répété les dernières paroles d’Elizabeth pendant qu’elle se faisait violer et bastonner.

 

Cependant, le procureur chargé de l’affaire aurait inclus d’autres preuves de morsure, d’ADN et notamment les propos d’un voisin qui confirme avoir une fois entendu le perroquet dire « por qué me pegaste ? (Pourquoi m’as-tu frappé ?) », après que l’un des coupables ait levé la main sur la victime.

 

Pour l’heure, la date de début du procès n’a pas été révélée.

 

Lire aussi : La justice congolaise enquête sur la mort soudaine d'un juge qui présidait un procès de corruption

coronavirus

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 75 275 autres abonnés

DOINGBUZZ TV

Ne partez pas sans partager :
0 0 vote
Note l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
0
Veuillez commenter sur cet articlex
()
x