Un homme poursuit son ex-femme pour pension alimentaire


Video player

Quoi de plus courant de nos jours qu’un homme traîné devant un juge pour demander une pension alimentaire par la mère de son enfant ? Mais l’exact opposé s’est également produit, comme lorsque l’homme a poursuivi son ex-femme pour une pension alimentaire.

Les faits ont été rapportés à un magistrat tchadien. L’affaire oppose Martin (un pseudonyme) à son ex-femme. Martin raconte avoir traîné cette dernière devant un juge pour lui ordonner de lui verser 300 000 francs par mois de pension alimentaire pour leurs trois enfants, dont il dit avoir la charge depuis cinq ans. les médias locaux.

Rupture à cause de l’infidélité présumée de sa femme

Martin et son ex-femme se seraient séparés il y a cinq ans. Selon lui, il a trouvé un emploi dans une grande entreprise locale pour la femme qui était encore son épouse, et son salaire mensuel serait de plus de 600 000 francs en raison de ses relations alors qu’il travaillait dans une compagnie pétrolière du sud.

 

Selon lui, en raison de l’éloignement de son travail, il lui est arrivé de passer plus d’un mois en dehors de la capitale, où vivait sa famille. En conséquence, sa femme profiterait de sa quasi-absence pour nouer une relation amoureuse avec un haut responsable de l’organisation locale. Finalement divorcé, laissant trois enfants.

Il s’est occupé de lui seul pendant plus de 5 ans

Grâce à ses ressources et au soutien de ses sœurs, Martin dit n’avoir eu aucune difficulté. Mais en 2016, la crise frappe durement l’industrie pétrolière et il perd son emploi.

De plus, cinq ans plus tard, toutes ses économies ont été dépensées, et il n’a pas trouvé d’emploi convenable, et une personne ne peut plus supporter l’entière charge de trois enfants. C’est ainsi qu’il a décidé que son ex-femme partage désormais le fardeau avec lui.

La femme jette tous les arguments de l’homme avec le dos de la main

De son côté, la mère de ses enfants a dit qu’elle n’avait aucune gratitude pour Martin et qu’elle n’avait aucun problème à lui payer un kopeck car elle s’occupait souvent d’eux, leur achetant des vêtements, des fournitures scolaires et des jouets. Elle les emmenait souvent dîner chez elle ou au restaurant, et elle allait les laisser venir vivre avec elle dans la maison de son nouveau mari.

Des choses que Martin n’admet pas. « Je refuse de laisser mes enfants grandir ingrats », a-t-il répondu. Affaire à suivre !

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire